parution 15 mars 2019  éditeur Délirium  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy, Fantastique - Etrange Independant

Slaine T1

L'aube du guerrier

Les tout premiers épisodes du mythique Slaine enfin édités en France ! Une tuerie totale qui fit les heures glorieuses de 2000 AD, le célèbre périodique britannique. Aventures, romance, monstres et spasmes de distorsion pour 200 pages de pur régal.


 Slaine T1 : L'aube du guerrier (0), comics chez Délirium de Mills, A. Mills, McMahon, Belardinelli
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Délirium édition 2019

L'histoire :

Moi seul, Ukko le nain, suis habilité à pouvoir conter la saga de Slaine McRoth des Sessairs. Mercenaire, voleur de bétail, souverain du champ de bataille qui deviendra le roi légendaire des tribus de la déesse de la terre. Tout a commencé dans le royaume des Seigneurs Drunes, dont la magie noire a plongé Tir Nan Og, le pays jeune, dans l’obscurité et dont l'usage des pierres magiques a distordu le temps lui-même. J'aidais Slaine à faire de l'or grâce à un combat contre un dragon et c'est ainsi que nous pûmes quitter Gabala. Slaine a fini par rejoindre sa tribu car il aimait Niamh, l'épouse du roi. Mais au bout de quelques visites, ils furent repérés par la cour du roi. Slaine dut quitter le nord de Tir Nan Og, où les druides usaient de la puissance de la terre pour faire le bien. Il parcourut le sud durant trois années. Là, la puissance était aux mains des drunes maléfiques. Mais celle de Slaine était sans pareille : une fois pris d'un spasme de distorsion, il devenait une créature monstrueuse et disproportionnée, à l'aspect hideux ! Sa hache, Brise-ervelles, faisait son office pendant que je me montrais habile en affaires. C'est ainsi que j'utilisais aussi son or pour acheter un Broch, une prison de grande valeur.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans sa préface, Pat Mills explique à quel point Les armées du conquérant, un album qui met en scène Arn et qu'on doit à Jean-Paul Dionnet et Jean-Claude Gal, avait marqué son esprit. Son visuel époustouflant, ce dessin fourmillant de détails en font un chef-d’œuvre qui impresionne quiconque, encore aujourd'hui. Il s'en ouvrit à sa compagne de l'époque, Angie Kincaid et tous deux fondèrent une saga qui prenait ses racines dans la mythologie celte. Slaine était né, en ce début des années 1980. Ce fut donc tout d'abord cette charte graphique qui eut la vocation de caractériser la série. Retour vers le futur, de nos jours et sur nos terres : les éditions Délirium publient ainsi, une nouvelle fois, une pépite de l'histoire de la BD, car si en France, le personnage a connu sa popularité au travers des épisodes dessinés par le monstrueux Simon Bisley, cela fait bientôt 30 ans que les fans pur-jus attendaient de pouvoir lire dans leur langue le début de la saga. On accède donc enfin aux sources, en août 1983, quand la revue 2000 AD lance le personnage. Le travail d'Angie (qui signe en tant qu'Angie Mills) si impressionnant soit-il, ne plaît pas aux fans de la revue. Il séduit certes le grand public, mais les inconditionnels du comics lui reprochent une forme de rigidité. Ils ont du mal à décrypter un code narratif qui rappelle la noirceur des gravures. Trop avant-gardiste... Pat Mills, qui compte aussi parmi les fondateurs de la revue, en appelle alors à un autre illustrateur : Massimo Bernadinelli. Là aussi, l'esthétique et le découpage viennent en ligne droite du franco-belge : le trait est fin, offrant des visages féminins somptueux. L'encrage est d'une minutie incroyable et la composition des scènes laisse une place prépondérante à des décors phénoménaux. Là encore, le grand public apprécie, mais les fans hardcore de la revue rejettent une nouvelle fois une forme de story-telling auxquels ils ne sont pas habitués. L’École italienne ne prend pas du côté de la Perfide Albion. Vient alors le temps de faire appel à Mike McMahon, pilier de la revue, puisqu'il est adulé pour ses dessins sur Juge Dredd. Et là, la tendance s'inverse : les lecteurs assidus du mensuel adorent, ceux qui l'achètent à l'occasion (et qui représentent 80% des ventes), nettement moins, son style étant il est vrai plus «rude». Voici donc un résumé de cette genèse, qu'on préfère vous transmettre plutôt que de broder autour de ce personnage culte. Slaine est en effet une légende de l'art séquentiel, un incontournable, au même titre que son «ancêtre» Conan. Ceux qui aiment la «sword-and-sorcery» ne s'y sont jamais trompés. Alors que vous soyez novice ou lecteur confirmé, cet album ne pourra que vous ravir, tant ses débuts renferment aussi toute sa richesse... et sa sauvagerie !

voir la fiche officielle ISBN 9791090916470