parution 07 octobre 2015  éditeur Sarbacane  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Pocahontas

La Princesse du Nouveau Monde

La vie hors du commun d’une jeune indienne au surnom illustre : Pocahontas. Au XVIIème siècle en Amérique du nord, son idéalisme n’a aucune chance face aux colons britanniques et à l’immobilisme des siens. Version originale, loin de Disney.


Pocahontas : La Princesse du Nouveau Monde (0), bd chez Sarbacane de Locatelli
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Sarbacane édition 2015

L'histoire :

Les femmes sont à la cueillette et les hommes à la chasse. La jeune Mataoka est prostrée, assise par terre. Elle s’est faite surprendre par ses premières menstruations et cela la gêne terriblement. Heureusement, une femme de la tribu l’accompagne et lui explique que ce n’est rien, c’est normal. Une cérémonie a lieu le soir même pour fêter le passage à l’état de femme de la fille du chef. Elle est impressionnée, mais franchit toutes les épreuves avec courage. Dès le lendemain, elle veut prendre part à la chasse. Mais Kocoum, son promis, lui enjoint de ne pas le faire. La chasse est affaire de patience et il faudra que passe une ou deux fois les saisons pour qu’elle puisse y participer. Qu’à cela ne tienne, au lieu de retourner au village, elle part à la poursuite d’un lapin, armée de son arc. Après une traque qui l’emmène au cœur de la forêt et un nouvel échec avec une flèche qui manque sa cible, elle fait une chute brutale qui la cloue au sol. Reprenant ses esprits, elle découvre qu’un étranger la contemple, intensément. Pendant ce temps, au village, les hommes reviennent de la chasse et constatent que Mataoka est absente, ils organisent les recherches. Dans la forêt, le colon britannique et la squaw se font surprendre par la pluie. Une fois bien à l’abri dans une grotte, les deux étrangers font timidement connaissance. Quelques mots d’anglais et un carnet de croquis suffisent à fasciner la jeune femme. Le groupe d’indiens parti à sa recherche la repère à l’entrée de la grotte et vient à sa rencontre. Lorsque les villageois tombent sur John Smith, que la jeune femme nomme « Djosmisse », ils le malmènent, le prenant pour un de ces étrangers qui enlève parfois leurs femmes. Mataoka tente de s’interposer, mais rien n’y fait. Il est amené au village pour y être jugé et probablement exécuté.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

« Pocahontas » signifie « petite dévergondée » en algonquin, surnom que la jeune indienne reçoit lorsqu’elle sauve la vie d’un colon anglais condamné à tort par la tribu. En ces débuts de conquête de l’ouest par les européens, l’Amérique voit sa sérénité emportée au rythme des forêts qui disparaissent sous le joug des villages de colons en construction. C’est une histoire plus sombre que celle contée par Hollywood pour les enfants. Cette fois, romantique et fataliste, elle témoigne de ce que fut la vie des personnages à l’époque : ce n’était pas rose. Loïc Locatelli Kournwsky fait le choix de la biographique graphique pour une évocation réaliste de la vie à cette période charnière de l’humanité que fut la conquête de l’Amérique. L’ocre qui s’ajoute au noir et blanc dynamise le minimalisme du trait, offrant au passage un renfort visuel qui rompt avec la relative austérité de l’ensemble. La belle couverture colorée avec soin montre Mataoka, alias Pocahontas, alias Rebecca, en tenue coloniale qui appuie son regard haut perché sur le monde. La colorisation des planches aurait ajouté de l’attrait visuel à l’album qui souffre de ce choix monochromique. La poésie opère cependant et l’intrigue en dit long sur les fripouilles qui colonisèrent le continent nord-américain. Les fiers indiens ne firent pas le poids face aux armes et aux vices du vieux continent. Ils seront balayés d’un génocide qui s’étendit sur trois siècles environ en Amérique du Nord. Cet album est un témoignage sur le début de cette ère de désolation pour un peuple qui vivait en paix. Pocahontas, La princesse du nouveau monde, belle histoire d’amour contrariée (avec des non-dits qui en disent long), est un hymne à la liberté des peuples, des femmes et des hommes face à la poussée toujours plus forte d’une civilisation mue par des desseins qui nient l’humanité.

voir la fiche officielle ISBN 9782848658254