parution 18 juin 2014  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Historique, Esotérique

Jeanne la pucelle T2

A la guerre comme à la paix

A Chinon, Jeanne d’Arc convainc le futur roi de lui confier une armée. Elle reprend Orléans aux anglais puis se fait piéger à Compiègne. Ze mythe, d’un point de vue œcuménique, entre splendeur et astuces…


 Jeanne la pucelle T2 : A la guerre comme à la paix (0), bd chez Soleil de Hadjaj, Cellier, Bastide
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2014

L'histoire :

Durant l’hiver 1429, un courrier royal du Capitaine Baudricourt arrive aux portes de Chinon. Il porte une missive à l’intention du dauphin Charles, recommandant l’audience demandée par la fameuse pucelle lorraine qui aurait entendu des voies. Jeanne, jusqu’alors simple fermière, défraie en effet la chronique : elle dit avoir été missionnée par Sainte Catherine et Sainte Marguerite, pour bouter l’anglais hors du Royaume de France. Les conseillers du dauphin se perdent en conjectures, partagés entre l’incrédulité et les calculs d’ambitions personnelles. Tous se mettent d’accord sur un test pour vérifier le caractère divin de la démarche de Jeanne : lors de l’audience, le dauphin se mélangera à sa cour et un sujet déguisé prendra son trône. Pendant ce temps, Jeanne fait route à travers la France enneigée en proie à la délétère guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Elle s’est taillée les cheveux à la garçonne et son cœur pur commence à imposer le respect aux deux soudards qui l’escortent. Une fois à Chinon, elle patiente trois jours avant que l’audience réclamée soit acceptée. Elle passe le test sans la moindre hésitation et annonce avec un aplomb incroyable au dauphin qu’il doit aller à Reims pour être couronné roi Charles VII…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Patiemment, mais on ne peut plus sérieusement, Fabrice Hadjadj et Jean-François Cellier poursuivent leur trilogie sur le mythe de Jeanne d’Arc, selon le point de vue le plus historique et œcuménique possible. D’ailleurs, le premier tome a justement été consacré « Prix de la BD œcuménique » à Angoulême 2013. Ce tome 1 présentait d’une part le contexte de la guerre de 100 ans et d’autre part un personnage pur et altruiste. Les origines de la vocation de ce parangon d’héroïne faisaient surtout une large part à la splendide « narration visuelle » de Cellier. Plus prolixe avec ce tome 2, Hadjadj, écrivain et philosophe réputé, nous fait entrer au cœur de l’Histoire : Jeanne rencontre et convainc le Dauphin, lève une armée, organise et gagne le siège d’Orléans (le climax de l’album), couronne Charles à Reims et tombe dans la fatidique embuscade anglaise de Compiègne. Ce condensé d’aventures, dont l’authenticité fait parfois débat (on laisse la question aux historiens), s’appuie sur des dialogues soignés en « simili vieux-françois », dans le sens où ils s’inspirent des tournures d’époque mais restent tout à fait compréhensibles des lecteurs du XXIème siècle. L’aventure s’accompagne aussi toujours d’un dessin véritablement somptueux, de cadrages astucieux (les reflets), au service d’une mise en scène tantôt en macro-plans, tantôt en cinémascope. Car Cellier varie les plaisirs : il ne se prive pas de cases géantes et scotchantes (le sacre), de pieds-de-nez surprenants (la première case de la p.16), de techniques graphiques à la marge (les cases sombres, façon carte à gratter) et il évite toujours le spectaculaire bon-marché. Un dernier tome abordera logiquement le procès et le bûcher et, qui sait, réservera peut-être quelques prolongements inattendues pour étoffer la mystique…

voir la fiche officielle ISBN 9782302038387