parution 22 septembre 2010  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Kookaburra universe T14

Lames soeurs

Le voile du dernier Tsumbaï Sand est enfin levé, ainsi que celui de la mystérieuse perle d'or. Chevaliers Sorciers, Amazones et guerriers Dakoïds révèlent leurs origines et leurs secrets : un opus clé de la série dérivée... trop riche en révélations


 Kookaburra universe T14 : Lames soeurs (0), bd chez Soleil de Mazzarino, Guinebaud, Lamirand
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2010

L'histoire :

A Dakoï, le Grand Khan des amazones reçoit avec déférence et honneur des Chevaliers Sorciers, les accoucheurs d’étoiles, également appelés Tsumbaï Sand. Dans le plus grand secret, sang et esprit se sont alliés sous la bienveillance de Kubilaï Kabel pour donner naissance à une race sans égale, une arme absolue, alliant force guerrière et puissance cosmique. Dans l’Aekhïlibra, la communauté d’esprit des Tsumbaï Sand, on évoque l’origine du déséquilibre qui a gagné tout l’univers, et dont l’un d’entre eux est responsable : Kubilaï Khaa, en brisant l’harmonie de la dualité mémoire/équilibre. Il a en effet enfreint les principes mêmes de l’ordre en révélant la présence et l’existence des Chevaliers Sorciers et de leur maîtrise des flux énergétiques et des lois qui régissent l’univers. Son intervention sur la planète Lilith, en émancipant des femmes réduites en esclavage, a conduit ces mêmes femmes à basculer dans l’excès inverse. Face aux attaques toujours plus nombreuses et la menace grandissante, un nouveau courant de pensée, porté par les Aekhis et adopté par une partie des Tsumbaï Sand a vu le jour : l’anéantissement total. Pour racheter sa faute et ramener l’équilibre, Kubilaï Kabel, l’alter-égo de Kubilaï Khaa, suite à la désincarnation de ce dernier, s’est donc porté volontaire pour s’unir avec une amazone. Mais cela ne fut pas sans conséquences : Kubilaï Khaa n’est pas devenu un aekhis et Kubilaï Kabel est prisonnier d’une perle d’or, loin de Sand. L’Aekhïlibra charge ainsi Kubilaï Khaa d’achever sa mission en supervisant la replikhanisation et en s’assurant que les Replikhans Dakoïds deviennent bien des guerriers hors normes…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce 14e opus (sur 18 prévus) est certainement celui qui apporte le plus de réponses sur l’univers de Kookaburra. L’origine des Tsumbaï Sand, les mystérieux chevaliers sorciers, nous est (enfin !) révélé, de même que celle des amazones et des guerriers Dakoïds. N’oublions pas non plus la création des puissantes dagues sacrées et surtout la mystérieuse perle d’or qui trouvera les raisons de sa naissance en suivant le parcours cosmique du dernier représentant des chevaliers sorciers, Kubilaï Khâa. Une profusion de révélations et d’explications nous attend donc. Malheureusement, cette abondance nuit à la cohérence de l’ensemble et crée un sentiment de désarroi désagréable pour le lecteur. Le chemin chaotique et non linéaire, emprunté par les scénaristes Philippe Murat et Laurent Peno-Mazzarino (Verseau), crée une certaine confusion. Même si l’intention semble volontaire (histoire de se calquer sur la psychologie du personnage principal), il n’en reste pas moins que les motivations de chaque protagoniste ne sont pas du tout évidentes. L’enchaînement de certains évènements parait précipité et ceux-ci, sans explications convaincantes. Quelques dialogues peuvent parfois aussi dérouter. Graphiquement, le dessin de Sylvain Guinebeau est propre et travaillé, agréable à l’œil. Sans être exceptionnel (comme sur certains autres albums), il correspond parfaitement à l’univers. A noter l’excellente colorisation (une nouvelle fois) de Sébastien Lamirand, décidément très doué dans l’exercice de mettre en exergue les schémas confiés. Soyons indulgent et honnête : la déception liée à ce scénario trop confus et précipité vient, d’une part, que l’histoire est riche et passionnante, tout en nous offrant une profusion de révélations (avec un dessin solide et superbement colorisé), et d’autre part que nous avons certainement été habitué un trop haut niveau, notamment sur l’opus précédent. A trop être gâté, on devient exigeant…

voir la fiche officielle ISBN 9782302012578