parution 05 août 1999  éditeur Semic  collection Semic Kiosque
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

Spawn - Hors série – Curse of the Spawn, T8

La malédiction de Spawn T7 (kiosque)

Qu'adviendraient-il des dieux du panthéon grec s'ils croisaient la route d'un Spawn sorti de l'Enfer ? Telle fut l'histoire de Raenius, le pire des rejetons maléfiques. Émergeant avec lui des abysses, voici l'excellent Clayton Crain illustrer la série !


 Spawn - Hors série – Curse of the Spawn, T8 : La malédiction de Spawn T7 (0), comics chez Semic de McEllroy, McFarlane, Miki, Crain, Turner, Nicholas, Broeker
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Semic édition 1999

L'histoire :

Au sommaire de ce numéro (kiosque) :
- Curse of the Spawn #20-#21-#25 : Dark Myth, Chaos Cometh, Heart Of Hell : (Ténèbres Mythiques 1 et 2 , Cœur d'Enfer) : 2000 ans avant Jésus Christ. Les Dieux régnaient encore sur la Terre. MaixsNyx, incarnation de la nuit, trônant sur monceau de crânes, eu la vision de la fin de tout. Toutes créatures, Zeus lui-même, allaient périr sous les coups d'un effrayant démon : Raenius !... De nos jours. Harley est un garçon timide. Casque vissé aux oreilles, il passe son temps à arroser ses tympans de Nirvana, Soundgarden, White Zombie... Parce qu'il cache un terrible secret à sa famille, à ses camarades de lycée, à tout le monde : il entend une voix dans sa tête. Elle lui demande de tuer et dit être un Hellspawn !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec cette série dérivée, les fans de comics tiennent là une drôle de curiosité. En effet, elle est conçue pour plaire à la fan-base de Spawn, mais il n'y apparait quasiment pas, car toutes les histoires sont périphériques. Cela donne un concept un peu fourre-tout, mais qui peut aussi «taper» dans plusieurs registres. C'est une nouvelle fois le cas d ce tome 7. Les deux premiers chapitres proposent en effet un récit complètement décalé. La mythologie grecque et ses divinités sont passées à la moulinette par la créature de McFarlane, qui finit par mettre une grosse fessée à Zeus ! Allan McEllroy fait preuve d'un joli second degré et même si c'est débile, c'est carrément fendard ! Comme d'habitude, Dwayne Turner fait encore un sacré boulot aux dessins, encrés depuis quelques épisodes par Todd lui même et l'émérite Danny Miki. L'histoire courte (Cœur d'Enfer) qui clôture le numéro, est quant à elle illustrée par Clayton Crain (et non Crane comme figurant à la revue !!! ). Un dessinateur au style unique, qui n'utilise pas ici de palette informatique, et se fond parfaitement dans la charte graphique d'Image Comics. Une vraie gifle qui amplifie la violence et la démence d'un épisode qui rappelle un peu l'écriture d'un Stephen King. Le pied, quoi !

ISBN