}

interview Comics

Mark Brooks

©Panini Comics édition 2016

Même s'il illustre parfois les pages intérieures de comics, Mark Brooks s'est fait une spécialité ces dernières années en croquant des couvertures très réussies pour les séries Marvel et dernièrement Star Wars. Avec un style très iconique et une colorisation parfaitement adaptée, il est régulièrement sollicité par les fans du monde entier. C'est d'ailleurs en se rendant à la Paris Comics Expo qu'il a pu rencontrer des fans français, l'occasion pour nous de glisser quelques unes de nos questions au passage...

Réalisée en lien avec l'album Star Wars : Vador abattu
Lieu de l'interview : Paris Comics Expo

interview menée
par
11 septembre 2016

Bonjour, Mark. Pourrais-tu, s'il te plait, te présenter à nos lecteurs ?
Mark Brooks : Je m'appelle Mark Brooks et je suis dessinateur chez Marvel Comics. J'ai percé dans les comics il y a de ça 14 ou 15 ans maintenant. Je me suis rendu à une convention comics avec mes dessins et je les ai montrés à Pat Lee qui était alors à la tête de Dreamwave Studios. Je les ai aussi montrés à Josh Blaylock qui, lui, dirigeait Devil's Due. Dreamwave faisait Transformers et Devil's Due s'occupait de G.I. Joe. Les deux compagnies m'ont engagé et voilà comment j'ai commencé.

Mark Brooks Quelles ont été tes influences, artistiquement parlant ?
Mark Brooks : Oh, mon dieu. Toulouse Lautrec a eu une grande influence. Alphonse Mucha, Alan Davis, Marc Silvestri... Les vieux artistes français et italiens, donc, et les artistes sur les comics que je lisais à l'époque, quand j'étais jeune. Marc Silvestri a été une grande influence, au niveau des artistes comics. Lui et Alan Davis.

On te connait pour tes pages intérieures mais aussi pour tes couvertures. D'ailleurs, on t'a surtout vu réaliser des couvertures, ces dernières années. Y'a-t-il une raison à ça ?
Mark Brooks : Je ne suis pas l'artiste le plus rapide qui soit. Pour tous les projets qu'on me proposait, je n'était pas sûr d'avoir le temps de réaliser les pages intérieures. J'ai commencé à faire des couvertures sur certains titres et je pense qu'on a apprécié ce que je faisais, chez Marvel. Ils m'ont donné l'opportunité de sortir des sentiers battus et de faire des choses intéressantes en matière de couvertures. La réaction du lectorat a, elle aussi, été très positive. Je pense qu'on a tous réalisé que mon point fort, c'était de pouvoir délivrer des couvertures assez intéressantes pour pouvoir attirer le public et l'amener à acheter les comics. Et ça a continué comme ça. En plus, je n'ai jamais raté une deadline, en tant que Cover artist ! [rires] « Hé ! On a trouvé le truc de ce mec : c'est de réaliser des couvertures ! » et tu sais quoi ? Ça me va très bien !

Qu'est ce que tu préfères, au fond ? Est-ce si différent de faire l'intérieur par rapport aux couvertures ?
Mark Brooks : Oh oui ! Si je devais choisir, je dirais que je préfère réaliser les couvertures. Mais, pour être franc, ça me manque, de pouvoir raconter une histoire. Raconter quelque chose, tu peux parfois y parvenir, avec une couverture, mais on n'a pas le même rush qu'en racontant une histoire étalée sur un ensemble de cases et de planches. Et ça m'a en quelque sorte manqué jusqu'à récemment. Parce que, je ne sais pas si tu sais, mais je viens de me remettre à illustrer des pages intérieures et c'est plutôt chouette.

Tu as travaillé sur de nombreux personnages de chez Marvel. En as-tu un préféré ?
Mark Brooks : Celui que je dessine le plus facilement, celui pour lequel ça vient tout seul, c'est probablement Thor. Je peux, pour une raison que j'ignore, très facilement dessiner Thor. Sans trop y réfléchir, ça arrive comme ça. Quant à celui que je préfère dessiner, tout simplement, mais qui est un des plus difficiles à illustrer, aussi, c'est Iron Man. Je n'ai guère eu l'opportunité de dessiner Iron Man, chez Marvel, mais quand c'est arrivé, c'était vraiment chouette.

