parution 26 janvier 2018  éditeur Urban Comics  collection DC Archives
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Aventure - Action, Science - fiction Super-héros

Le Quatrième Monde T4

Fans de Jack Kirby, l'aventure Quatrième Monde touche à sa fin avec les derniers épisodes de la saga. Un dernier tome un peu mélancolique mais bourré d'action, grâce notamment à l'insaisissable Mister Miracle...


Le Quatrième Monde T4, comics chez Urban Comics de Kirby
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2018

L'histoire :

Ce recueil rassemble les ultimes épisodes du Quatrième Monde, parus chez DC dans les années 70s, ainsi que « Même les Dieux Peuvent Mourir », le prologue à la grande conclusion de la saga (« The Hunger Dogs ») et qui parut en 1984. On retrouve ainsi, parmi d'autres histoires :
- Devilance le traqueur : Les Immortels sont en danger ! Poursuivis par un des sbires de Darkseid, un dénommé Devilvance, ils ne doivent leur salut qu'à l'intervention de la police qui leur donne le temps de s'échapper grâce à leur boite-mère. Mais le répit n'est que de courte durée et nos héros vont avoir fort à faire avec le traqueur qui s'avère inarrêtable et dont la puissante lance terrasse les Immortels, les uns après les autres...
- Les Enfants De Darkseid : Kalibak est toujours retenu par les machines des humains. Souhaitant se débarrasser de lui tout en négociant la paix avec Apokolips, le commissaire Kiernan commet l'erreur de lui faire confiance et de le libérer. Hélas pour les humains, Kalibak (qui, cela dit en passant, n'a jamais vraiment proposé de paix) s'enfuit, faisant preuve d'une force stupéfiante et jusqu'alors inconnue, même de lui. Orion, qui rongeait son frein, a à peine le temps d'apprendre la nouvelle de cette évasion que Kalibak débarque au repaire des Néo-Dieux, désireux de mettre une pâtée cosmique à l'autre fils de Darkseid...
- L'Arme Secrète ! : Le lieutenant Driver rend visite à Mister Miracle. Il souhaite lui confier un jeune garçon du nom de Shilo Norman, témoin du meurtre de son frère par un gang. D'ailleurs, Shilo a tout juste le temps de faire connaissance avec Mister Miracle que des membres de ce même gang tentent de l'éliminer. Si Mister Miracle et Barda mettent les bandits en déroute, ils ne sont pas dupes. Ils sentent bien que Shilo est décidé à venger son frère. ils attendent donc que Shilo « échappe » à leur garde et ils le suivent. Ils se retrouvent alors confrontés au gang mené par un certain Mister Fez...
- Même les Dieux Peuvent Mourir : Un tunnel Boom s'ouvre sur Apokolips et Orion en surgit. Rapidement, les troupes de Darkseid et leurs Mekkanoïdes interceptent l'intrus. Heureusement, Orion est sauvé par des habitants d'Apokolips ainsi que par l'intervention à distance des Furies de Barda, en dépit de la surveillance de Mamie Bonheur; Pendant ce temps, Darkseid emploie une nouvelle technologie et ramène à la vie Desaad, Kalibak et le Loup des Steppes. Apokolips entre dans une nouvelle ère de surarmement et d'automatisation et elle tient Neo-Genesis, sa jumelle, dans son viseur...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C'est avec ce quatrième et ultime tome que l'on fait donc nos adieux aux Néo-Dieux de Jack Kirby mais aussi aux autres séries du King qui ont contribué à former la saga du Quatrième Monde. Si les Néo-Dieux, les jeunes Immortels et Mister Miracle restaient encore en piste, la déception des éditeurs face aux ventes de ces titres et l'engouement naissant du public pour les séries de SF et d'épouvante ont vite amené l'arrêt de leur publication au profit d'autres séries (et pas des moindres) de Kirby : Kamandi et le Demon. On retrouve donc ici les dernières aventures du Quatrième Monde, des aventures où le grand Jack, même s'il sait que c'est cuit, ne lève pas le pied pour autant. Gangsters, soldats, guerriers, explosions, évasions in extremis, on retrouve tout cela encore ici avec toujours la même intensité et la même générosité graphique. Bien sûr, on ne peut masquer sa déception au vu des différentes conclusions des séries dont le destin des protagonistes finit en suspens. En revanche, si, comme d'habitude, on attrape vite le tournis avec les raccourcis narratifs imposés par les contraintes éditoriales ainsi que l'action non-stop de Kirby, Même les Dieux Peuvent Mourir – un récit daté de 1984 et ramenant les Néo-Dieux sur le devant de la scène pour une histoire explosive – fournit quelques planches d'anthologie et ce malgré d'évidents problèmes d'ordre purement physiques de l'artiste, désormais au crépuscule de sa carrière. Kirby s'intéresse toujours aux nouvelles technologies et à leur capacité de destruction mais il montre bien qu'au final, l'arme la plus puissante reste le peuple et ça, Darkseid en fait la cruelle expérience. Enfin, l'intéressante postface de Mark Evanier vient porter un éclairage bienveillant mais aussi nécessaire sur la façon dont s'est conclu non pas le récit – qui restera pour toujours en suspens aux yeux des fans du « King » – mais la publication du Quatrième Monde mais aussi sur la genèse mouvementée de Même les Dieux Peuvent Mourir. Un tome nostalgique, donc, et qui nous laisse, comme nombre des lecteurs de l'époque, sur notre faim. Bien sûr, on peut toujours voir les nombreux personnages du Quatrième Monde vivre encore aujourd'hui de nouvelles aventures sous la plume d'autres auteurs mais la consolation est maigre. Victime du temps qui passe et d'une industrie changeante (pas toujours pour le meilleur, on ne le sait que trop bien), Jack Kirby n'a sûrement, quant à lui, nourri aucun regret. Alors disons au revoir aux Néo-Dieux et n'oublions pas que le Roi, lui, ne disparaîtra jamais. Vive le King !

voir la fiche officielle ISBN 9791026813002