parution 09 février 2012  éditeur Ki-oon  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy, Fantastique - Etrange, Western Seinen

The Arms Peddler T1

Dans un monde apocalyptique, une marchande d'armes parcourt les contrées désertiques et dangereuses en quête d'acheteurs. Parfois, elle sauve aussi des vies... Des débuts violemment addictifs.


The Arms Peddler T1, manga chez Ki-oon de Nanatsuki , Night Owl
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Red Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Ki-oon édition 2012

L'histoire :

Le monde est devenu une zone de non-droit où la violence est partout. Sona, un petit garçon, en fait les frais alors qu'il traverse des contrées devenues désertiques avec sa famille. Ils sont assassinés par des brigands, à l'exception de l'enfant que ces derniers marquent au fer rouge et qu'ils abandonnent après l'avoir rué de coups. Les derniers espoirs de Sona s'éteignent petit à petit mais, alors qu'il se croit perdu, un charriot s'approche. Une jeune femme en descend. Celle-ci se nomme Garami et est une marchande d'armes. Elle lui propose un choix bien cruel : soit il se laisse emporter par la mort ; soit il accepte d'être sauvé mais devra en payer le prix, à savoir 100 pièces d'or. La nuit étant tombée, Garami et Sona, qui a bien entendu accepté d’être sauvé, parlent autour d'un feu de camp. Le jeune garçon remarque que des charognards s'en prennent aux cadavres de sa famille. Alors qu'il intervient, ceux-ci usent de sortilèges pour lui montrer ses proches. Si Sona se laisse avoir dans un premier temps, il comprend que cela est un piège lorsque la marchande d'armes lui tend une épée...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les amateurs d'univers sombres et violents ont depuis longtemps déjà trouvé en Übel Blatt ou en Berserk des lectures de choix et de grande qualité. Les éditions Ki-oon lancent à présent une nouvelle série qui risque bien de s'installer rapidement dans l'esprit de ces mêmes fans. The Arms peddler se déroule dans un monde apocalyptique où les armes à feu coexistent avec les armes blanches mais aussi avec la magie et des créatures monstrueuses. Le mélange des genres fonctionne à merveille et est dû à Kyoichi Nanatsuki, scénariste que l'on a pu voir à l’œuvre sur Arms il y a quelques années. Son récit se focalise autour de deux personnages. Tout d’abord, le gentil et naïf Sona qui sert souvent à l'auteur de voix off. Ce dernier a été sauvé par le second protagoniste, Garami. Sous ce drôle de nom, on découvre une jeune femme assez dure, marchande d'armes et guerrière de talent. Lorsque l'on ajoute à cela qu'elle est intelligente, mystérieuse et sexy, nous avons là une héroïne charismatique. Celle-ci, accompagnée de Sona, parcourt le monde à la recherche de clients. Au travers des différents épisodes, l'auteur dévoile un monde très riche où la violence règne. Entre les monstres, les zombies, les âmes errantes, les rencontres les plus bizarres et dangereuses ne manquent pas pour les deux protagonistes. L'histoire est en plus portée par des dessins de toute beauté. Ceux-ci sont de Night Owl, un jeune dessinateur qui, outre son étonnant pseudo, surprend par sa grande maîtrise. Son style se rapproche pas mal de celui de Yang Kyung-Il (Le nouvel Angyo Onshi) par ses détails et la finesse du trait ou bien de Boichi sans le côté très coquin du coréen. Avec un visuel vraiment impressionnant et un excellent scénario, on ne peut que vous conseiller d'embarquer dans cette nouvelle épopée sombre, sanglante mais ô combien passionnante. Un début en fanfare en somme...