parution 13 mai 2015  éditeur Rue de Sèvres  Public ado / adulte  Thème Politique, Historique, Roman graphique Graphic Novel

Wake up America T2

1960-1963

John Lewis activiste pacifiste est aujourd’hui, député à la Chambre des Représentants. Sa vie a été un parcours du combattant. Second volet d’une autobiographique riche en enseignements et en humanité.


 Wake up America T2 : 1960-1963 (0), comics chez Rue de Sèvres de Lewis, Aydin, Powell
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rue de Sèvres édition 2015

L'histoire :

Nashville, Tennessee, 10 novembre 1960. Face à Richard Nixon, John Fitzgerald Kennedy remporte d’une courte tête la présidence des États-Unis d’Amérique. Un espoir pour John Lewis, mais la réalité est encore triste pour les afro-américains. Le téléphone vient de sonne, trois guetteurs de l’association dans laquelle travaille John Lewis ont été agressés par une serveuse qui ne voulait pas prendre leur commande dans un café-resto, le Krystal. Février 1961, Nashville. Un cinéma programme les 10 commandements de Cecil B. De Mile. Un jeune noir guetteur souhaite acheter un ticket. La vendeuse refuse. Un policier intervient et frappe le jeune garçon. Le Comité Central de l’association organise une réunion. Le révérend Campbell s’interroge sur l’efficacité des guetteurs. Pour lui, la violence empirera encore et encore jusqu’à ce quelqu’un soit tué. John Lewis est partisan de la non-violence. Il propose d’aller plus loin : « Nous allons marcher ». Mars 1961, John Lewis tombe sur une annonce dans The Student Voice, un mensuel édité par le SNCC. Le Congrès de l’Égalité Raciale (CORE) cherche des volontaires pour mettre à l’épreuve la décision de la Cour Suprême de l’affaire Boynton contre l’État de Virginie. Cet arrêt met hors la loi la ségrégation et la discrimination raciales dans les bus et les gares routières.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

À l’heure où les agressions et bavures policières (à Ferguson et à Baltimore) contre des noirs-américains reviennent dans le feu de l’actualité US, l’histoire de John Lewis prend une nouvelle dimension. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec la ségrégation dont ils ont été victimes dans les années 60 et des mouvements qui ont découlés. A l’époque, les noirs ne pouvaient prendre le même bus, aller dans le même cinéma que les blancs. Les policiers réprimaient les marches non-violentes des noirs. John Lewis a aujourd’hui 75 ans. Il est une figure politique emblématique aux USA. Après avoir raconté l’enfance et les débuts de la vie adulte de John Lewis, le second opus de Wake Up America suit ses premiers pas en tant qu’activiste. Fervent défenseur des droits civiques et de la liberté, il s’inscrit davantage dans la lignée Martin Luther King (qu’il a bien connu), plutôt que de celle de Malcom X (partisan de la violence). Andrew Aydin utilise comme dans le premier tome, une narration à double étage avec comme fil conducteur la cérémonie d’investiture de Barack Obama, le premier président afro-américain des États-Unis d’Amérique. John Lewis y est invité pour faire un discours. Cela lui permet de revenir sur les étapes marquantes de John Lewis, ses marches inspirées de Gandhi, ses séjours en prison pour troubles à l’ordre public (un comble !), ses discussions avec les divers activistes… Le trait de Nate Powell inspiré de Will Eisner, tout en noir et blanc fait le job (et plutôt bien), même s’il n’a pas un rôle déterminant dans le processus narratif. Il accompagne (plutôt bien) les propos écrits de Lewis/ Aydin. Ce genre d’ouvrage est un outil de tolérance pour les générations futures. Il montre que ce n’était pas mieux avant (quoi qu’en disent certains) et que ce sera mieux demain !

ISBN 9782369810384