parution 09 janvier 2019  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Guerre

No war T1

En pleine guerre civile du (fictif) Vukland, un ado cherche la neutralité, car ses parents divorcés sont opposés. Mais les choses s’enveniment… et lui trouve une pierre mystérieuse. Mise en place d’une fascinante dystopie politique.


 No war T1, bd chez Casterman de Pastor
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2019

L'histoire :

L’archipel du Vukland, un pays nordique (fictif) situé sous le Groenland, connait de vives tensions politiques. Les traditionnalistes, issu de l’ethnie des kiviks, aspirent au respect des terres ancestrales et sacrées, et des croyances. A l’opposée, les vulkos plus matérialistes prônent un développement moderne de leur archipel, à l’occidentale. Entre ces deux idéologies sociales, une guerre civile est en train de s’instaurer. Or l’adolescent Run est dans une position délicate : sa mère est kivik, son père est vulko, et les deux ont divorcé suite à la mort tragique de son frère ainé Luka. Run refuse de choisir un camp plutôt qu’un autre. La neutralité est son credo, même si cela lui vaut des regards de biais de la part des différents clans de sa famille. Ce jour-là, Luka réitère son désir d’impartialité à son oncle, un policier kivik, tandis qu’ils se baignent dans une source d’eau chaude naturelle sur l’île de Saarok. Mais en repartant, ils trouvent un cadavre au fond d’une rivière. Il s’agit de l’ingénieur vulko disparu depuis quelques jours, alors qu’il prenait des mesures pour un projet de barrage. Sur son front est inscrit « No dam » (pas de barrage). L’oncle de Run est inquiet car cela va exacerber les tensions. A proximité, Run trouve une thermos. A l’intérieur, il prend la kafikadik, une précieuse pierre volcanique, dotée de propriétés physiques étonnantes, mais aussi une pierre sacrée pour les kiviks. Il la dissimule aux yeux de son oncle, en la cachant dans sa poche…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec cet épisode de mise en place, No war se présente comme une ambitieuse série de thriller politique, aux frontières de la dystopie, de l’anticipation pré-apocalyptique et (très légèrement) du fantastique. L’auteur Anthony Pastor nous immerge d’emblée dans un contexte avancé de guerre civile, causée par les conceptions civilisationnelles opposées des deux ethnies habitant un pays insulaire totalement fictif, le Vukland. Globalement situé entre le Labrador, le Groenland et l’Islande, cette nation composée de deux îles a été longuement et précisément élaborée par Pastor, qui lui a attribué une géographie, des mentalités et une cosmogonie, vaguement inspirés du folklore inuit (entre scandinave et amérindien). D’ailleurs, un premier récit court était paru en juin 2018, dans la revue Pandora #4, qui posait des bases chamaniques et glacées à cette civilisation vraisemblable. Mais revenons à notre pauvre adolescent, Run, coincé entre un père moderniste et une mère traditionnaliste, eux-mêmes en plein conflit familial. Evidemment, les raccourcis sont tentants avec les insurrections récentes des gilets jaunes en France, car l’ambiance délétère et le terreau des factions extrêmes sont similaires. Avec Fred Duval et sa jacquerie dans Mousquetaire T3, et Sylvain Runberg dans Clivages, Pastor fait partie des auteurs qui ont senti la tempête de la fracture sociale venir (ou ce peut être aussi une coïncidence ?). Mais No war porte aussi un propos au-delà de la révolution sociétale et du conflit familial, en raison d’un élément qui demeure encore bien mystérieux : la pierre volcanique kafikadik. A-t-elle des propriétés nucléaires ? Régénératrices ? Serait-elle une espèce vivante à l’instar du corail, mais intelligente ? En prime, on découvre encore un nouveau traitement graphique et adapté au sujet chez cet auteur : un encrage prononcé et proche du rough, parfois pâteux, complété de rares lavis délavés en aplat et en bichromie. Décidément, cet auteur sait surprendre, se renouveler et il élabore des univers bigrement fascinants…

voir la fiche officielle ISBN 9782203158009