parution 28 octobre 2010  éditeur Kazé manga  collection Kazé shônen UP !
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Shônen

Karakuridôji Ultimo T1

12e siècle, 2 pantins animés par un fragment d'âme, sont créés : Ultimo défend le bien, Vice le mal. 21e siècle, un lycéen tombe sur Ultimo chez un antiquaire : le combat peut reprendre ! Des auteurs mythiques pour un titre moins bon que prévu.


 Karakuridôji Ultimo T1, manga chez Kazé manga de Takei, Lee, Daigo, Bob
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©KARAKURI DOJI ULTIMO © 2008 by Stan Lee-POW! Entertainment / Dream Ranch, Hiroyuki Takei / SHUEISHA Inc. édition 2010

L'histoire :

XIIème siècle au Japon : un occidental, Dunstan, tire une charrette sur un chemin lorsqu’il est arrêté par un bandit et sa troupe. Ceux-ci déclarent vouloir le détrousser car il semble charrier de la marchandise à destination d’un noble, et c’est d’après eux la noblesse qui cause la tyrannie qui ravage le pays. Malgré les mises en garde de l’homme, les bandits ouvrent alors les deux boîtes qu’il transportait. A l’intérieur se trouve ce qui semble être des pantins particulièrement bien faits. Mais, soudain, ceux-ci se transforment en êtres vivants : d’après le vieil homme, l’un représente le bien ultime et se nomme Ultimo, tandis que l’autre représente le mal et s’appelle Vice. En réalité, il ne s’agit pas de simples pantins mais de Karakuridôji, des créatures magiques créées à partir d’éléments distincts de l’âme humaine et vouées à se trouver un maître pour aller ensuite au bout de leur conviction en s’affrontant. De force égale, c’est donc le maître que chacun se choisira qui déterminera l’issue de cette lutte. Le but pour le vieil homme : savoir qui du bien ou du mal est le plus fort dans la nature humaine... XXIème siècle, Yamato est un lycéen, réincarnation du chef des bandits du XIIème siècle. En cherchant un cadeau pour une amie, il tombe sur Ultimo chez un antiquaire. A son approche, la créature inanimée reprend vie et lui annonce qu’ils vont pouvoir reprendre la lutte qu’ils avaient interrompue il y a des siècles...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avant même d’ouvrir ce manga, la couverture interpelle : concept original par Stan Lee ? LE Stan Lee ? Le créateur des comics parmi les plus connus (Les 4 fantastiques, Spider-man, Hulk, etc.) ? Et à la réalisation, on retrouve Hiroyuki Takei, l’auteur de Shaman King ?! Autant dire qu’on entame donc la lecture en attendant beaucoup et... il faut bien avouer que ce premier tome déçoit un peu. Certes, l’histoire est sympa, les graphismes aussi, mais on s’attendait à beaucoup mieux avec de tels auteurs : personnages et rebondissements stéréotypés et prévisibles, déroulement classique, réalisation soignée et très propre mais sans grande saveur... Bref, ce premier opus, loin pourtant d’être raté, laisse tout de même un goût de déception : trop simpliste, pas assez original... Sympa, mais sans plus : trop commun pour ces deux auteurs en fait ! Graphiquement, on reconnaît immédiatement le style du mangaka dont l’imagination fertile qu’on avait pu voir à l’œuvre dans Shaman King s’exprime seulement cette fois dans le design des Karakuridôji et dans leur attaques variées, mais les rendus sont peut-être un peu trop exagérés. Ces derniers ont en effet des mains très spéciales (et encombrantes !) qui peuvent se transformer à loisir pour former de la simple pointe à la pince géante, en passant par l’aile ou par la gueule pleine de crocs d’un animal féroce. Fait amusant, le personnage à l’origine de l’histoire, Dunstan, n’est autre qu’une représentation de Stan Lee lui-même, certes un peu plus bodybuildé que le vrai. Pour le reste, le tramage est impeccable, les décors présents, les détails fournis, mais la mise en scène est classique et le découpage ainsi que le choix des plans sont parfois assez particuliers pour un rendu pas toujours des plus efficaces. Partant d’un postulat de départ assez simple, le scénario se complexifie néanmoins un peu dans la dernière partie du volume et il est possible que le suivant soit donc un peu plus appréciable. Prenons donc ce premier opus de cette alliance américano-japonaise historique pour une introduction qui cherche encore ses marques et laissons une chance à la série pour voir jusqu’où ces deux auteurs prolifiques vont nous mener. A essayer, et à suivre, donc.

voir la fiche officielle ISBN 9782849659045