parution 14 mai 2014  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Roman graphique Independant

Cet été-là

De retour à Awago, Rose retrouve sa copine Windy pour un été durant lequel, sans le savoir encore, elle se prépare à grandir un peu. Un roman graphique sensible mettant en scène avec justesse le passage à l’adolescence.


Cet été-là, comics chez Rue de Sèvres de Tamaki, Tamaki
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2014

L'histoire :

Rose a 13 ans. Cet été encore, elle supporte les longues heures passées dans les bouchons pour retrouver l’endroit magique dans lequel elle va chaque année en vacances avec ses parents : Awago Beach. Awago, c’est un véritable petit paradis. Son père dit par exemple que les bières poussent sur les arbres et qu’on a le droit de dormir jusqu’à 11 heures. Sa mère ajoute avec nostalgie que leur maisonnette d’été ressemble à celle dans laquelle elle vivait avec ses parents. Pour Rose, Awago c’est d’abord Windy. Windy, la copine qu’elle ne voit qu’ici, mais qu’elle connait depuis qu’elle a 5 ans. Les retrouvailles sont d’ailleurs à la mesure de l’événement : chaleureuses et particulièrement bavardes. En particulier, mis à part connaitre ce que l’une ou l’autre a fait avant de venir à Awago, il faut savoir si elles ont un petit copain. Ensuite, il sera temps d’aller à l’épicerie du coin pour faire les provisions de bonbons. Mais aussi de rencontrer l’employé du magasin, un ado 3 ou 4 ans plus vieux, qui ne tarde pas à attiser leur curiosité...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après nous avoir très intimement embarqués dans l’adolescence de Skim (Casterman), les cousines Tamaki choisissent de viser la tranche juste au-dessous, en offrant une balade préadolescente en plein été sur le bord du lac Awago. Un peu comme pour leur précédent forfait, l’épais récit de 300 pages prend les allures d’un journal. Cette fois, c’est Rose qui effeuille les événements. De confidences avec « la copine d’été » Windy, en relations familiales ambiguës, en passant par les films d’horreurs regardés en cachette ou la contemplative douceur des vacances l’été, on comprend que quelque chose est en train de changer : le même cadre, les mêmes habitudes, les mêmes protagonistes, voire les mêmes situations que les étés précédents, mais avec un écho différent. Un peu comme si le filtre naïf de l’enfance – pas encore totalement dissout – laissait passer quelques nouveaux sons. Ce basculement vers l’adolescence, doucement tisonné, suit plusieurs fils rouges : les non-dits familiaux qui empèsent peu à peu la relation des parents, l’attache à l’enfance matérialisée par cet endroit de villégiature et symbolique de la période insouciante vécue jusqu’alors. Et puis surtout, la fascination qu’exerce sur Rose la vie d’un groupe de « vieux » ados qu’elle observe en catimini. Noués avec beaucoup de justesse, ces fils portent parfaitement les prémices du passage vers l’adolescence, avec son corollaire de questionnements sur le sexe, de transformation du corps et la prise de conscience de la violence du monde adulte. Peut-être un peu lent, et petit à petit empreint d’une tension dramatique finalement inutile, le récit ne parvient jamais à la bascule émotionnelle qu’on s’impatiente pourtant d’éprouver à chaque instant. A l’inverse, on a rarement aussi bien fait porter l’attention sur cette période charnière, avec en filigrane un petit quelque chose de nostalgique qui nous transporte vers notre propre expérience. Une intention d’ailleurs parfaitement portée par la qualité du dessin, à la fois doux, aéré et rendant parfaitement lisible chaque émotion.

voir la fiche officielle ISBN 9782369810889