parution 24 octobre 2012  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Siorn T1

Le Parfum de la Dryade rouge

Dans un contexte de guerre fratricide entre royaumes, un mercenaire est forcé d’exécuter l’un des chefs de clan pour sauver sa peau. Mise en place impeccable d’une aventure d’heroïc-fantasy guerrière.


 Siorn T1 : Le Parfum de la Dryade rouge (0), bd chez Soleil de Viozat, Tanco
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2012

L'histoire :

A travers les monts enneigés, le guerrier Siorn s’enfuit. Il emporte avec lui un plein sachet de précieuses gemmes. Il les a dérobées dans une mine du comté de Jolarsh, sur lequel règne la tyrannique Ysbel. Les hommes de cette dernière sont à ses trousses, mais c’est une femme, Hebryn la guerrière, qui parviendra à l’arrêter et à le capturer. Amené devant Ysbel, Siorn est sommé de s’expliquer. Il avait besoin d’acheter des mercenaires et des armes pour sa tribu, car une guerre féroce divise les clans nosvar. Plutôt que de l’exécuter, Ysbel est intéressée par la manière dont Siorn les a infiltrés. Elle lui impose un pacte : la liberté et des armes, contre la tête de son propre frère, Olshorn. Or les armées d’Olshorn sont à ce moment également en guerre contre celles du second frère, Giarthen. L’héritage du royaume d’Urad divise en effet ses 3 rejetons… Il est donc demandé à Siorn d’infiltrer l’armée d’Olshorn pour l’approcher et le tuer. Pour être bien certaine de son allégeance, Ysbel inocule un poison lent à Siorn : de la dryade rouge. S’il réussit et rapporte la tête d’Olshorn, un antidote lui sera fourni. Siorn se met donc en route sans perdre de temps, l’efficace Hebryn sur ses talons…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Bienvenus dans un monde barbare, par une météo hivernale, en des temps crépusculaires. Le héros Siorn pourrait être un vague cousin de Conan, dans cet univers d’heroïc-fantasy créé de toutes pièces par le scénariste Sébastien Viozat. Il est précisément un guerrier « nosvar » et se retrouve forcé d’accomplir un « contrat » pour obtenir l’antidote à un poison qui lui a été inoculé. Un moyen de pression classique, qu’on a plutôt coutume de retrouver dans les polars. Le dessinateur Morgann Tanco abandonne quant à lui son compère Lupano, aux côtés duquel il avait livré L’ivresse des fantômes et Le droit chemin. Selon une griffe toujours semi-réaliste, quoique plus encrée, il poursuit un parcours sans faute à travers un décorum martial et épique. Difficile en effet d’imaginer plus batailleur que ce contexte de guerre fratricide qui fleure la testostérone et le cheveu gras. Les auteurs posent la problématique accrocheuse avec un savoir-faire patent et sans perte de temps. La psychologie du personnage de Siorn est également limpide et charismatique : il est un pur guerrier avec une âme de chef, il ne fait pas dans la dentelle et n’accorde sa confiance qu’à lui-même. Dès lors, sa « quête » se ponctue de combats sanglants et de coups bas sans gants. Ça ferraille et ça défouraille sévère. La première partie du diptyque prévu s’avère donc enthousiasmante, vivement recommandée aux amateurs du genre.