parution 09 février 2017  éditeur Kurokawa  collection Kurokawa shonen
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Shônen

Saint Seiya Saintia Shô T8

Le combat des chevaliers d’or Aiolia et Milo contre Saga ressuscité se termine d’une manière qu’ils n’auraient pu imaginer. De son côté, Shôko se retrouve enfin face à la déesse de la discorde. Le scénario est plus riche que prévu et on apprécie.


 Saint Seiya Saintia Shô T8, manga chez Kurokawa de Kurumada, Kuori
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Kurokawa édition 2017

L'histoire :

Les chevaliers d’or Aiolia et Milo ont réussi à détruire le cœur de l’arbre qui flottait au-dessus de Saga, ressuscité par Eris pour la servir. Ils ont alors la surprise de voir l’ancien chevalier d’or des gémeaux se mettre à rire aux éclats ! En faisait cela, ils ont libéré l’immense cosmos de discorde accumulé dans l’arbre, et Saga l’absorbe jusqu’à se transformer en un être divin... De son côté, Shôko a été conduite par Rigel jusque devant la salle où se trouvent Eris et Athéna. Seulement, la dryade Até ne compte pas la laisser passer : elle l’attaque violemment d’entrée de jeu. Rigel tente de l’en empêcher car il a promis à Shôko de l’escorter jusqu’à sa sœur, mais il se montre rapidement impuissant face à elle. Até emprisonne tout le monde de ses lianes, mais Shôko enflamme son cosmos et réussit à s’en défaire avant de porter un coup qui atteint enfin sa cible. Seulement, Até est encore bien trop forte...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Continuant l’avancée rapide au sein du temple de la déesse de la discorde Eris, le scénario termine le combat en cours des chevaliers d’or avant de revenir sur le cas de Shôko qui se retrouve enfin face à sa sœur. A partir de là, les choses ne tournent pas forcément comme on aurait pu le penser, et le scénario repart sur autre chose avec deux autres Saintia, Elda de Cassiopée et Katya de la couronne boréale, qui partent sur le mont étoilé, « l’endroit le plus tabou » du Sanctuaire où Saga aurait laissé quelque chose pour Athéna lorsqu’il était Pope. Mais une fois sur place, les deux jeunes filles sont projetées dans le temple de la déesse de la Lune Artémis, grande sœur d’Athéna. Si cette dernière serait encline à aider sa cadette, il semble que les deux Saintia ne soient pas assez pures pour avoir le droit de lui présenter leur requête... On en apprend également plus sur le « nouveau » Saga, qui va atteindre un statut littéralement divin, ce qui risque de compliquer encore l’affaire. Le scénario se montre donc finalement un peu plus riche que prévu, et c’est tant mieux, cela ouvrant de nombreuses voies pour la suite. Shôko repasse à nouveau au second plan, mais on apprécie de voir un peu plus développées les Saintia nouvellement arrivées. Les dessins sont splendides, encore plus que précédemment, principalement grâce aux nombreux moments intenses qui ont lieu et qui donnent l’occasion à la mangaka de fournir des planches qui claquent, notamment de nombreuses pleines ou doubles pages. Pas de mini-poster couleur en début de tome cette fois par contre, ni de détail d’armure en bonus final, mais un petit strip humoristique à la place, l’auteur ayant visiblement été prise par le temps au moment de la sortie du volume relié au Japon comme elle l’évoque dans le message en postface. Comme au tome précédent, la série continue donc de convaincre de plus en plus et c’est tant mieux.

voir la fiche officielle ISBN 9782368524466