Médaka-Box T1, manga chez Tonkam de Isin, Akatsuki ©Tonkam édition 2012

Médaka-Box T1

Présidente des élèves, la talentueuse Médaka fait la promesse de résoudre tous les problèmes des lycéens mais, avec sa vision décalée, elle va souvent le faire de manière inattendue. Un synopsis trompeur qui cache en réalité un titre déjanté.

L'histoire : Arrivée en première année de lycée, la talentueuse et belle Médaka s’est faite élire présidente du comité des élèves. Il faut dire que sa campagne était inédite puisqu’elle a annoncé aux élèves qu’elle résoudra tous leurs soucis, notamment grâce à la mise en place d’une boîte à requêtes : qu’ils rencontrent des problèmes scolaires, sentimentaux ou familiaux, elle sera là pour eux ! Mais au-delà du fait que Médaka excelle dans tous les domaines (sport, arts martiaux, études, calligraphie...), c’est son charisme écrasant qui a convaincu 98% des élèves. Médaka est forte en tout, elle le sait et elle a décidé de vouer sa vie à aider les autres. Depuis l’âge de 2 ans, c’est son ami Zenkichi qui l’épaule bien malgré lui dans ses activités de bonne samaritaine. Aujourd’hui, le pauvre garçon se voit demander par Médaka de la rejoindre au bureau des élèves. Leur première affaire concernera le local du club de kendo qu’un élève anonyme leur demande de débarrasser des voyous qui le squattent. Mais sur place, Médaka qui voit le bien en tout le monde explique, grandiloquente, aux voyous qu’elle sait qu’ils étaient avant des passionnés de sports qui se sont juste éloignés du bon chemin. Elle va donc s’occuper de les remettre sur pieds ! Et comme la demoiselle a un niveau de maître en kendo, elle n’a aucun mal à donner une bonne correction aux voyous avant de les obliger à faire des exercices de sabre ! Le lendemain, les voyous reviennent en tenue : ils ont « retrouvé » leur vocation de sabreur... Seulement, l’élève qui avait déposé la demande dans la Médaka Box n’est pas content de ce résultat : il ne voulait pas que les voyous reviennent dans le droit chemin, mais qu’ils soient expulsés. Et comme ce dernier est lui aussi expert en kendo, il va aller se faire justice lui-même...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Lorsqu’on lit le synopsis de base du titre, l’histoire ne paraît guère originale ni convaincante : Médaka, une lycéenne super sexy et balaise dans tous les domaines, prend la présidence du conseil des élèves et va résoudre tous les problèmes que ses camarades lui présenteront. Classique ? Pas tant que cela en réalité. Car tout cela est pris au deuxième degré et c’est bien ce qui rend le récit intéressant et amusant : Médaka est douée à outrance, les personnages sont tous à fond, les gags sont décalés, et enfin les problèmes et les méthodes utilisées pour les résoudre sont bien souvent assez improbables, d’autant plus que Médaka a une vision des choses qui fait qu’elle est la plupart du temps déphasée avec la réalité des événements. En fait, la série est à rapprocher de mangas comme School rumble ou La mélancolie de Haruhi Suzumiya. Les affaires à résoudre commencent doucement par un problème avec une salle de kendo squattée par des voyous (affaire qui se révèle finalement plus compliquée que prévue), puis divers sujets de tous genres passent dans la Médaka Box : déclaration d’amour, jalousie sportive, chien perdu, succession du dirigeant du club de judo... A chaque fois, rien ne se passe évidemment comme on s’y attendrait... Mettant rapidement le concept en place, puis en faisant doucement avancer les protagonistes dans le fond, le récit constitue également petit à petit une équipe de choc autour de Médaka. Et n’oublions pas que les méthodes particulières de la jeune fille créent des remous et que les 2% des élèves qui n’ont pas voté pour elle sont parfois décidés à lui mettre de sérieux bâtons dans les roues... Si finalement l’histoire convainc, tout n’est pas rose pour autant: si on oublie les quelques coquilles dans les textes, ce qu’on regrette vraiment est la retenue dont fait encore un peu montre le scénariste. Mais ce n’est que le début, et la folie semble aller crescendo, ce qui est bon signe... Les graphismes sont quant à eux efficaces : les personnages sont exagérément expressifs, et les poses de Médaka sont souvent grandioses et mises en valeurs par des cadrages ultra dynamiques. Tout cela manque un peu de décors et de tramage mais rien de gênant, d’autant plus que le fan-service nous fait facilement oublier ces défauts. Ce dernier se justifie pleinement par de l’humour, et le point positif est qu’il y en a pour les garçons comme pour les filles. En fait, le plus gros défaut de la série est sa couverture qui ne donne aucune idée de la teneur humoristique de la série (on y remarque surtout les très gros seins de Médaka, mais c’est à peu près tout ce qui en ressort) ainsi que le résumé en quatrième de couverture qui se contente de reprendre le synopsis en faisant fi de l’esprit déjanté du titre. Une bonne surprise que ce premier tome en définitive et l’on a hâte de voir si le scénario va décoller encore plus dans la suite.

  • scénar dessin


17 octobre 2012



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 6.99-5% = 6.64

sur


 Médaka-Box T1, manga chez Tonkam de Isin, Akatsuki ©Tonkam édition 2012

05 septembre 2012

Tonkam

Tonkam shonen

voir la fiche officielle

9782759508860

ado / adulte

Humour, Sentimental

Shônen

scénariste
 

dessinateur
 

Médaka-Box série en cours en France
9 albums parus
série en cours au Japon
Titre en VO : Medaka Box
17 albums parus Nos chroniques dans cette série :