parution 10 décembre 2015  éditeur Ki-oon  collection Seinen
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Chronique sociale Seinen

Poison City T2

Malgré le rappel des exemplaires de son manga, Mikio décide de poursuivre son œuvre sous la forme qu'il souhaite, au risque d'être déclaré nocif par la commission. Suite et fin d'une série empreinte de l'expérience personnelle de son auteur.


 Poison City T2, manga chez Ki-oon de Tsutsui
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Ki-oon édition 2015

L'histoire :

Un éditeur américain du nom d'Alfred Brown a fait le déplacement au Japon pour rencontrer Mikio et parler avec lui des problèmes qu'il rencontre sur sa série Dark Walker dont la vente a été interdite au Japon par la commission des experts présidée par l'ancien ministre Osamu Furudera. Alfred Brown ne comprend pas non plus cette interdiction qu'il juge arbitraire mais a une technique pour contourner les critères de la commission. Cette dernière impose des quotas stricts sur le nombre de pages contenant des scènes violentes ou érotiques et, au cas où la proportion dépasse un certain pourcentage, l'interdiction est faite. Alfred soumet à Mikio l’idée de réunir sur une page le maximum d'éléments problématiques afin de diminuer cette proportion, et ainsi de ne pas subir les foudres de la censure. Une fois Brown reparti aux U.S.A., Mikio essaie de redécouper ses planches afin de mettre en œuvre cette technique mais cela lui pose un réel souci. La narration est massacrée et les dialogues n'ont plus aucun sens. Avec l'accord de son éditeur, Mikio choisit finalement de sortir Dark Walker tel quel. Le couperet tombe quelques jours plus tard lorsqu'il apprend que l'interdiction est confirmée et qu'en plus, il doit passer devant la commission sous le prétexte qu'il est un auteur nocif pour la société...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tetsuya Tsutsui conclut Poison City avec un second opus qui dévoile un peu plus le calvaire subi par le mangaka. En effet, alors qu'il travaillait sur Prophecy, l'auteur a appris que sa série Manhole avait été retirée de la vente sur décision de la commission de censure sans qu'il ne soit mis au courant. Apprenant que sa création avait été jugée nocive sur quelques critères, il a essayé de se battre pour lever cette injustice, en vain jusqu'ici. Avec Prophecy, il raconte les déboires d'un jeune auteur qui est confronté à la même problématique. Permettant à Tetsuya Tsutsui d'évoquer ce que certains de ses confrères ou lecteurs ignorent, le mangaka ne manque pas de montrer les incohérences d'un tel système. Dans le premier album, l'auteur alternait les séquences réelles à d'autres mettant en scène les personnages créés par le héros dans son propre manga. Ces dernières sont plus rares dans ce second tome (avaient-elles seulement une réelle utilité ?) et permettent de recentrer le propos de l'artiste. Comment certaines séries archi-violentes ou tendancieuses parviennent-elles à être publiées sans connaitre les affres de la censure ? Comment une adaptation fidèle d'un roman populaire peut être interdite ? Tetsuya Tsutsui se questionne vraiment et fait réfléchir ses lecteurs avec lui. Si certaines scènes paraissent un brin trop longues (la séance à la commission dure plus de la moitié du volet), le propos est cohérent et intelligible. Les dessins de Tsutsui restent d’une grande qualité et participent à la montée en pression lors de la lecture de l'album. Si l'on se fie au visuel en couvertures et en 4ème de couverture, on pourrait penser que Poison City est un titre post-apocalyptique. Peut-être que cela donnera plus tard une véritable série de fiction, mais, en l'état, Poison City est un excellent diptyque engagé et prenant.

voir la fiche officielle ISBN 9782355928963