Assassin T1 : La Lumière et le Tunnel (0), bd chez Soleil de Peru, Pacurariu, Panarin ©Soleil édition 2011

Assassin T1

La Lumière et le Tunnel

Lawrence d’Arabie s’allie aux haschischins pour protéger le secret de la résurrection de l’hégémonie nazie. Mise en place d’un thriller ésotérique convenu mais cohérent.

L'histoire : En 1917, un jeune archéologue britannique nommé Thomas Edward Lawrence explore les catacombes sous Jérusalem. C’est sans doute la première fois qu’un occidental foule ces lieux depuis la croisade de 1192. Lawrence espère y découvrir le secret – ou le trésor ? – de la puissante secte des Haschischins, que de nombreux ordres chevaleresques ont en vain tenté de percer depuis des siècles. Les membres de cette secte avaient alors la réputation d’être très discrets et de ne se montrer qu’à leurs futures victimes. A court de corde, Lawrence envoie le soldat qui l’accompagne à la surface, récupérer plus de matériel. Il descend alors seul au fond d’un puits, où il découvre une gigantesque salle emplie de sarcophages… Pendant ce temps, au niveau supérieur, le soldat est agressé par un mystérieux assassin en guenilles, comme venu d’un autre âge ! A son tour, Lawrence est alors ceinturé et poignardé en plein cœur par un enfant haschischin ! Il se réveille néanmoins plus tard dans son lit, une imposante cicatrice en travers de la poitrine. L’enfant, prénommé Sâhir, est à ses côtés et il lui explique que la résurrection est le secret des haschischins – Jésus s’en est même servi pour fonder un culte… Tuer Lawrence « une première fois » était le moyen de prouver ce phénomène et d’obtenir son allégeance. Car désormais, Sâhir compte sur lui pour aider les siens à tenir ce secret à l’abri de la cupidité des hommes, lui qui deviendra plus tard Lawrence d’Arabie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  En accord avec le « cahier des charges » de la collection Secrets du Vatican, le scénario d’Olivier Péru ancre solidement cette nouvelle série aux piliers archétypes du thriller ésotérique. Ici, la mystérieuse secte des haschischins, qui possède depuis des lustres la formule de la résurrection (qu’un certain Jésus Christ a odieusement exploité), protège son secret contre les velléités hégémoniques des nazis. Eh oui, encore et toujours eux ! Le canevas global n’est donc guère original… mais il est emmené avec rythme et intérêt, par un héros pas tout à fait inconnu : Lawrence d’Arabie. Celui-ci est initié lors dune première époque et séquence introductive (la première guerre mondiale) ; puis la majeure partie de ce premier tome lui fait jouer pleinement son rôle de protecteur durant la seconde guerre mondiale, alors que les intérêts des nazis tendent vers l’occultisme. La secte de Thulé, le symbole de la svastika (la croix gammée) et la mégalomanie d’Hitler trouvent alors toute leur cohérence à travers cette interprétation futée. La bonne surprise vient surtout de la limpidité narrative de l’intrigue, à souligner dans un registre où la plupart des séries noie les explications et les informations sous un voile d’obscurantisme nébuleux et confus. Plus discutable est le dessin de Cristian Pacurariu, un crayonné réaliste directement complété d’une colorisation éteinte et sombre, à travers lequel les protagonistes ne sont ni mis en valeurs, ni attachants. Les scènes d’action se montrent également laborieuses, a contrario de quelques trop rares jolies cases larges (Jérusalem médiévale, le centre-ville de Berlin, la croisade…).

  • scénar dessin


22 mars 2011



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • La Brebis Galeuse 1 juillet 2012

    Fitz, enfant illégitime de lignée royale, est un petit garçon abandonné de tous. Ignoré par son père et délaissé par son tuteur pour des raisons pécuniaires, il est traité comme un vulgaire domestique qu’on autorise juste à dormir aux écuries. Le jeune Bâtard possédant le pouvoir de communiquer avec les animaux se liera ainsi d’amitié avec une chienne, Renarde et son petit, Fouinot. Quelques années plus tard, le Roi voyant un atout politique en le jeune garçon, décida de lui donner une éducation digne de son rang mais chargea également son professeur de lui enseigner l’art de l’assassinat ; mais à quels desseins ? … On se laisse assez facilement transporter dans cet univers médiéval où le lecteur suit les difficiles moments de l’enfance d’un jeune prince déchu. Fitz, Bâtard d’une Famille Royale, abandonné et rejeté par son père, est rapidement traité comme un serviteur. On ne peut que compatir à son malheur car il ne trouve le réconfort qu’auprès d’animaux car possédant le don extraordinaire lui permettant de communiquer avec eux, il trouve enfin un peu d’affection. Le lecteur ne peut que s’interroger sur les réelles intentions du Roi lorsque ce dernier décide de le réintégrer à la Cour. Lire la bande dessinée est plaisante et on s’attache facilement au personnage de Fitz qui est encore, pour le moment, innocent. La présentation du héros étant faite, il reste maintenant à découvrir les tomes suivants pour savoir comment va évoluer le jeune Prince Assassin et surtout si des intrigues vont se nouer dans la famille Royale car il manque un peu d’action dans ce volume.

    Orane

  • Un beau début de série 24 mars 2011

    Vous vous êtes peut-être trompé de note. Cet album est excellent. Une super bonne idée que ces assassins contre les nazis, le tout servi par un dessin vraiment très classe. C'est même ça qui me fait mettre un quatre. Comme quoi tous les goûts...

    Alexe


prix 13.50-5% = 12.83

sur


 Assassin T1 : La Lumière et le Tunnel (0), bd chez Soleil de Peru, Pacurariu, Panarin ©Soleil édition 2011

26 janvier 2011

Soleil

Secrets du Vatican

voir la fiche officielle

9782302015838

ado / adulte

Esotérique

Assassin série terminée en France
2 albums parus, 2 prévus
Nos chroniques dans cette série :