parution 13 janvier 2016  éditeur Panini Comics  collection Best of Fusion Comics
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Horreur Graphic Novel

Providence T1

La peur qui rôde

En 1919, un jeune journaliste nommé Robert Black parcourt les U.S.A. afin d'en apprendre plus sur un mystérieux livre aux soit-disant propriétés alchimiques. Une relecture des univers de Lovecraft par un Alan Moore des grandes heures.


 Providence T1 : La peur qui rôde (0), comics chez Panini Comics de Moore, Burrows, Rodriguez
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2016

L'histoire :

En 1919, à la rédaction du New York Herald, les discussions vont bon train pour remplir au plus vite une demi-page avec un article de dernière minute, une publicité ayant été annulée. Le journaliste Robert Black veut bien réaliser un sujet et le choix se porte sur l'impact qu'a eu le livre « Sous le monde », un roman qui aurait inspiré le célèbre « Roi en Jaune » de Robert Chambers. Pour donner corps au thème, Robert se remémore qu'un certain Docteur Alvarez a écrit un papier sur le livre et qu'il habite à New York. Le journaliste se rend donc à l'immeuble où l'homme est censé habiter. C'est Mme Ortega, la concierge qui lui ouvre. Elle porte un manteau de fourrure alors qu'il fait extrêmement chaud en ce moment. Elle conduit Robert Black jusqu'à l'appartement du Docteur Alvarez, mais prévient le journaliste qu'il fait très froid à l'intérieur et ce, afin d'éviter que la maladie du médecin ne se dégrade. Après un entretien fort instructif, Robert retourne à la rédaction, son idée d'article étant tombée à l'eau. Par contre, il lui est venu à l'idée de parcourir le pays à la recherche d'un ouvrage aux prétendues propriétés alchimiques...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Scénariste aussi érudit que fascinant, le britannique Alan Moore a, durant plusieurs dizaines d'années, créé de nombreux chefs-d'œuvres et ce dans des styles très différents. Moins prolifique ces derniers temps, l'auteur s'amuse toutefois à explorer des registres comme l'horreur et l'épouvante avec Crossed +100 ou Neonomicon. Dans ce dernier, Alan Moore rendait un hommage à l'incontournable H.P. Lovecraft certes imparfait mais qui dévoilait déjà son véritable amour pour l'écrivain américain. Avec Providence, le créateur de Watchmen imagine une histoire d'enquête littéraire où un jeune journaliste nommé Robert Black part sur les routes américaines pour en savoir plus sur un ouvrage que l'on prétend posséder certaines caractéristiques surnaturelles. Les recherches de son personnage le conduisent à croiser les chemins d'individus troubles et parfois malsains. À l'instar de Dean Corso interprété par Johnny Depp dans La Neuvième Porte, Robert Black est un héros assez mystérieux, flirtant en permanence avec le surnaturel et y succombant parfois sans s'en rendre compte. Le lecteur est immédiatement plongé dans l'univers lovecraftien remanié par Moore à travers des références en pagaille, du personnage principal aux clins d'œil glissés ici et là. Ambitieux et incroyablement bien pensé, le récit ne se moque pas du romancier que vénère son auteur et présente toujours des points de vue différents, notamment par le biais de textes situés entre chaque épisode. Ceux-ci sont des extraits du journal de Robert Black qui évoque ses certitudes, ses doutes, ses regrets et ses peurs. Témoin privilégié d'une paranoïa sans cesse grandissante pour le héros, le lecteur est au cœur d'un mécanisme construit minutieusement et dont l'objectif principal est de vous effrayer à mesure que vous tournez les pages. Ne vous attendez pas à une violence explicite à la Crossed mais plutôt à une peur froide et implacable où la sensation d'impuissance est permanente. Le récit fourmille d'idées toutes plus géniales que les autres. La prestation de Jacen Burrows aux dessins est elle aussi incroyable. Si l'on connaissait les qualités de l'artiste sur des titres dégoulinants de tripes et autres substances corporelles, il nous surprend par la retenue incroyable de son trait et par la précision de ce dernier. Il s'agit probablement de sa meilleure prestation à ce jour. Les fans de H.P. Lovecraft, d'horreur ou même les simples amateurs de sensations fortes se doivent de tenter la lecture de ce nouveau pari artistique d'Alan Moore. Une réussite effrayante !

ISBN 9782809436365