parution 02 décembre 2015  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Les forêts d'Opale T9

Un flot de lumière

Darko et ses amis partent en quête d’un grimoire pour refermer la porte des enfers et éradiquer l’ignoble Kamphre d’Yrkhone. Conclusion demi-molle d’une saga de pure fantasy emblématique du catalogue Soleil.


Les forêts d'Opale T9 : Un flot de lumière (0), bd chez Soleil de Arleston, Pellet, Lamirand
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2015

L'histoire :

Grace aux lunettes de pierre noire, Darko et ses amis ont réussi à anéantir le démon Yghsh, dans le 9ème cercle des enfers. Néanmoins, ce faisant, les portes des enfers sont devenues incontrôlables… et elles déversent désormais sur Opale des démons biscornus toujours plus nombreux, qu’il faut sans cesse éliminer. Il est grand temps de réagir pour éradiquer ce problème. Le barde Urfold a une idée : faire revenir le titan du premier cercle des enfers où il est resté bloqué. Lui seul pourra sceller cette ouverture à jamais, avec l’aide des pierres de magie. Pour cela, il leur faut tout d’abord trouver l’incantation complexe, qui se trouve dans un précieux et unique grimoire, le Dranthomikon, détenu dans la grande bibliothèque du Havre. Or depuis plusieurs semaines, le Havre de Lumière s’est mué en un gigantesque chantier : sous l’impulsion de l’ignoble Kamphre d’Yrkhone, des ouvriers détruisent les murs, pour en disposer les pierres sur le sol selon un symbole démoniaque démesuré… Pendant ce temps, l’ancienne générale des armées Tara continue sa formation et son recrutement de nouveaux soldats en forêt. C’est là qu’elle est contactée par le capitaine Randre et une poignée de ses paladins. Ces derniers ont compris que Kamphre n’a plus rien à voir avec la Lumière et ils ont décidé de déserter pour rejoindre les rangs de la rébellion…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Depuis l’an 2000, Philippe Pellet se consacre à une unique série d’heroïc-fantasy, imaginée par le serial-scénariste Arleston, Les forêts d’Opale. Un élu, une quête, des jolies filles, un monde fantastique peuplé de créatures incroyables et une dictature maléfique dont il faut se débarrasser… Rien que du très classique, en somme. Néanmoins, lorsque le classique est bien joué, on aurait tort de se priver. Démarrée à une période où le genre était porteur, la série s’est peu à peu essoufflée, à force de réitérer les mêmes rebondissements. Chaque tome proposait en effet une nouvelle étape dans la quête, ponctuée par une apparition du truculent démon Ghorg. La fréquence créative de Pellet – un tome tous les deux ans – a aussi progressivement désynchronisé la série d’avec les modes de notre temps. En outre, la dichotomie entre les pulsions humoristiques d’Arleston (façon Lanfeust) et l’ambiance visuelle réaliste persiste… et finit par sonner un peu faux. Bref, il était temps d’en finir. Ce tome 9 se montre une conclusion cohérente, à défaut d’être palpitante. Les intrigues en cours et l’éradication des méchants se résolvent en effet de manière un peu plate, voire facile (tout ça pour ça !). Heureusement, Pellet conserve son exigence graphique réaliste, en dépit de stigmates de mise en scène systématiques (que de visages en gros plans ! et de fond de cases en aplats !). L’abomination de son « boss de fin » mérite le détour.

voir la fiche officielle ISBN 9782302048577