DMZ – Edition Hardcover, T4 : Tirs amis (0), comics chez Urban Comics de Wood, Kalvachev, Fox, Burchielli, Donaldson, Cox ©Urban Comics édition 2012

DMZ – Edition Hardcover, T4

Tirs amis

Matty Roth est chargé par Liberty News de faire apparaître la vérité sur un procès militaire où un soldat est désigné responsable d’un massacre. Une enquête passionnante au plus profond du système militaire.

L'histoire : Matty Roth se rend au quartier général de Liberty News, malgré de nombreuses réticences. Son père l’y attend et lui demande de couvrir le plus grand procès militaire jamais vu depuis le début de la seconde guerre civile américaine. Il interroge donc le caporal Stevens, catapulté responsable du massacre de plusieurs centaines d’innocents dans la zone démilitarisée, et ce, avant que le verdict ne soit rendu. Matty revient alors avec lui, sur les débuts du militaire dans l’armée, sur son incorporation quasi-forcée, sur ses premiers combats. Après plusieurs mois de tensions dans cette zone de guerre, il s’est passé quelque chose d’inattendu : un cortège de plusieurs centaines de personnes a défilé dans les rues. Tous portaient une capuche en raison d'une pluie battante. Malade, fatigué, le caporal ne put empêcher ses partenaires de tirer sur la foule. Ceci est la version avancée par Stevens à Roth. Le journaliste est maintenant sûr que le soldat n’est qu’un bouc émissaire et que ses supérieurs sont les probables responsables de ce massacre.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Depuis son arrivée dans la DMZ, Matty Roth a fait un petit bout de chemin. Du stagiaire dans le premier tome, au journaliste renommé du dernier. Cette fois, il se retrouve engagé pour couvrir l’interview d’un soldat accusé d’être le responsable d’un massacre d’innocents. Au fur et à mesure de l’album, on comprend aisément que les responsables sont tout autres et que le militaire est un bouc émissaire. Brian Wood livre un scénario admirablement construit : l’enquête de Roth s’avère tortueuse et les révélations vont bon train tout au long de cette lente mais sûre montée en puissance de l’histoire. Exploitant l’univers des procès militaires, le sujet est original et on se passionne pour découvrir la vérité cachée. Le ton est sérieux et certaines séquences marqueront nos esprits, le massacre étant bien évidemment de celles-ci. La partition graphique est assurée par Riccardo Burchielli, dessinateur attitré de la série, mais aussi d’autres participants comme Nathan Fox, Viktor Kalvachev et Kristian Donaldson. Les différents styles se différencient nettement, mais le design conserve une certaine cohésion grâce à la colorisation de Jeromy Cox. Cette série s’installe au fur et à mesure des tomes comme indispensable. Son propos pertinent et emprunt de provocation en fait une future référence et ce tome est là pour le démontrer.

  • scénar dessin


1 mars 2009



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • New York - Bagdad, même combat 11 décembre 2010

    Dans un avenir très proche, les Etats Unis sont plongés dans une nouvelle guerre civile. Entre deux camps qui s'affrontent maintenant comme au bon vieux temps de la guerre froide, mêlant menaces et escarmouches, New York sert de zone tampon. Au coeur de cette zone démilitarisé, nous suivons l'histoire de Matt, un stagiaire photographe devenu malgré lui reporter officiel de la DMZ. Derrière un scénario très bien ficelé, on en viens a faire de soi même le rapprochement avec la (les) guerre du Golf, les positions de l'armée américaine et la pensé des soldats impliqués dans ces conflits. Une très bonne BD pour une immersion dans une fiction trop proche de la réalité.

    Daniel

  • Cette manifestation est interdite 1 mars 2009

    Dans la même veine que les trois premiers tomes, DMZ, quatrième du nom, est une nouvelle claque, plus puissante à chaque volume, qui nous embarque de nouveau en pleine guerre civile américaine. Brian Wood est là encore à son meilleur niveau pour nous conter une nouvelle aventure de Matthew Roth, jeune journaliste de terrain. Enfin "jeune", physiquement peut-être, mais c'est qu'il commence à avoir de la bouteille ce Matty. Car après avoir traîné ses guêtres dans tous les recoins de l'île de Manhattan, zone frontière entre les U.S.A. et les Forces Libres, et s'être particulièrement bien intégré au sein de cette population "laissée-pour-compte", le voici de nouveau embarqué dans un bouleversant reportage de guerre. Dans "Tirs Amis", Brian Wood développe le concept de "dommages collatéraux". Peut-on et doit-on justifier le massacre de civils innocents en temps de guerre, surtout si les victimes sont de la même nationalité que les assassins, à savoir leurs propres "frères". Dans ce quatrième opus guerrier, Matthew Roth va tenter d'effectuer un reportage en un temps limité, le temps du procès des militaires accusés du massacre du "204° jour". Se succèdent alors plusieurs parties au récit qui correspondent aux témoignages que Matty va s'efforcer de recueillir des deux côtés de la barrière. Du côté des militaires et du côté des civils. L'originalité et la grande qualité de l'album tient au fait que la narration principale est illustré par Riccardo Burchielli, dessinateur attitré de la série, qui apporte son trait acéré et ombrageux à la mise en page dynamique de Brian Wood ; Alors que les passages correspondant aux interviews, aux témoignages des différents protagonistes, sont illustrés par d'autres dessinateurs. Se succèdent ainsi à l'intérieur du récit et intercalés entre les plages de dessin de Burchielli, trois autres dessinateurs de talent. Particulièrement, à mon goût, les deux premiers, Nathan Fox et Viktor Kalvachev, qui, pour les témoignages des deux militaires accusés, amènent un graphisme violent et flamboyant nous plongeant en pleine guérilla, en plein chaos. Explosions, tirs, déflagrations et bains de sang. Ce choix de plusieurs points de vue et donc d'interprétations différentes rappelle d'ailleurs l'exercice de style auquel s'était livré William Friedkin dans son film "Traqué", qui racontait là aussi un évènement tragique en temps de guerre. Bref, Matthew Roth va tenter durant ces quelques jours de recueillir les témoignages, d'en faire une synthèse et de répondre à la question qui le taraude, et qu'attend toute la population de Manhattan : Qui a donné l'ordre, si ordre il y a, et Pourquoi ? Sans dévoiler la fin, nous pouvons dire que forcément la situation ne va faire qu'empirer et que pour pouvoir calmer une meute de loups affamés, il est parfois nécessaire de sacrifier un élément du troupeau. Comme le suggère d'ailleurs la magnifique couverture réalisée par Brian Wood lui-même, à l'ombre de la guerre, de nombreux innocents sont souvent sacrifiés.

    gilles


prix 14.00-5% = 13.3

sur


 DMZ – Edition Hardcover, T4 : Tirs amis (0), comics chez Urban Comics de Wood, Kalvachev, Fox, Burchielli, Donaldson, Cox ©Urban Comics édition 2012

14 septembre 2012

Urban Comics

Vertigo Classiques

voir la fiche officielle

9782365770705

ado / adulte

Chronique sociale, Guerre, Mondes décalés, Thriller