parution 01 septembre 2008  éditeur Akileos  Public ado / adulte  Thème Western, Historique Graphic Novel

Cora T1

Livre un

L'épisode sanglant à la prison d'Andersonville a laissé des traces chez la famille Callaghan : Rose a disparu et Isabel est partie pour l'Ouest, maman d'une petite Corabelle... Ted Mathot donne une suite pesante et prenante à l'aventure.


 Cora T1 : Livre un (0), comics chez Akileos de Mathot
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Akileos édition 2008

L'histoire :

Le 9 avril 1865, la réédition du général Robert E. Lee met fin à la Guerre de Sécession. L’été précédent eut lieu un tragique épisode à la prison d’Andersonville. Deux femmes prirent d’assaut le bastion afin de secourir trois prisonniers qu’elles tirèrent d’une mêlée où périrent plus de cent hommes et plus encore furent blessés (cf. Rose et Isabel). De retour en fin de saison dans leur foyer, les quatre rescapés (Rose, Isabel, John et Tobias, leur frère Jacob n’ayant pas survécu) vivent des jours difficiles. La famille Callaghan a été durement touchée et alors que Rose sombre dans la folie – avant de disparaître un beau matin – sa sœur Isabel choisit d’oublier jusqu’à son nom, brûle ses souvenirs, se marie et prend le nom de London puis part pour l’Ouest. Maman d’un fils prénommé Jacob et d’une petite Corabelle – surnommée Cora – elle reconstruit doucement sa vie. Les années passent, les enfants grandissent. Jusqu’à l’apparition d’un homme menaçant, exhumant un nom oublié et tabou : « Rose Callaghan », demande-t-il…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Coutumier de l’animation 3D (Pixar), Ted Mathot s’est essayé avec bonheur à la bande dessinée, il y’a peu. Rose et Isabel racontait l’équipée sanglante de deux sœurs parties secourir leurs frères en pleine Guerre de Sécession. Vraiment plaisant. Et c’est avec autant de « bonheur » (avec les précautions d’usage qui sied à l’emploi d’un terme en contradiction manifeste avec l’ambiance développée) que l’auteur choisit aujourd’hui de donner une suite à l’aventure. Une suite en plusieurs chapitres. Dont acte. Voici Cora : Livre un. Près de vingt années ont passé, Rose a disparu et son nom a été rayé de la mémoire familiale par sa sœur Isabel, partie, elle, dans l’Ouest. Seulement, maman d’une petite Corabelle devenue une jeune femme au tempérament rebelle, la tranquillité de son foyer durement acquise risque de voler en éclats devant les fantômes du passé… Le personnage est fort – voire instable – l’ambiance pesante, le malaise est palpable. Bref, cette mise en bouche ne manque pas de caractère. Le prologue passé, efficace (rappelant les faits relatés dans Rose et Isabel et posant les jalons du tabou prénommé Rose), Ted Mathot prend le temps d’installer son affaire. La résurrection du souvenir de l’être honni est savamment amenée, par l’apparition d’un homme, une photographie, quelques éclats de voix et confessions de-ci de-là. Un rythme narratif progressif remarquable tout aussi que lent. En effet, lorsque l’action s’emballe, c’est déjà la fin ! Un goût de trop peu. Vivement la suite. La maîtrise se lit de même dans le graphisme classico-réaliste adopté par l’artiste. Un dessin aux contours soignés, relativement épuré mais cependant nuancé dans ses couleurs et dominantes (évitant ainsi les aplats – trop – abusifs souvent d’usage outre-atlantique). Cora débute donc sous les meilleures auspices. Un récit de genre « post-western » bien ficelé et prenant. A noter quelques coquilles dans le lettrage de cette belle édition française (lettres oubliées, mots tronqués ou absents), sans conséquence heureusement sur le plaisir de lecture…

ISBN 9782355740220