parution 01 décembre 2008  éditeur Glénat  collection Glénat Seinen
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Gastronomie Seinen

Les gouttes de Dieu T5

Par hasard, Shizuku trouve une piste étonnante qui va le mener au premier des « vins divins » qu’il recherche, tandis qu’Isseï suit un cheminement bien plus étonnant… Un peu exagéré dans ses rebondissements, ce tome reste néanmoins très bon.


Les gouttes de Dieu T5, manga chez Glénat de Agi, Okimoto
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2008

L'histoire :

En se baladant dans la rue, Shizuku sent un parfum qui correspond exactement à la description du bouquet du premier apôtre, le premier des « vins divins » qu’il est censés découvrir. Lui et Miyabi entrent donc dans la galerie d’art d’où vient la fragrance et y rencontrent Kaori Mizusawa, une artiste peintre qui a réalisé une toile décrivant parfaitement l’image que Shizuku avait en tête lorsqu’il écoutait la description du premier des vins divins par son père. En discutant avec l’artiste, ils découvrent que cette toile a été peinte à partir du seul souvenir qu’il restait à la jeune femme lorsqu’elle est sortie du coma huit ans auparavant. Son unique souvenir était alors le goût d’un vin dont le parfum et les sensations qu’il lui avait procurées lui avait évoqué le paysage de la toile. Continuant de discuter avec l’artiste, ils apprennent qu’elle s’est depuis mariée avec son médecin traitant et que lui-même est amateur de vin. Pourtant, elle n’a jamais réussi à retrouver le vin de son souvenir, mais il faut dire que son mari ne boit que du bordeaux… Malgré les paroles de Kaori qui prétend se satisfaire de sa situation actuelle, Shizuku lui avoue qu’il voit dans ses tableaux la volonté de retrouver malgré tout la mémoire. C’est alors que son mari arrive et annonce clairement qu’il ne veut pas que sa femme se souvienne de son passé. Sans doute a-t-il peur que Kaori se rappelle de celui qui était alors son compagnon et avec qui elle était probablement sur le point de se marier, vu que le seul objet qu’on a retrouvé avec elle était une bague de fiançailles... Mais tout cela n’arrange pas Shizuku, qui doit absolument découvrir le nom du vin du souvenir de Kaori…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après quatre premiers volumes relativement impeccables, ce nouvel opus déçoit légèrement car les chapitres s’y succédant enchaînent les passages un peu trop exagérés. La plus grosse des ficelles étant sans nul doute le rebondissement entamé dans le dernier chapitre du tome précédent : Shizuku commence à peine à se rendre compte qu’il ne va vraiment pas être facile de trouver le premier apôtre en ayant goûté aussi peu de vins au cours de sa vie qu’il tombe « comme par hasard » dix mètres plus loin sur quelqu’un qui connaît le vin en question mais n’arrive pas à s’en rappeler. Suivre l’artiste peintre sur les traces de son passé suite à son amnésie se révèle tout de même intéressant, mais il faut avouer que l’auteur aurait pu faire beaucoup plus subtil pour sortir son héros du pétrin ! Par la suite, la retraite d’Isseï Tomine, le rival de Shizuku, dans un temple bouddhique fait également dans l’abus. Le jeune homme va s’y adonner à de la dégustation d’eau de source afin de trouver à son tour l’apôtre grâce à ce qu’évoque les propriétés de ces eaux dans sa mémoire ! Si on rajoute à tout cela la carte joker déjà jouée par l’auteur auparavant du SDF expert en vin et qui possède quelques bouteilles inestimables, ça fait beaucoup d’exagérations dans un même volume. En dehors de cela, le reste est du niveau habituel : descriptions remarquablement imagées, scénario intéressant, dessins impeccables, variation de style sympathique lors de certaines dégustations, mise en scène travaillée, cinématographique lors de ces mêmes moments… Bref, il serait idiot de bouder ce tome car, si l’auteur en fait un peu trop, tout cela reste tout de même d’un très haut niveau.

voir la fiche officielle ISBN 9782723464826