Mark Brooks En parallèle de ton travail chez Marvel, tu as commencé à faire des couvertures pour Star Wars. Comment es-tu arrivé sur cette licence ?
Mark Brooks : Oh, par chance, alors que j’illustrais Deadpool, mon éditeur est aussi passé éditeur sur Star Wars. Il était déjà mon boss, il me connaissait déjà, alors j'ai pu aller le voir et lui dire « Hé, j'irais bien faire du Star Wars, maintenant ! » et voilà comment j'ai débarqué là. Je suis un très grand fan et Lucasfilm devait approuver tout ce qu'on dessinait. Je suppose donc qu'ils devaient aimer ce que je faisais parce que j'ai décroché de plus en plus de boulot sur Star Wars.

Comme tu l'as dit, tu es aujourd'hui un cover artist mais si, aujourd'hui, Marvel te proposait de faire l'intérieur d'une série, tu dirais oui ?
Mark Brooks : C'est déjà fait ! Je travaille sur une série Han Solo depuis quelques mois. Pour la première fois depuis trois ans, je travaille sur un comics à part entière. Ce sera une mini série en cinq numéros. Ça parlera de Han Solo et de sa participation à une course nommée la Dragon Void. C'est un peu comme un croisement entre L'équipée du Cannonball et de Speed Racer. En gros, si vous vous êtes jamais demandé ce qu'étais le Kessel Run, alors lisez cette série !

Qui est l'auteur ?
Mark Brooks : Marjorie Liu.

Tu as aussi illustré la série Uncanny X-Force et d'autres artistes t'avaient précédé. Comment as-tu approché ce passage de relais ?
Mark Brooks : C'était difficile. Avant moi, il y avait eu Jerome Opeña et Jerome est si talentueux ! Un artiste extraordinaire. J'ai lu et relu les numéros qu'il avait illustré pour capter l'essence de son travail car je voulais respecter ce qu'il avait fait. Coup de chance, son coloriste est resté avec moi, ce qui a conféré une certaine fluidité lors du passage et ça a plutôt bien marché. Mais, en général, je pense que l'on souhaite respecter ce qui a déjà été fait mais on veut aussi s’approprier la série. Sans désorienter pour autant le lectorat, on a envie de le surprendre. Un peu comme quand Joe Madureira est venu sur X-Men. Personne n'avait jamais vu les X-Men dessinés de cette façon. C'était incroyable. On essaie toujours de faire ça, dans la mesure du possible.

Comment décrirais-tu ton propre style ?
Mark Brooks : Je ne pense pas qu'il y ait un artiste capable de décrire objectivement son propre style. C'est aux lecteurs de le faire. Tu fais ton truc et, avec de la chance, les gens vont venir à toi.

Es-tu un lecteur de comic-books ?
Mark Brooks : Oui.

Mark Brooks En as-tu des préférés, en ce moment ?
Mark Brooks : Ces derniers temps, j'ai plus tendance à suivre des artistes que des séries. Je crois que le dernier comic-book que j'ai lu en tant que tel, même si j'adorais aussi l'auteur et le dessinateur, c'était Nextwave. C'était mon préféré. Mais c'était il y a des années, maintenant. En ce moment, je lis Doctor Strange parce que Chris Bachalo est dessus. Je choisis mes comcis en fonction des illustrations, je suis les dessinateurs.

Si tu avais la possibilité de visiter le crâne d'un artiste, passé ou présent, afin de comprendre son art, ses techniques ou simplement sa vision du monde, qui choisirais-tu et pourquoi ?
Mark Brooks : Travis Charest. Parce qu'il est incroyable. En tant qu'illustrateur, je peux regarder ce que fait un autre artiste et faire comme du reverse-engineering et comprendre comment il s'y sont pris. Je ne suis pas forcément capable de le refaire, mais je peux comprendre. Travis Charest ? Je n'arrive pas à comprendre comment il fait. C'est comme si une machine l'avait fait, c'est incroyable et j'aimerais vraiment savoir comment il y arrive.

Il prend beaucoup de temps pour faire ses dessins. Penses-tu que tu y arriverais, en prenant toi aussi ton temps ?
Mark Brooks : Je ne sais pas. Peut-être. [rires] Le temps le dira, je suppose.

Je crois pas que ce soit le moment de demander une rallonge de temps à Marvel.
Mark Brooks : Oh non ! [rires]

Merci Mark !

Mark Brooks