parution 27 février 2015  éditeur Urban Comics  collection Vertigo Signatures
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Aventure - Action, Horreur, Thriller Independant

Garth Ennis présente Hellblazer T1

(intégrale)

Affronter et vaincre les démons les plus puissants est loin d'être compliqué pour le sorcier John Constantine. Par contre, vaincre un cancer se révèle bien plus difficile. Une reprise en main palpitante d'Hellblazer par Garth Ennis !


 Garth Ennis présente Hellblazer T1, comics chez Urban Comics de Ennis, Simpson, Dillon, Lloyd, Ziuko, Fabry, Canty, Albuquerque
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2015

L'histoire :

Le printemps est de retour et cela n'est pas du goût de tout le monde. John Constantine a affronté un paquet de démons ces dernières années mais si les épreuves furent difficiles, il ne pensait pas souffrir autant que ces derniers jours. A son réveil, il est pris d'une quinte de toux. Le râle est si fort qu'il en vient à cracher une substance inconnue, une sorte de mélange entre de la bile et du sang. Après plusieurs analyses chez le médecin, le constat est clair : John a un cancer et il est en phase terminale. Le régime quotidien du sorcier n'y est probablement pas pour rien, il a une clope au bec en permanence et il boit comme un trou. John opte alors pour rendre visite à quelques un de ses amis avant de mourir. Le premier n'est autre que Brendan, lui aussi sorcier. Ils boivent tous les deux plusieurs verres en évoquant le bon vieux temps. L'ami de John confie avoir découvert une source dans une cavité de son sous-sol. Pour en faire de l'eau bénite, il a passé un pacte avec le diable et c'est ce soir que le démon est venu lui réclamer son dû...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L'univers DC Comics a su être proposé de différentes façons par Urban Comics. Parmi les nombreuses collections, il y avait DC Signatures, qui regroupait les récits d'un même auteur sur une série. Nous avons ainsi eu droit à Grant Morrison présente Batman ou encore Geoff Johns présente Green Lantern. Le label Vertigo n'avait pas encore eu droit à de tels égards et, pour débuter, le choix s'est porté sur l'arrivée du scénariste irlandais Garth Ennis sur la série Hellblazer. C'est à 21 ans que ce dernier a débarqué sur le titre le plus ancien de Vertigo après avoir fait ses armes chez 2000AD. Ce premier recueil réunit les 14 premiers épisodes d'un run qui innovera sur plus d'un point. Le premier est sans nul doute la réinterprétation du genre horrifique proposé jusqu'ici par les précédents auteurs intervenus sur la série. Garth Ennis introduit une dimension bien plus réaliste et humaine en attribuant un cancer au héros dans les premières pages. Entre les tourments de la maladie qui le ronge et les diverses menaces démoniaques qu'il affronte, John Constantine est d'un fatalisme impressionnant. L'émotion qui ressort de plusieurs pages saisit l'estomac comme rarement en bandes dessinées. Un autre point sur lequel Garth Ennis a su se différencier est sans nul doute la violence qu'il utilise toujours à bon escient, pour provoquer pour dénoncer un système. Certes, l'auteur n'est pas encore aussi acide que sur Preacher mais il emprunte déjà la même voie. Durant la lecture de ces épisodes, ce qui ressort est également la liberté de ton que l'éditeur a pu laisser à son auteur, un parti pris pas forcément très courant à l'époque de la conception. Au niveau des dessinateurs, on retrouve plusieurs intervenants avec William Simpson qui ouvre le bal de façon très correcte, puis ensuite à des légendes comme Steve Dillon ou David Lloyd. Cette première intégrale de 416 pages est très abordable pour le néophyte et ne nécessite pas la quête des chapitres passés. Prévue en 3 tomes, Garth Ennis présente Hellblazer figure déjà parmi les indispensables des amateurs de comics d'horreur ou de fantastique

voir la fiche officielle ISBN 9782365776059