parution 04 novembre 2011  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Guerre

Notre mère la guerre T3

Troisième complainte

1917. Les combats font toujours rage dans les tranchées, sous le feu des blindés. Au cœur du bourbier et des bombardements, le gendarme Vialatte est devenu un soldat de l'artillerie spéciale... La Grande Guerre racontée avec justesse.


 Notre mère la guerre T3 : Troisième complainte (0), bd chez Futuropolis de Kris, Maël
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2011

L'histoire :

5 mai 1917. Tôt le matin, à 5h45, les Français lancent une offensive dans les tranchées, Eglantine en tête ! Le char avance et pulvérise tout sur son passage, allant même jusqu'à enflammer l'ennemi... Mais sous les feux des grenades, Eglantine, impuissante, va finir par brûler elle aussi et ses occupants avec. La guerre d'usure fait toujours rage, plus atroce que jamais. Un peu plus tard, le gendarme Vialatte se réveille en sursaut à l'hôpital militaire du camp de Marly-le-Roy. Complètement déboussolé, il apprend de Louise, l'infirmière à son chevet, qu'il a été gravement blessé lors de l'attaque du 5 mai dernier. Depuis ce jour, il est resté dans le coaltar en raison d'un éclat à la tempe. Le lendemain, Vialatte explique au capitaine Janvier qu'il s'est engagé en tant que volontaire dans l'artillerie spéciale, délaissant son enquête sur le mystérieux tueur en série des tranchées. Si Janvier est venu rendre une visite surprise à Vialatte, c'est pour lui proposer de reprendre son enquête à zéro. Car si Raton, Surin, Jolicoeur, Jojo, Planchard et Le Goan, les principaux suspects des meurtres, ont succombé à une attaque des Allemands, ce n'est pas le cas en revanche du caporal Peyrac, seulement porté disparu... Au cœur du massacre, au front et à l'arrière, Vialatte doit terminer son enquête, quel que soit le prix à payer...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Plongé au cœur des tranchées, premier soldat sur la ligne de front, le lecteur assiste à l'une des boucheries dont seule l'Histoire a le secret. Ici, c'est la guerre poisseuse et effrayante vécue par les Poilus que racontent Kris et Maël, faisant notamment voler en éclat l'approche romantique du patriotisme en la confrontant à l'horreur de la guerre. Kris, dont le scénario est toujours aussi ciselé et travaillé, livre quelques tranches d'horreur : l'irruption des blindés sur le champ de bataille – les 10 premières pages sont époustouflantes – les mutineries de l'année 1917 et l'utilisation de l'hypérite, plus connue sous le nom de gaz moutarde, qui vous fait dégueuler vos tripes et votre sang. Sans s'interdire néanmoins une pointe d'humour so british à la fin, sous la pluie évidemment. Malgré son aspect parfois scolaire, le scénario intensifie la réalité des combats, leur brutalité et leur vanité, reléguant de fait l'héroïsme guerrier au rang d'illusion. La seule issue possible étant alors de tuer ou d'être tué, puis fuir si on le peut encore. Et que dire une nouvelle fois de la puissance du dessin de Maël, virtuose et précis, dont l'aquarelle grise et maussade, même un peu délavée façon carnet de voyage, capte parfaitement la barbarie, tout en restituant avec justesse le quotidien des soldats. Nouveauté dans ce tome 3 : la BD s'autorise même une permission à l'arrière, histoire de sonder le moral des civils qui, eux aussi, voudraient en finir avec la « der des der ». Vous l'aurez compris, une série qui maintient le cap avec succès.

voir la fiche officielle ISBN 9782754804035