parution 11 juillet 2014  éditeur Urban Comics  collection DC Nemesis
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

La saga de Ra's Al Ghul

Ce recueil consacré à Ra's Al Ghul conte à travers trois histoires les origines du personnage mais aussi son implication dans la vie même de Bruce Wayne. Du très bon et du bien moins bon, essentiellement destinés aux collectionneurs.


La saga de Ra's Al Ghul, comics chez Urban Comics de O'neil, Barr, Bingham, Breyfrogle, Grindberg, Grindberg, Bianchi
  • Notre note Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2014

L'histoire :

Ce recueil comporte trois aventures de Batman, centrées sur le personnage de Ra's Al Ghul.
- La Naissance du Démon (1992) : Ra's Al Ghul est mourant et va devoir employer une nouvelle fois un de ses puits de Lazare. Mais Batman, anticipant l'emplacement du dit puits, se rend sur place pour arrêter Ra's, définitivement. C'est sans compter sur Talia, la fille de Ra's, qui se place sur sa route et entreprend de lui raconter les origines de son père, origines remontant à l'antiquité...
- Le Fils du Démon (1987) : Batman, assisté de Talia Al Ghul, poursuit un terroriste nommé Qayin, à l'origine d'une tentative d'attentat à Gotham City. La poursuite de ce terroriste devient le prétexte à une trêve entre Batman et Ra's Al Ghul car Qayin s'avère aussi être l'assassin de la femme de Ra's, qui était aussi la mère de Talia. Le détective et les Al Ghul forment alors une alliance temporaire afin de stopper Qayin qui est, quant à lui, bien décidé à mettre la main sur les secrets de l'immortalité de Ra's...
- La Fiancée du Démon (1990) : lors d'un vol de test, deux avions s'écrasent, interceptés par un appareil appartenant aux forces armées de Ra's Al Ghul. Ce dernier envoie sa fille capturer un certain Dr Carmody pendant qu'il charge un tueur dénommé Shrapnel de le débarrasser de Batman. À Gotham City, Bruce Wayne et Tim Drake assistent à la conférence sur le réchauffement climatique présentée par le Dr Carmody tandis que Ra's part à la rencontre d'une actrice vieillissante, Evelyn Grayce, et promet à celle-ci la jeunesse éternelle...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce sont les trois recueils formant la Trilogie du Démon (une thématique essentiellement instaurée par les titres respectifs des trois récits) qu'Urban Comics a rassemblé ici, avec une préface de Mark Hammil (assez étrange, d'ailleurs, puisqu'il s'agit d'une préface de 1987 au seul récit Le Fils du Démon, par l'interprète de Luke Skywalker qui nous parle essentiellement de ses rapports avec les comics). La première histoire, contée par Dennis O'Neil et - très joliment - illustrée par Norm Breyfogle raconte les origines de Ra's Al Ghul. Si les personnages ne sont pas définis dans le détail ou étudiés en profondeur, La Naissance du Démon constitue le point fort du recueil et ce, malgré quelques (rares) maladresses (les grandes tirades, presque shakespeariennes, de Ra's sur la mort ou encore la blessure invraisemblable de Batman lors de sa confrontation avec Ra's, en fin de récit, par exemple). Il est quand même un peu bizarre de voir les trois récits de cette saga placés dans un ordre ne correspondant pas à leur celui de leur publication puisque la modernité des styles narratif et graphique de cette Naissance de Démon, par rapport aux deux récits suivants, saute aux yeux et c'est un peu dommageable pour la suite. Pour ce qui est du Fils du Démon, la première chose qui frappe est le cadrage de Bingham, nettement plus compact que dans les planches précédentes. Le dessin est de très bonne qualité malgré quelques problèmes sur les proportions et les mouvements, par-ci par-là. L'encrage, en revanche, a une teinte bleutée constante qui se remarque vite. L'histoire elle-même, si elle commence de manière peu originale (le bon vieux cliché des réservoirs d'eau de Gotham City qu'un terroriste menace d'empoisonner) devient prometteuse avec ses riches enjeux géopolitiques. Mais là où les choses se gâtent, c'est quand Batman cesse d'être Batman. En effet, notre héros commence à, pour ainsi dire, se comporter comme un benêt et ce, jusqu'à la fin de l'histoire. On se rend alors compte que tout ce que l'on vient de lire n'aura servi que de prétexte à la dernière case qui, sans rien dévoiler, met en place un élément majeur de l'avenir de Batman. Autre problème, indépendant du récit: cet élément majeur de la continuité batmanienne n'aura de cesse d'être remanié par la suite, connaissant diverses versions (certaines tentant de justifier le comportement incompréhensible de Bruce) jusqu'à l'infâme "retcon punch" de Superboy lors de l'event Infinite Crisis. Sorti de cette valeur historique, on reste donc sur une histoire un peu décevante dont l'illustration, pourtant réussie, est ternie par cette impression de bleu permanent. Enfin, là où ça fait mal, c'est avec La Fiancée du Démon. Tom Grindberg fournit un bon travail sur l'illustration mais quand même en dessous de ce qu'ont pu fournir les artistes des deux autres récit - l'encrage de Eve Grindberg est en particulier le point faible, ici -. L'histoire est en elle même correcte mais elle a souffert du temps passé. On a un enjeu désamorcé (on sait que Ra's ne connait pas sa véritable fin ici) et un sujet daté (le script tourne autour du trou dans la couche d'ozone, menace écologique du moment, en 1990). Le récit finit par se limiter à une aventure assez simple de Batman et n'apporte pas grand chose au personnage de Ra's (à part qu'il est d'un romantisme fou quand il s'agit de choisir une mère pour son enfant) ou à ses liens avec Batman. Un bof mesuré, donc, pour ce recueil valant essentiellement pour son premier récit qui, aussi délirant soit-il, est le seul à avoir traversé sans dommage l'épreuve du temps (et des retcons).

voir la fiche officielle ISBN 9782365775397