parution 25 janvier 2012  éditeur Soleil  collection Soleil Celtic
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Le crépuscule des dieux – cycle 1, T6

Ragnarok

Tandis que sur la Terre des Hommes, Siegfried envouté humilie Brunhilde, en Terre des Dieux, Wotan se prépare à un ultime affrontement. Un dernier chapitre mettant ses protagonistes à genoux.


Le crépuscule des dieux – cycle 1, T6 : Ragnarok (0), bd chez Soleil de Jarry, Djief, Héban
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2012

L'histoire :

Sur la Terre des Dieux, Wotan pleure son fils Baldur tué par Loge, le Dieu félon. Pour autant, il n’est pas mécontent d’épargner à son fils préféré le flot de haine qui ne tardera pas à s’abattre sur Asgard d’ici peu. Car les Dieux sont en guerre et les murailles extérieures de la Cité ont cédé. L’affrontement tant redouté est inévitable, qui verra Géants, Elfes Noirs et autres créatures du Mal venir pousser Wotan dans ses derniers retranchements. Longtemps absent de la Terre des Dieux, le Père de Tout n’en est pas moins resté sans agir pendant toutes ces années. Il a multiplié les alliances : Nains de Kaarden, Rois Elfes de Siefgaard, tribus sauvages de Nibelheim et même Njord, le Dieu Vane réticent, seront bientôt à ses cotés… Sur la Terre des Hommes, Siegfried, envouté par une potion, a oublié Brunhilde et s’apprête à épouser Kriemhilde, la sœur de Gunther, roi des Burgondes. Non content d’avoir empoisonné Siegfried pour qu’il reste à ses cotés, Gunther souhaite également faire de Brunhilde sa femme. Accompagné de Siegfried, il part alors en Islande pour lui faire sa demande. Constatant avec effroi que Siegfried ne se souvient pas d’elle, elle n’a plus qu’une obsession : se venger. Aussi propose t-elle un combat à Gunther. S’il en sort vainqueur, elle l’épousera. Sinon ce sera la mort pour le Roi, ainsi que pour celui pour qui elle a jadis sacrifié son immortalité…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voici l'ultime volet (avant un nouveau cycle probablement) de cette saga fortement inspirée par la mythologie scandinave. Le titre de cette 6éme partie ne fait pas de mystère quant à son issue : KO général à la dernière reprise ; totalité des combattants au tapis… Jouant toujours d’une judicieuse alternance entre Terre des Hommes et Monde des Dieux, le scénario mène de fronts deux récits. Ainsi, d’un côté, on vivra un retour amnésique de Siegfried auprès de la belle Brunhilde et ses funestes conséquences. De l’autre, on suivra l’affrontement entre Dieux et Géants, son embrasement chaotique et son inéluctable conclusion. Au final, une belle démonstration, à renforts de vengeances, de trahisons, de méprises ou de mauvais choix des méfaits du fameux anneau (pour une douce parabole sur la quête du pouvoir à tout prix). Parfaitement découpé et glissant avec intelligence (parfois sur la même planche) d’une intrigue à l’autre, l’ensemble se révèle une fois de plus particulièrement divertissant et bien fait. On regrettera peut-être que les propensions épiques de la série soient un ton au dessous, ou que l’usage de la voix off prenne le dessus sur l’action, en particulier en ce qui concerne la partie « divine » du récit. Et même si Djief fait plutôt bien tourner la machine à effets spéciaux, avec submersion de flammes, d'explosions multiformes, de grosses méchantes bestioles (et tout et tout…), difficile de rendre vivant ce déluge final sur le papier. Enfin, l’absence de tout suspens se fait cruellement ressentir, qui nous mène vers une conclusion attendue. Seules les dernières pages et l’annonce d’une grossesse suscitent un nouvel intérêt pour un probable nouveau cycle. A suivre donc...

voir la fiche officielle ISBN 9782302018358