parution 10 avril 2015  éditeur Urban Comics  collection Urban Books
 Public ado / adulte  Thème Autour du 9ème art, Fantastique - Etrange Super-héros

Tout l'art du Joker

Le Joker est le vilain par excellence et son sadisme fou méritait bien une étude complète. Un relevé intéressant qui ravira les novices de l’univers Batman mais qui passionnera moins les véritables fans.


Tout l'art du Joker, comics chez Urban Comics de Wallace, Bermejo
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2015

L'histoire :

Bob Kane invente Batman, le détective aux ailes de chauve souris en 1939. Le personnage concurrence rapidement Superman et fait très vite équipe avec l'acrobate Robin. Les deux héros ont beaucoup de travail, d'autant qu'un personnage très inquiétant apparaît dès les premiers numéros : le Joker. Inspiré d'un acteur au visage grimaçant dans l'adaptation de L'homme qui rit et d'une affiche de cirque, L'arlequin de la haine devient la Némésis de Batman. Tantôt psychopathe sadique ou maître de la pègre, le bouffon criminel n'engendre pas la morosité et garde son sourire diabolique en toutes circonstances. Même quand il prend un coup de poignard en se battant contre Batman, le Joker ne peut s'empêcher de faire une blague douteuse. Il revient néanmoins très vite à la vie car le Joker est immortel. En effet, Batman ne peut exister sans son double ultra négatif. Un démon est né...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Décidément, Urban Comics est véritablement fan de l’univers Batman. Avec même une tendance particulière à lorgner du côté des méchants et notamment du fameux ennemi juré de Batman, le Joker. Ainsi, après avoir publié une anthologie des « aventures » du Joker, Urban Comics consacre désormais toute une étude sur le vilain au sourire grimaçant. Comme se plaît à le rappeler Daniel Wallace, c’est le premier livre consacré uniquement à un super vilain. Sur plus de 200 pages, l’auteur tente d’aborder tous les aspects du personnage fou en étant le plus exhaustif possible. Divisé par chapitres, le recueil s’intéresse à la naissance du phénomène, à son opposition avec Batman, à ses complices et à ses « faits d’armes » les plus connu, l’occasion de brosser un portait passionnant d’un criminel hors normes. A travers l’histoire du Joker, c’est tout le monde des comics que l’on voit évoluer. La censure oblige leurs auteurs à en faire un clown farceur au départ. Le méchant grotesque se change vite en tueur sadique et dangereux au fur et à mesure des époques. On le voit bien également au cinéma où l’interprétation délirante et bouffonne de Jack Nicholson laisse place au jeu cauchemardesque de Heath Ledger. Le personnage est si tordu, si fascinant, si impénétrable qu’il en volerait presque la vedette à Batman et qu’une histoire du Chevalier Noir sans le Joker est déjà une histoire sans saveur. Certains comics ont fait leur titre du nom du terrible clown sanguinaire. Mark Hamill, le fameux Luke Skywalker dans Star Wars, donne même sa voix pour la version animée de Batman. Véritable Bible sur l’un des méchants les plus incroyables qui soit, l’opus fourmille également d’anecdotes étonnantes et insolites. Ainsi, l’on apprend que Jason Todd, alias Robin, a été sauvagement assassiné par le Joker… par vote des lecteurs ! Un comics transforme même le personnage démoniaque en virus d’ordinateur. L’étude revient sur les œuvres marquantes qui ont mis en scène le Joker. En faisant quelques résumés de ces histoires, Daniel Wallace rend hommage aux grands scénaristes qui ont marqué l’image du personnage. Des noms prestigieux comme Paul Dini, Bob Kane, Grant Morrisson, Frank Miller ou encore Alan Moore ont développé la personnalité multiple et instable du Joker dans des récits mémorables. Abondamment illustrée, l’étude est l’occasion de redécouvrir certaines couvertures époustouflantes comme le dessin de Neal Adams où le visage de Batman se superpose à celui du Joker ou celle de Tim Sale avec 2 coupes qui se brisent et qui reflètent les visages des 2 ennemis mortels. Si le recueil est intéressant pour les novices de l’univers Batman, il est toutefois un peu creux pour les autres. En effet, Daniel Wallace reste à la surface des choses et ne propose aucune analyse ou presque sur un personnage pourtant diablement complexe. L’ensemble n’est qu’un étalage publicitaire de toutes les apparitions du Joker mais guère plus. Une seule question nous vient à la lecture de ce livre : « Why so serious ? »

voir la fiche officielle ISBN 9782365776448