parution 10 octobre 2012  éditeur Panini Comics  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Erotique, Policier Seinen

Daydream T8

Volumes 8 à 10

Yuo a organisé un suicide collectif et la police fait appel à Misaki pour interroger le garçon et tenter d’empêcher le massacre. Enfin la conclusion de la série, mais le résultat est mitigé.


 Daydream T8 : Volumes 8 à 10 (0), manga chez Panini Comics de Okuse, Meguro
  • Notre note Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2012

L'histoire :

Comme tous les matins, Kunugi prend le bus pour aller au lycée. En descendant à son arrêt, elle s’apprête à traverser quand un jeune homme en anorak l’attrape par le poignet. Il s’agit de Fujiwara qui l’entraîne avec elle dans un parc au milieu des arbres. Là, il explique à la demoiselle que Yuo a été arrêté par la police, que la médium Haru est morte et que le commissaire de police a fait appel à Misaki. Fujiwara lui annonce ensuite qu’il attend d’elle qu’elle empêche Misaki d’exorciser Yuo. De son côté, Misaki se fait conduire par Sôichirô au commissariat de Yoga où est retenu Yuo. Là, la médium va avoir un résumé complet de l’enquête de police avant d’obtenir carte blanche pour interroger le garçon qui a organisé un suicide collectif prévu le lendemain…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il aura fallu 4 ans d’attente avant de voir ce triple volume sortir et conclure la série. Sur les deux tiers de l’opus, l’intrigue se concentre essentiellement sur la résolution de l’affaire Yuo : on découvre enfin les sombres secrets du garçon et surtout ce qu’il réserve à ses disciples, c’est-à-dire un suicide collectif. Misaki va d’abord avoir le résumé de l’enquête de la police pour nous expliquer de quoi il retourne avant d’essayer de faire cracher à Yuo le lieu du massacre pour tenter de l’empêcher. Riche en suspense, révélations et morts, toute cette partie-là est fort intéressante et on est bien embarqué par le récit qui mélange le genre policier et horrifique de manière savamment dosée. On est alors happé par l’urgence de la situation et l’ensemble se lit d’une traite. Néanmoins, on se demande ce que vient faire l’histoire avec un chien fantôme en plein milieu du volume : cela casse le rythme en plus de ne rien apporter à l’histoire principale. Quant au dernier tiers, il amorce un nouvel arc scénaristique dans lequel Misaki entame un vrai travail sur elle : avec une histoire de médiums vengeurs, la demoiselle part sur les traces de sa mère, fait enfin l’expérience d’une relation amoureuse et chasse les méchants de manière un peu différente. Cela semble assez intéressant mais la fin est tellement abrupte qu’elle sonne plus comme une fin de chapitre qu’une fin de série : il est fort probable que l’histoire a été arrêtée faute de succès au Japon. Du coup, on est désappointé car poser plein de questions et de nouvelles pistes pour ne rien résoudre a de quoi désarçonner. En outre, tout au long du volume, les transitions sont abruptes, parfois inexistantes, ce qui est régulièrement déroutant. Certains rebondissements et/ou personnages sortent également de nulle part, sans oublier des scènes de racolage dispensables. Du côté de l’édition, la qualité est très décevante. Déjà, regrouper les 3 derniers volumes permet certes à l’éditeur de sortir malgré tout la fin de la série plutôt que de l’arrêter, mais il faut bien avouer qu’un format de manga aussi épais n’est vraiment pas pratique, mais aussi assez fragile au niveau de la reliure. De plus, la démarcation entre les trois volumes n’est pas mise en valeur (voire inexistante) et les amateurs regretteront également de n’avoir pour seuls visuels des couvertures des deux derniers tomes que les petites vignettes de la tranche. On notera aussi que la traduction laisse à désirer, entre de trop nombreuses fautes d’orthographe (et pas des moindres), de mauvais découpages de mots pour les retours à la ligne, des mots en trop et la non-traduction des paroles d’une chanson en anglais, alors que sa signification est importante dans l’histoire ! Malgré une grosse partie intéressante, ce sont les aspects décevants qui laissent la plus forte impression et on ressort de la lecture déconcerté et déçu. Très dommage.

voir la fiche officielle ISBN 9782809426397