parution 01 septembre 2006  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Les brumes d'Asceltis – cycle 1, T3

Le roi Akorenn

Le mal ronge les terres d'Asceltis. Pourtant, un dernier espoir subsiste. La longue quête se poursuit dans un 3e tome bien meilleur avec des couleurs qui font plaisir à voir.


Les brumes d'Asceltis – cycle 1, T3 : Le roi Akorenn (0), bd chez Soleil de Jarry, Istin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2006

L'histoire :

Il y a 8000 ans, cinq peuples se sont affrontés pour la domination du continent : Les farouches Scents, les Nobles Kâgnes, les arrogants Akorenns, les irascibles Oslans et les innombrables Corgonnes guidés par le dieu Azell. Tous livrèrent une guerre sans merci. Celle-ci s’acheva par la mort du dieu Corgonne qui fut enterré avec ses armes dans un endroit secret. 8000 ans plus tard, Azell est sur le point de se réincarner ; une fille a été élue pour le contrer : une sylve du nom d’Elya. Capturée dans une citadelle Oslanne pour faire l’ouverture des jeux du cirque, elle fait la connaissance d’Aka, d’Oslan et de Tsëh le Kâgne. Elle leur révèle alors la quête qu’elle doit accomplir. Les trois prisonniers sont libérés par Albian, un Naadir et esclave de la race Oslanne qui souhaite fuir la cité. Poursuivis par les gardes, le groupe parvient s’échapper en empruntant un lévian, une sorte d’animal volant. Leur objectif est de rejoindre le royaume Akorenn et retrouver Moa’scel, le dieu qui sait où sont enterrées les armes d’Azell, car seules ses propres armes pourront l’anéantir. Le voyage est de courte durée puisque le lévian s’écrase et Elya se fait enlever par des Kahons au service de leur Dieu Nëmorr. Aidés par Allila qui est de la même race qu’Albian, le groupe libère Elya juste avant que Nëmorr n’exécute le sacrifice. Jurant que les dieux « sont les vers qui rongent le cœur des hommes », le Dieu Kahon parvient à s’instaurer dans le corps d’Albian sans que personne ne comprenne ce qui s’est réellement produit …

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après un premier tome plutôt simple, et un second dont on ne comprend pas encore très bien l’utilité, ce troisième opus (sur les cinq prévus) se remet sur les bons rails. Certes, la trame reste on ne peut plus classique : un méchant Dieu est prêt à se réincarner de nouveau et un groupe multiracial est élu pour empêcher ça. Pour cet épisode, le scénario reste simple mais bien structuré et le lecteur suit parfaitement l’évolution des personnages. L’idée de la route commerciale est plutôt intéressante et les rebondissements sont bien placés dans l’histoire. On apprend aussi plus de choses sur le monde d’Asceltis et sur tous ses peuples, que dans les deux premiers tomes réunis. Quelques maladresses subsistent encore mais le scénariste Nicolas Jarry (Les chroniques de Magon, la rose et la croix…) a plutôt bien réussi son coup. Le dessinateur Jean Luc Istin, grand spécialiste des histoires celtiques (Merlin, Le sang du dragon) se détache un peu de son genre favori pour cette série. Ses influences sont néanmoins très présentes dans son dessin avec l’Oslan qui ressemble trait pour trait à un nain, le Naadir, les fées ou encore la sylve aux oreilles d’elfe, si joliment représentée… On peut remarquer dans cet opus une plus grande aisance dans ces dessins, qui augmentent en qualité. Or, c’est finalement la couleur qui frappe en premier lieu dans cet opus. Les tonalités sombres-rouges des précédents tomes faisaient d’Asceltis une terre peu agréable à regarder. Avec le changement de coloriste, ce 3e volet renoue avec la clarté et c’est tant mieux ! Aux pinceaux, Ellem a su apporter de la vivacité à des vignettes qui en manquaient gravement. Un grand bravo !

voir la fiche officielle ISBN 9782849460962