parution 02 février 2017  éditeur Le Lézard Noir  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Seinen

Tokyo Kaido T1

Victimes de maladies du cerveau, quatre patients, allant d'une petite fille à une jeune adulte, sont soignés dans une clinique spécialisée par un médecin dévoué. Mise en place d'une comédie dramatique humaine et poignante.


 Tokyo Kaido T1, manga chez Le Lézard Noir de Mochizuki
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Red Star
  • Scénario Red Star Red Star Red Star Red Star
  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star
©Le Lézard Noir édition 2017

L'histoire :

L'établissement médico-social Christiana dispose d'un service spécialisé dans le traitement des maladies du cerveau. Dirigé par le Docteur Kenichiro Tamaki, le service a plusieurs patients très particuliers. Hashi est un jeune garçon de 19 ans et demi qui a un petit fragment de voiture coincé dans le cerveau. Depuis, il dit tout haut la moindre chose qui lui passe par l'esprit, ce qui le fait déprimer et engendre une forte tendance à l'automutilation. Hana est une jeune femme de 21 ans. Suite à une affection au cerveau, elle est prise d'orgasmes de manière imprévisible. Mari est une fillette de 6 ans et ne reconnaît pas les humains, pour elle ils sont invisibles. Enfin, Hideo est un petit garçon âgé de 10 ans et qui est persuadé d'avoir des superpouvoirs, ainsi que de combattre des extra-terrestres. Les traitements et les séances de soins sont importants mais pas toujours bien vécus par ces patients...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Fraîchement couronné du prix de la série au festival d'Angoulême pour Chiisakobé, Minetaro Mochizuki a comblé les lecteurs avec sa réinterprétation du roman de Shûgorô Yamamoto. Connu jusqu'alors pour son sombre Dragon Head ou pour son aventure loufoque Mai Wai, le mangaka a présenté une œuvre aux antipodes graphiques et narratifs. Si cela s'est révélé une véritable surprise pour ses fans, Minetaro Mochizuki avait en fait opté pour une nouvelle approche sur sa série précédente : Tokyo Kaido. Débuté en 2009 et s'étalant sur trois tomes, le titre raconte le quotidien de quatre personnages, d'une petite fille de 6 ans à une jeune femme de 21 ans. Tous ont des problèmes très différents liés à des maladies du cerveau. Dans ce premier opus, ce sont surtout Hashi (un jeune homme de 19 ans et demi) et Hana qui sont mis en avant. Le premier dit tout ce qui lui passe par la tête, sans aucun filtre. Cela lui octroie souvent des problèmes avec les autres et une incompréhension folle. Hana a un problème plus intime puisqu'elle peut avoir un orgasme à n'importe quel moment, même en public ! Plus âgée, cette dernière est à l'écoute d'un Hashi qui déprime énormément. Dès les premières pages de cet album, le mangaka nous embarque dans une histoire à l'atmosphère étonnante, aussi émouvante qu'intrigante. Si le caractère excentrique des symptômes des personnages pourrait prêter à rire, on s'attache en fait très vite et les traumatismes qu'ils subissent au quotidien en deviennent vite éprouvants. D'apparence légère ou bizarre, le récit se révèle d'une profondeur réelle. Parsemées de touches d'humour, les deux cent pages de ce premier volet dévoilent aussi l'évolution graphique naissante de l'artiste, plus prompt à jouer avec les cadrages et à laisser place à une pureté dans les détails qui trouvera son apothéose dans Chiisakobé. Véritable laboratoire d'essai, Tokyo Kaido n'en est pas moins une entrée en matière époustouflante d'honnêteté et de qualité. Le risque ne paye pas toujours mais le mangaka a parfaitement réussi sa mue.