parution 01 novembre 2010  éditeur Soleil  collection Soleil Celtic
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Le crépuscule des dieux – cycle 1, T5

Kriemhilde

Alors que le destin de Siegfried se mêle à celui des Burgondes, alliances et trahisons précipitent irrémédiablement les Dieux vers l’ultime combat. Suite à nouveau captivante d’une série mélangeant habilement aventure et mythologie.


Le crépuscule des dieux – cycle 1, T5 : Kriemhilde (0), bd chez Soleil de Jarry, Djief, Héban
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2010

L'histoire :

Après avoir vaincu le dragon Fafner, lui avoir dérobé l’anneau de puissance forgé par Albéric, le Nibelung, et s’être lavé de son sang pour devenir invincible, Siegfried est allé délivrer sa Walkyrie. Dés lors, la belle Brunhilde, fille du Dieu Wotan, le Père de Tout, a choisi d’abandonner son immortalité pour vivre son amour avec le beau guerrier. Mais sur son île, en Islande, et malgré l’amour qu’il porte à sa belle, Siegfried s’ennuie. C’est pourquoi, lorsqu’une délégation Burgonde lui demande de l’aide pour combattre l’envahisseur Saxon, il n’hésite pas un instant : il confie son anneau à Brunhilde et suit l’équipage vers Vienna. La ville est assiégée. Les Saxons, aidés par un Jotun, une créature colossale directement sortie des enfers, sont certains de défaire définitivement l’armée du Roi Hagen. L’arrivée de Siegfried est donc une réelle aubaine, le guerrier ne tardant pas à se défaire du Jotun et forcer l’assaillant au repli. Mais tous savent que le héros regagnera les terres islandaises et sa belle Walkyrie une fois la guerre terminée. Aussi dans l’entourage du roi imagine-t-on quelques stratagèmes pour que le guerrier reste. La belle Kriemhilde pourrait, d’ailleurs, en être le principal instrument.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A une encablure du Ragnarok, qui désigne, en (super) gros la fin d’Odin et de sa clique dans la mythologie nordique, il est toujours aussi agréable de voguer entre terre des hommes et terre des dieux, sous la houlette de ce diablotin de Nicolas Jarry. Le prochain album sera d’ailleurs l’ultime chapitre de la série, ou tout au moins le terme d’un premier cycle. C’est donc emballé par les velléités épiques de la série qu’on suit comme son ombre la destiné du fameux Siegfried qui catalyse habilement l’intrigue depuis quelques albums. Après avoir piqué l’anneau de puissance, énervé Wotan et réveillé la belle Brunhilde, le fameux guerrier joue de son invincibilité aux cotés des Burgondes dans leur lutte contre les Saxons. De l’autre coté, la partie « mythologique » ne se fait pas avare en alliances, mésalliances et trahisons pour accélérer la destinée divine vers une irréversible confrontation. Rien n’est simple et les rebonds se multiplient pour éloigner chaque protagoniste d’une destinée métro-boulot-dodo. Très bizarrement, malgré un découpage savonneux qui cisaille constamment le récit (on passe en quelques planches du monde des dieux à celui des hommes dans lesquels, en prime, plusieurs sous-intrigues sont distillées), on n’en perd jamais une miette. Idem lorsque le scénario joue les techniciens : même peu expert en mythologie scandinave, on n’est jamais réellement freiné par ses multiples indications. Car très intelligemment, Nicolas Jarry a donné la priorité à l’action et au romanesque, pour une saga balançant entre heroïc-fantasy et aventure. Du coup, on se laisse capter, tel un perdreau de l’année, par l’exercice présenté. Et c’est tant mieux ! D’autant plus que Djief rend une bonne copie, avec un dessin mettant justement l’action particulièrement en valeur. Définitivement une série à ne pas bouder.

voir la fiche officielle ISBN 9782302014671