parution 25 août 2016  éditeur Ki-oon  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy, Aventure - Action Seinen

Ubel Blatt T18

Dans la bataille, l’Empereur se retrouve face à Glenn, mais Koïnzell puis Ikfes s’interposent. Des combats attrayants de prime abord, mais le récit avance à peine.


 Ubel Blatt T18, manga chez Ki-oon de Shiono
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Ki-oon édition 2016

L'histoire de la série :

Dans le pays de Sahrandien, la guerre contre l’armée des ténèbres de Wischtech a pris fin le jour où l’empereur choisit 14 guerriers, munis chacun d’une lance sacrée, et les envoya enrayer les attaques ennemies. Trois d’entre eux moururent sur la route. Quatre retournèrent leur veste et passèrent dans le camp ennemi avant d’être tués. Les sept survivants revinrent et furent acclamés par tout le pays, qui les surnomma les sept héros. Pourtant, la légende n’est pas forcément véridique. En effet, les quatre n’étaient pas passés à l’ennemi mais avaient réussi à établir la paix. Seulement, sur le chemin du retour, les sept autres leur tombèrent dessus et leur volèrent ainsi la vedette. Vingt ans plus tard, Köinzell, un jeune homme aux capacités surpuissantes, semble particulièrement en vouloir à ces soi-disant héros et parcourt le pays pour les affronter.

L'histoire :

La forteresse volante de Glenn a surgi et a tiré dans le tas, frappant même ses alliés. La tour du château dans laquelle se trouvait l’Empereur a été pulvérisée, mais ce dernier a survécu et on peut le voir l’épée au poing au milieu des décombres. L’un des chevaliers de la lance céleste le voit et décide de faire feu de tous ses canons, même s’il sait que son vaisseau sera alors sans défense face à ses ennemis : tuer l’Empereur pour permettre l’avènement de Glenn est tout ce qui compte pour ces fanatiques. Après avoir tiré, le vaisseau se fait effectivement abattre, mais les sept chevaliers en armure noire s’en échappent pour atterrir face à l’Empereur et à ses deux gardes du corps. Celles-ci n’arrivent malheureusement pas à repousser les rebelles, mais l’Empereur ne va pas rester sans se défendre : d’un coup d’épée, il élimine ses deux premiers opposants. Mais tandis qu’il fait face aux autres, dans son dos des tentacules surgissent de la blessure d’un des cadavres...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce 18e opus ne concentre que quelques minutes de la bataille en cours, mais ce sont les moments les plus importants. Les forces de Glenn ont débusqué l’Empereur et l’attaquent au corps à corps, puis Glenn lui-même descend l’affronter au milieu des ruines et se retrouve face à Koïnzell et Ikfes. Même si ce sont là des tournants majeurs dans la bataille et dans le récit dans son ensemble, les affrontements font intervenir énormément de protagonistes (dont on ne se rappelle pas toujours) et sont également parfois un peu difficiles à suivre visuellement. De plus, on reste assez frustré après la lecture éclair de ces chapitres car, finalement, les choses avancent à peine et les combats sont rapidement torchés. Certes, voir Koïnzell et Ikfes en action fait plaisir, mais on a encore l’impression que le récit patauge un peu. Graphiquement aussi, ce n’est pas toujours homogène : de très belles planches en côtoient quelques autres moins soignées. Bref, cet opus, sans être tout à fait décevant, se montre encore une fois assez moyen.

voir la fiche officielle ISBN 9782355929557