parution 07 décembre 2017  éditeur Kurokawa  Public ado / adulte  Thème Horreur, Seinen

Resident evil - heavenly island T5

Zili n’était pas une actrice mais une mercenaire. Elle parvient à s’emparer d’une version pure du virus et ne compte pas rester sur l’île. Un final tout en action !


 Resident evil - heavenly island T5, manga chez Kurokawa de Capcom , Serizawa
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Le « projet KODOKU » vient d’entrer dans sa phase finale : un mécanisme se déclenche et cible Harpouilleux. Ce dernier est attrapé par une pince géante et se fait attacher à un mur malgré lui. Puis, un bras automatique le pique avec une seringue pour extraire le virus de son corps. Dans la salle de contrôle, Zili récupère ensuite la seringue. La jeune femme explique à ses otages qu’elle n’est pas une actrice, mais une mercenaire à la solde d’une entreprise qui lui a confié la mission de s’emparer de l’héritage d’Umbrella. Avec cela, la jeune femme se voit déjà très riche...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Comme tout final dans la série Redisent evil, la lumière est faite sur l’identité des vilains juste avant que le boss de fin ne se transforme en grosse bêbête qu’il faudra éliminer avec un lance-roquettes. Et ce n’est pas cette fois que la tradition va prendre fin car tous ces éléments sont repris ici. On commence d’abord avec les révélations qui ont le bon goût de ne pas s’éterniser. Une fois la lumière faite, on passe donc aux hostilités : il y a beaucoup de zombies et deux gros monstres à vaincre (Harpouilleux et un personnage transformé), et toutes ces créatures sont hargneuses. Des morsures, des tentacules, des griffes acérées et encore d’autres joyeusetés donnent à l’action de quoi être nerveuse et flippante, sans parler du réalisme indéniable des dessins. La pression ne baisse qu’à la toute fin, pour l’épilogue, et le spectacle est saisissant. Contrairement aux personnages, on n’est pas déçu du voyage !

voir la fiche officielle ISBN 9782368524923