parution 17 janvier 2018  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Roman graphique, Policier

Je suis un autre

Suite à une idylle estivale, Peppo subit le comportement dramatiquement néfaste de son frère jumeau Sylvio. Mais pourquoi cette hargne ? Un thriller psychologique prenant de bout en bout.


Je suis un autre, bd chez Soleil de Rodolphe, Gnoni
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2018

L'histoire :

Comme chaque été, les adolescents jumeaux Peppo et Sylvio passent leurs vacances sur une île, où ils partagent leur temps entre pêcher et mater les jolies touristes sur la plage. Mais un jour, un camion de déménagement débarque ses malles et ses meubles dans la maison Borg, une villa presque toujours inhabitée et située sur le chemin des calanques. En regardant par-dessus le mur, Peppo tombe quasiment immédiatement amoureux de la nouvelle propriétaire, une artiste peintre brune et coiffée au carré, souvent habillée d’une robe longue échancrée. Il avoue son trouble à Hugo, un vieux luthier, son seul ami capable de recueillir cette confidence. Car la dispersion mentale de Peppo a tendance à agacer Sylvio. Un jour qu’il regarde encore par-dessus le mur, la jeune femme repère Peppo et l’invite à boire une orangeade. Le sentiment de Peppo envers elle ne fait que croître. A contrario, ses relations avec son frère ne font que s’envenimer. Edwige, la jeune femme, invite Peppo à dîner un soir, un met confectionné à partir du produit de sa pêche. Ils font plus ample connaissance… jusqu’à s’embrasser, jusqu’à faire l’amour. Peppo est heureux, c’est la plus belle nuit de sa vie. Les jours suivants, Peppo accompagne Edwige dans les calanques, officiellement pour trouver de jolis coins « pour peindre ». Ils sont alors observés par un drôle d’indien coiffé d’un chapeau. Un matin, Peppo se lève tôt pour emmener Edwige en balade. Mais il la découvre morte dans un couloir, poignardée en pleine poitrine…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Rodolphe, scénariste prolifique 70 ans d’âge, se bonifie encore avec le temps. Pour ce roman graphique réalisé en one-shot au côté de Laurent Gnoni, il emprunte une voie qu’il connait bien, celle du thriller psychologique. Le contexte fermé d’une petite île estivale, des personnalités troubles qui cachent un lourd passé, des passions qui suscitent des tensions, un meurtre sanglant inexplicable… On est rapidement embarqué dans l’intrigue, savamment dosée et agréablement dialoguée, même si les mécaniques psychologiques ici à l’œuvre – un standard, dans le genre, qui a généré les fictions les plus efficaces du registre – ne surprendront jamais le gros consommateur. Le titre et le dessin de couverture ne font certes guère de mystère quant à sa nature, mais nous n’en dévoilerons pas trop afin de vous conserver toute la fraîcheur de lecture. Ha si, tiens, info cruciale : c’est découpé en trois chapitres :-). Pour l’occasion, le dessinateur Laurent Gnoni modifie sensiblement sa griffe artistique, la dirigeant vers un trait plus stylisé et une colorisation majoritairement bichromique. Cette mue est effectivement plus adaptée à la longueur du roman graphique (ici 140 planches), mais aussi à la vivacité et/ou à la rudesse de l’ambiance de thriller. Ainsi, le visage du principal protagoniste tire vers l’épure, avec un nez pointu et des yeux basiques… mais les décors souvent très complets, les cadrages alambiqués, les découpages dynamiques, vous maintiendront bien tendus comme il faut. En outre, comme sur la première ou la dernière de couv’, le dessinateur joue admirablement avec la symbolique de la dualité dans ses mises en scène. Vite, lisez-le avant qu’on ne vous en dise trop !

voir la fiche officielle ISBN 9782302066342