parution 22 août 2013  éditeur Ki-oon  Public ado / adulte  Thème Science - fiction, Guerre Seinen

Front Mission - Dog Life and Dog Style T10

Le duel entre Tsuneki et son frère tourne court : les forces de l’USN contre-attaquent pour les déloger du QG. Une fin de mission sans grande surprise, mais surtout une fin de série décevante qui gâche vraiment tout !


 Front Mission - Dog Life and Dog Style T10, manga chez Ki-oon de Otagaki, C.H.LINE
  • Notre note Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Toutes les troupes disponibles de l’armée de l’USN se rassemblent autour de l’immeuble du QG assailli par le groupe de mercenaires de l’OCU. En l’absence de commandement supérieur, les troupes USN sont désordonnées : certains ordonnent d’attendre la fin de l’évacuation du personnel de l’immeuble, mais d’autres lancent quant à eux l’assaut. Des wanzers arrivent par les airs, portés par des hélicos, tandis qu’au sol se rassemblent des tanks… Pendant ce temps, à l’intérieur du bâtiment, Tsuneki se bat toujours contre son frère qui est aux commandes du Queen of Madness. Leur affrontement est perturbé par les tirs venus de l’extérieur, ce qui porte un coup fatal à la machine de Tsuneki, déjà mal en point. Finalement, les deux frères se retrouvent face à face sur le toit de l’immeuble. Tsuneki sort de sa machine qui vient de rendre son dernier soupir et pointe son arme de poing en direction du Queen of Madness. Son frère ouvre alors la porte de sa machine pour lui faire face, mais les tirs de Tsuneki ne peuvent pas l’atteindre : le système des lasers de protection du Queen of Madness n’ont aucun mal à désintégrer les balles avant qu’elles ne touchent le pilote dans son cockpit... Le reste des mercenaires préparent l’évacuation avec la fusée de secours du QG tandis que Batchek termine d’introduire le virus dans le système de l’armée ennemie. Mais la jeune femme aura-t-elle le temps de finir ou succombera-t-elle à ses blessures avant ? Les hommes de Tsuneki doivent également faire face à un autre imprévu : la fusée d’évacuation ne contient qu’une seule place...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dixième et dernier tome de la série, cet opus raconte la fin de la mission entamée depuis le volume 5 et ne se montre pas aussi prévisible que cela. Pourtant il n’y a pas non plus vraiment de surprise : cela reste globalement convenu, ni trop manichéen, ni trop extravaguant. De ce point de vue, la conclusion de cette partie est donc correcte, mais moyenne... Et il faudra également oublier cette petite frustration de ne pas savoir lequel des deux frères était le plus fort aux commandes de sa machine, puisque le duel est finalement interrompu... La fin générale de la série quelques pages plus loin déçoit par contre carrément. Si l’idée en elle-même est bien trouvée, le traitement est quant à lui carrément raté : Inuzuka, le reporter de guerre que l’on suit depuis un bon moment, a été arrêté et est interrogé par l’armée. Au lieu d’amener un débat, d’opposer sa vision du partage de l’information à celle des forces armées, et que l’auteur le traite comme sur les champs de bataille en le rendant « transparent » d’une manière métaphorique, ce dernier choisit alors de manière incompréhensible de donner soudainement dans le surnaturel : Inuzuka a développé un pouvoir magique et devient réellement transparent ! Quel intérêt ?! Cela gâche vraiment tout, la fin de la série mais aussi rétrospectivement les scènes précédentes avec Inuzuka, qui n’apparaissent d’un coup plus du tout comme métaphoriques mais bien réelles, et perdent ainsi toute leur saveur ! L’apport du fantastique dans l’univers de guerre au réalisme cru de la série fait perdre de l’impact à toute l’histoire, nous arrache à la projection de réalité dans laquelle nous étions plongés et nous détache du récit. Cela dessert carrément tout le propos ! Le rebondissement de fin, sorte d’apothéose qui aurait dû nous plonger dans des abîmes de réflexion sur le sujet (la guerre ne sera pas toujours ailleurs, elle pourrait arriver un jour chez nous sans prévenir), s’en retrouve désamorcé et rate ainsi complètement son effet : on ne ressent tout simplement plus aucune proximité avec notre réalité et on referme le tome sans se sentir concerné le moins du monde. Bref, ce choix incompréhensible est la plus grosse déception de la série. Si on ajoute à cela la fin de mission qui manque un peu d’intensité en regard de ce qu’on a connu précédemment, ce dernier volume est de loin le moins convaincant de la série et nous laissera le souvenir amer d’un auteur en manque d’inspiration quant à sa conclusion. Autant dire que seuls les 5 premiers tomes comptent, le reste s’étant finalement révélé, en regard de cette fin décevante, un beau gâchis.

voir la fiche officielle ISBN 9782355925627