Punisher Max T5 : Sans abri (0), comics chez Panini Comics de Aaron, Dillon, Hollingsworth, Johnson ©Panini Comics édition 2012

Punisher Max T5

Sans abri

Sorti de prison, Frank Castle se lance dans une ultime croisade contre le Caïd et son nouveau garde du corps : une dénommée Elektra. Une conclusion violente et habile de la série de Jason Aaron et de Steve Dillon.

L'histoire : Dans la rue, les voyous prolifèrent de nouveau. L'annonce que Frank Castle alias le Punisher s'est enfui de prison n'effraie plus les criminels. Ils devraient pourtant, car malgré son âge et son manque de moyens, son stock d'armes et de munitions aillant été confisquése par la police, il est de retour. Le Caïd a sollicité une organisation un peu spéciale, la Main, pour qu'il soit protégé des tentatives d'assassinat de Castle. Une garde du corps un peu spéciale reste à ses cotés en permanence. Elektra manie deux saï et joue en réalité un double jeu puisqu'elle travaille aussi pour l'ex femme du Caïd. Wilson Fisk ne sort plus de sa tour, ce qui pose problème à Frank. Ce dernier récupère des armes au fur et à mesure qu'il corrige les truands. Il fait sa première cible notable en se rendant à l’hôpital. Bullseye est toujours dans le coma, le sourire aux lèvres. Le Punisher n'a aucune pitié et tire en plein milieu de la cible tatouée sur le front de son ancien adversaire. La correction se poursuit...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Le personnage du Punisher est depuis quelques années irrémédiablement rattaché au scénariste Garth Ennis. Son approche atypique et adulte, dans les séries Marvel Knights et Max, a conquis de nombreux fans qui ont longtemps regretté le départ de l'auteur. Après plusieurs one-shots de niveau variable, la série a refait son apparition en version adulte avec Jason Aaron à la barre sous le nom Punisher Max. Le scénariste se place dans la droite continuité de l'irlandais. Il utilise la violence pour faire passer bon nombre de messages mais attention, certaines scènes rendent la lecture conseillée aux plus âgés, tant Frank Castle commet des actes parfois proches de la barbarie. Aaron nous interroge lui aussi sur les actes de ce héros très particulier. Avec les opus précédents, on a pu le voir affronter des épreuves inédites comme la folie de Bullseye ou encore la prison. Cette fois-ci, le récit nous montre la dernière bataille du Punisher. L'album conserve le ton très particulier installé depuis les débuts d'Aaron sur la série. Violence et introspection sont au rendez-vous. L'auteur offre une conclusion vraiment intelligente à son titre. Il sublime d'une certaine façon les idéaux de Castle, pas forcément les méthodes. Steve Dillon qui a si souvent répondu présent lors de l'ère Ennis, parraine le run de Jason Aaron avec une belle énergie. Le dessinateur au style si particulier livre une copie fidèle à celle qu'il a toujours proposée sur la série. Cet ultime volet est particulièrement réussi et installe Aaron en digne successeur d'Ennis sur le personnage. A signaler que de futurs Punisher Max devraient sortir dans les mois à venir, mais ils ne contiendront que des one-shots, voire de nouvelles sagas du personnage.

  • scénar dessin


18 octobre 2012



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • Que c'est bon 6 novembre 2012

    Purée que c'est bon. J'apprécie fortement la relecture par Aaron et Dillon des personnages emblématiques comme la Caid, Electra, Bullseye, Fury et de les rattacher à l'univers du Punisher. J'aime ce Punisher vieillissant, au bout du rouleau qui tente de continuer à faire son "job". Pas besoin d'être un exégète de l'univers Marvel pour rentrer dans ce cycle. Même un débutant peut s'y lancer. Contrairement aux comics qui s'éternisent jusqu'à épuiser le filon. Ici, 4 tomes forment une histoire complète avec une vraie fin. Beaucoup de gens n'aime pas le dessin de Dillon mais pour ma part je l'apprécie beaucoup. Il y a beaucoup de personnes qui peuvent dessiner de telles horreurs sans foutre la gerbe. Aaron fait presque oublier Ennis sur ce cycle. Il est dans la parfaite continuité sans l'humour ennisien. Cela n'hésite pas à trucider des persos célèbres de l'univers Marvel. C'est l'intérêt de cet univers alternatif Max. Vraiment fun.

    Mr Degryse

  • Une fin plus que parfaite 22 octobre 2012

    Pour moi, je crois que l'on devrait rendre un Bédiene d'Or pour toute la saga Punisher Max ( Sauf le 3) car elle est d'une telle qualité à la fois au niveau du scénario mais aussi au niveau du dessin très "mature" de Dillon. Non vraiment toute la série est bonne. Et pour parler de ce tome en particulier, je crois que les lecteurs obtiendront des réponses à quelques questions et seront surpris par d'autres évènements. De plus la fin est de toute beauté et clôt parfaitement cette série.

    Dr.Bacardi


prix 13.20-5% = 12.54

sur


 Punisher Max T5 : Sans abri (0), comics chez Panini Comics de Aaron, Dillon, Hollingsworth, Johnson ©Panini Comics édition 2012

17 octobre 2012

Panini Comics

Marvel Max

voir la fiche officielle

9782809426465

ado / adulte

Aventure - Action, Fantastique - Etrange, Guerre, Thriller

Super-héros

scénariste
interview de Jason Aaron & R.M. Guéra
© planetebd.com 2014

dessinateur
 

coloriste
 

couverture
 

Punisher Max série terminée en France
7 albums parus
série terminée aux USA
Titre en VO : Punisher Max
Nos chroniques dans cette série :