parution 03 octobre 2016  éditeur Glénat  collection Glénat Seinen
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Seinen

Gunnm Edition originale T1

Dans la mégalopole appelée la décharge, Ido découvre les restes d’une androïde et lui redonne vie. Gally, au passé mystérieux qui fait d’elle une combattante hors pair, deviendra chasseuse de prime. Réédition de qualité d’un titre de SF mythique.


 Gunnm Edition originale  T1, manga chez Glénat de Kishiro
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2016

L'histoire :

Dans le futur, la majeure partie de l’humanité est regroupée dans la super-mégalopole qu’on appelle « la décharge ». En lévitation au-dessus d’elle se trouve l’inaccessible cité flottante de Zalem, dont tous les déchets sont déversés au centre de la décharge, lui donnant ainsi son nom. C’est dans la partie où sont entassés les déchets cybernétiques qu’Ido, docteur pour androïdes et robots en tout genre, cherche des pièces détachées. C’est alors qu’il tombe sur la tête complète d’un androïde féminin en bon état. Il la ramène à son atelier et la remet en marche, mais la jeune fille ne se rappelle plus de son passé ni de son nom. Il décide de la nommer Gally en attendant, et passe les jours suivants à chercher des pièces détachées de membres féminins pour lui redonner un corps complet. Gally est heureuse avec Ido, mais se demande pourquoi il sort discrètement chaque soir. Lorsqu’elle apprend qu’un tueur en série s’en prend ces jours-ci à des femmes, elle décide de suivre Ido le soir suivant pour en avoir le cœur net. Elle le voit alors suivre une femme et sortir une arme, mais Gally l’empêche d’attaquer sa proie. Mal lui en a pris : Ido se transforme la nuit en hunter warrior, un chasseur de primes, la police n’existant pas dans la décharge, et il traquait justement la tueuse en série. Ido a perdu l’effet de surprise et se retrouve en mauvaise posture. Mais au moment où tout semble perdu, Gally réagit d’instinct et neutralise la tueuse avec une technique de combat extrêmement rare qu’Ido reconnaît pourtant : le panzerkunst, un ancien art martial pour cyborgs créé sur Mars. Comment se fait-il que Gally le connaisse ? Ses origines sont décidemment bien mystérieuses...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quatrième réédition de la série, Gunnm - Edition originale sort cette fois comme son nom l’indique dans une version au plus proche de l’originale japonaise : sens de lecture original, pages couleurs, onomatopées originales sous-titrées, nouvelle traduction, et enfin, dos et quatrième de couverture accordés avec ceux de Gunnm last order pour que cela ne dénote pas dans la mangathèque. On a même le droit à deux pages de certains des bonus qu’on ne trouvait auparavant que dans les versions grand format. En dehors de ces détails, les vrais plus de cette nouvelle version sont donc les pages couleurs, mais aussi la qualité de l’édition en elle-même, car à part dans les versions grands formats, la qualité de l’encrage n’avait jamais été jusqu’ici totalement satisfaisante. Pour ceux qui ne connaissent pas le titre, il s’agit de l’un des plus gros classiques de science-fiction de la bande dessinée mondiale. Dans le futur, la planète est semble-t-il ravagée et la majeure partie de la population se trouve regroupée dans une mégalopole inhumaine au doux nom de « La décharge », venant du fait qu’une ville flottante dans les airs juste au-dessus y déverse tous ses déchets. Cette ville inaccessible à ceux d’en bas est réservée à une classe supérieure, mais le sujet n’est pas tellement développé dans ce premier volet. On y découvre pour l’instant l’univers de la décharge à travers les yeux de Gally, une jeune fille androïde amnésique qu’un cybernéticien, Ido, a trouvée en miettes dans une montagne de déchets et qu’il a réparée. Ce dernier est également chasseur de primes à ses heures perdues, car dans la décharge, la police n’existe pas. Gally découvre qu’elle connait un art-martial très ancien venu de Mars, et devient à son tour une hunter warrior. La décharge est un lieu inhumain où la vie n’a que très peu de valeur, et dans ce monde de brutes, la frêle mais surpuissante Gally, qui se pose des questions existentielles (d’où vient-elle, qui est-elle, où va-t-elle, et pourquoi le combat semble la faire s’approcher de ses souvenirs et d’une certaine plénitude ?) et s’inquiète de son prochain, va rapidement dénoter et se faire des ennemis. Ce premier volume est principalement une mise en place : le début est un peu trop rapide, et la suite ne se concentre pour le moment que sur l’entrée de Gally dans le monde des hunters. Mais déjà, le récit se montre passionnant, entre des concepts intéressants ou étonnants, des mystères, des combats et des protagonistes hyper originaux et un univers cyberpunk global des plus oppressants. Sans oublier la première aventure de Gally en tant que chasseuse, qui est déjà épique. Les graphismes ne sont pas en reste avec des planches très travaillées et très fournies, énormément de dynamisme, des profondeurs de champs impressionnantes dans certaines cases, et un encrage très présent pour renforcer le côté anxiogène. Certes, tout n’est pas parfait, et Yukito Kishiro, encore jeune au début de la série, n’échappe pas à quelques maladresses, mais on voit déjà l’amélioration de son trait entre le premier et le dernier chapitre de ce tome 1. Que l’on soit un ancien ou un nouveau lecteur, cette nouvelle édition est un must have pour tous les fans de mangas ou de science-fiction : rachetez-là même si vous possédez déjà l’une des anciennes versions de la série, et sinon c’est l’occasion parfaite de vous y mettre !

voir la fiche officielle ISBN 9782344017548