parution 08 janvier 2014  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Quatre soeurs T2

Hortense

Hortense aimerait bien savoir ce qu’elle deviendra... Et si elle commençait à prendre confiance en elle en damant le pion à sa timidité ? Suite d’une adaptation réussie mêlant humour, tendresse et maux du quotidien.


 Quatre soeurs T2 : Hortense (0), bd chez Rue de Sèvres de Ferdjoukh, Baur, Balandras
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2014

L'histoire :

Hortense aurait bien aimé être une fille unique… Même si, quand elle y pense plus sérieusement, elle sait que ça signifie aussi qu’elle se serait retrouvée toute seule à la mort de ses parents. Difficile d’être « une » dans cette multitude pétillante. Une multitude qui subit les leçons de futilité de Bettina, l’arrivée de Noël dans sept semaines et celle d’une petite voisine en convalescence dans la maison de Mme Brogden (qu’il faut du coup aérer et chauffer). Bref, de quoi alimenter les disputes et coups bas entre frangines, à moins d’être interrompue par le klaxon de la camionnette de livraison de surgelés. D'ailleurs, cette arrivée constitue un véritable petit événement. Car outre les cartons d’esquimaux glacés, il y a le livreur : un garçon sympathique affublé d’un interminable nez et d’une paire de feuilles de chou qui font qu’il se présente avec humour comme « l’abominable homme des glaces ». Bettina confirme : ce pauvre garçon est vraiment moche. En plus, son prénom est stupide (Merlin) et sa façon de jouer les rigolos magiciens l’agace fortement. De quoi ne pas souhaiter de produits surgelés pendant longtemps...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après 3 ans de douloureuse impatience… retour au sein de la fratrie Verdelaine pour le 2éme volet (chez Rue de Sèvres) de l’adaptation dessinée de la savoureuse saga éponyme de Malika Ferdjoukh. Cette fois, la benjamine (Enid) laisse le soin à Hortense, de deux ans son aînée, de nous entortiller dans le « cocon » de ce quotidien, orphelin d’un papa et d’une maman (leurs fantômes rodent un peu quand même !). Intelligemment sertie par du tendre, du rigolo, du sensible, du sentimental ou du douloureux habilement ouaté, l’atmosphère continue de dicter sa leçon au rythme d’un quotidien savoureusement constellé de bonheurs et tracas, capables de nous faire écho. Sous la plume d’Hortense (souvent révélée par des extraits de son journal), le récit emprunte un ton plus introspectif, moins exposé à la spontanéité enfantine dEnid. Hortense, la solitaire, lectrice insatiable, se cherche, cherche sa place et sa manière de s’exprimer. Elle y parviendra avec brio, au fil d’une expérience sur laquelle se centrera une partie du récit... Mais qui partagera la vedette avec les histoires de cœurs de Bettina, l’incurable fashion-victime, étonnement domptée par l’incroyable détour de ses sentiments. Les autres frangines joueront quant à elles un peu plus les seconds rôles en compagnie d’un sympathique livreur de surgelés, de l’aride tante Lucrèce, de l’indispensable Basile (l’amoureux de l’aînée, Charlie). Ou encore – et peut-être surtout – de Muguette, la nouvelle copine d’Hortense qui est en très mauvaise santé (une occasion de constater qu’il y a toujours plus à plaindre que soi…). Bref, l’empathie tourne une nouvelle fois à bloc sur une partition volontairement optimiste, gonflée de chaleur bienveillante et faisant la démonstration qu’on peut aussi prendre des gifles sans jamais tomber. Cati Baur et son dessin aux couleurs joliment imbibées d’eau réussissent une seconde fois le jeu de l’adaptation : fidèle au rythme original et transmettant l’émotion. De quoi donner très envie de tenter l’expérience une troisième fois…

ISBN 9782369810490