parution 19 décembre 2012  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Western

Durango T16

Le Crépuscule du vautour

Le cow-boy solitaire Durango investit son sang-froid pour régler un potentat local sur l’exploitation d’un lac appartenant aux indiens. Un classique du western, quoique métaphorique des dérives capitalistes…


 Durango T16 : Le Crépuscule du vautour (0), bd chez Soleil de Swolfs, Girod, Charrance
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2012

L'histoire :

Dans une petite ville de l’ouest américain, le gouverneur de Californie, en campagne pour se succéder à lui-même, fait un discours public et humaniste. Il est alors froidement assassiné d’une balle dans la tête par un tueur embusqué, qui disparait aussitôt. Plus loin, aux abords d’un superbe lac, deux géologues sont froidement assassinés par des indiens Shoshones, qui maquillent leurs corps pour qu’on accuse les Washos. Cependant, la jeune washo qui accompagnait les géologues reste un témoin gênant. Alors que les shoshones la poursuivent, elle est sauvée par l’intervention providentielle de Durango. Celui-ci flingue tous les indiens bandits sauf un, qu’il charge d’un message pour son employeur : « le cobra ne reviendra pas ». Puis Durango prend la washo sous son aile protectrice et se rend dans le patelin le plus proche pour expliquer ce qui vient de se tramer et remettre la squaw aux autorités locales. Il découvre que les tensions politiques sont vives et que ces meurtres sont liés et à l’exploitation du lac. Une simple discussion avec le maire a tôt fait d’inspirer à ce dernier de plus honnêtes projets. Cependant, le jeune industriel Steiner tire les ficelles. Il est prêt à tous les sacrifices pour posséder le lac et il s’en entouré de puissants hommes de main…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L’éradication d’un potentat local, accompagné de ses actes meurtriers et de moult corruptions, est un classique dans le registre du western. Dans ce 16ème opus, c’est précisément à cette situation que se retrouve confronté Durango. Rappelons que ce cow-boy solitaire se tire de toutes les situations grâce à son sang-froid et son habileté à jouer avec la gâchette de son fidèle pistolet Mauser. Il est un alter-ego de Clint Eastwood dans les interprétations ciné qui ont forgé sa légende, quoique bien plus vertueux (mais tout aussi blondinet). D’ordinaire, en pareil cas d’oppression, les enjeux concernent l’exploitation minière ou les vastes propriétés d’élevage. Ici, bizarrement, c’est un lac qui permettrait un rendement piscicole mais nuirait à la nature environnante, territoire des indiens. Au scénario, Yves Swolfs cherche – et ne s’en cache pas – à faire une métaphore des mentalités capitalistes actuelles, qui voient le profit primer sur le respect de la nature. Cette intention directrice ne s’en tire pas trop mal, grâce à une trame narrative impeccablement rythmée par le grand professionnel du 9ème art qu’est Yves Swolfs. Soulignons aussi que depuis le tome 14 (en 2006), Swolfs s’entoure des talents artistiques d’un dessinateur parfaitement en phase avec la ligne réaliste de sa série : Thierry Girod (Wanted). Aussi à l’aise pour camper les tronches burinées que les paysages sauvages, celui-ci déroule des encrages de haute maîtrise, pas très loin du style de feu son homonyme Jean Giraud sur Blueberry. Il manquerait juste à cette série d’être désormais éditée en grand format, quitte à froisser les collectionneurs psychorigides quant à l’alignement de leur bibliothèque…

voir la fiche officielle ISBN 9782302024397