parution 15 février 2013  éditeur Urban Comics  collection DC Classiques
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

Blackest Night T1

Debout les morts (intégrale)

Black Hand s'est donné la mort. Mais en faisant cela, il a libèré une force terrible, celle des anneaux noirs. Des objets capables de ramener les morts à la vie, y compris certains super héros. Mise en place d'un cross-over ambitieux et prenant.


 Blackest Night T1 : Debout les morts (0), comics chez Urban Comics de Johns, Ha, Mahnke, Reis, Pantazis, Mayor, Sinclair, Eltaeb, Migliari
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star
  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star
  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star
©Urban Comics édition 2013

L'histoire :

William Hand a toujours été passionné par la mort. Il a grandi dans le funérarium où son père exerçait. William a toujours été fasciné par les choses mortes et il a souvent empaillé des animaux, dont son propre chien de compagnie. Un jour, alors qu'il se ballade dans un cimetière, il croise Atrocitus, qui voit en lui un doux espoir, celui des ténèbres absolues. Avant que la créature soit capturée par Sinestro et Hal Jordan, deux Green Lanterns, elle confie à William un objet. Ce dernier permet à Hand d'utiliser la lumière verte telle une arme. Des années durant, il se battra contre Green Lantern sous l'identité de Black Hand afin d'éteindre la lumière qui l'empêche de dormir. Seulement, un jour, William Hand entend une voix. C'est la mort qui l'appelle et l'invite à le rejoindre. Black Hand rentre alors au funérarium et élimine chaque membre de sa famille. Il garde son dernier geste pour lui et s'effondre, le crâne transpercé par la lumière de l'objet qu'Atrocitus lui avait confié. La mortelle blessure se remplit soudainement d'un liquide noir. Un anneau noir arrive et ramène William à la vie. Black Hand est à présent conscient, il se fait l'exécuteur d'une mystérieuse entité. Dans les heures qui viennent, Black Hand ramène d'anciens super héros à la vie. L'objectif est simple : conquérir le monde avec les hordes de morts-vivants qui sont sous ses ordres...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les récits de super héros donnent régulièrement lieu à de gigantesques cross-overs, des évènements gigantesques où tous les personnages se croisent et s'affrontent. Blackest Night fut publié entre 2009 et 2010 chez D.C. Comics. Urban réunit dans une magnifique intégrale la première partie (sur deux) de cet « event ». A la barre de ce projet, on retrouve Geoff Johns, le scénariste de Green Lantern. Ce dernier propulse de DC Universe dans une saga où, bien évidemment, les Corps des différents Lanterns jouent un rôle énorme. L'histoire de Johns est simple et bigrement efficace. En se suicidant, le dénommé Black Hand (introduit superbement par un prologue de haute tenue) revient à la vie plus puissant et en possession d'un anneau noir. Avec celui-ci, il ramène les macchabées à la vie et fonde une armée des morts surpuissante. Comme souvent avec l'auteur, on retrouve un récit dense, bien construit, où les manipulations et les rebondissements sont nombreux. Geoff Johns inclut de nombreux héros et ce qui aurait pu être un frein majeur pour le néophyte, ne l'est pas grâce aux qualités narratives de l'auteur et à quelques petites astuces éditoriales. Blackest Night se montre donc un récit intense. Pour l'illustrer, Doug Manhke et Ivan Reis, ainsi que Gene Ha sur un court épisode, livrent une copie sombre à souhait. Leurs styles sont différents : Reis encre plus ses planches que Mahnke. Mais une fois dans la lecture, cela ne choque pas du tout. Avec des dessins d'excellente facture et un scénario bien écrit, Blackest Night débute de la plus belle des façons et donne clairement envie de connaître la suite...