parution 01 février 2008  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Mondes décalés, Historique, Policier

Tanâtos T2

Le jour du chaos

Tanǎtos, génie du mal, parvient à déclencher la première guerre mondiale. Mais les détectives de Fiat Lux ont plus d’un tour dans leur sac… Une uchronie steampunk réjouissante et brillamment mise en images !


 Tanâtos T2 : Le jour du chaos (0), bd chez Glénat de Convard, Delitte, Avril
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2008

L'histoire :

Le génie du mal Tanǎtos est en train de réussir son coup. S’appuyant sur une technologie très avancée pour ce début de XXe siècle, il s’est grimé et fait passer plusieurs mois durant pour le député Roger Lampoit. Il a ainsi réussi à aiguiser les tensions internationales en Europe, jusqu’à amener les nations au bord du conflit. L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand s’avèrera alors l’étincelle manquante. Cet homme-caméléon attise désormais les intérêts financiers des acteurs de l’armement d’Allemagne et de France, s’arrangeant pour que ce secteur économique fructueux ne subisse en aucun cas les affres d’une guerre désormais probable. Mais c’est sans compter sur les moyens d’investigation hors-norme utilisés par l’agence de détectives Fiat Lux, elle-même financée par un mystérieux mécène. Le détective Louis Victor fait la visite des locaux à son confrère et ami, l’inspecteur Bernin. Grace à un fabuleux fichier et à un habile relevé d’empreintes digitales, ils identifient deux malfrats complices de Tanǎtos, surnommés Tue-la-peur et Mort-en-coin. Après une traque mouvementée et remarquée sur les toits de Paris, Victor parvient même à passer les menottes à Tue-la-peur ! Cette petite anicroche agace passablement Tanǎtos, qui compte bien réagir. Mais avant cela, il doit s’occuper d’un autre détail : supprimer Jaurès, dont le discours pacifiste est un frein à l’entrée en guerre…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En marge de l’anti héros classique, Tanǎtos est un personnage intéressant. Croisement improbable entre Fantomas et Batman, tout de cuir vêtu, sans visage, il impose un look complètement grand-guignolesque, mais qui colle à la perfection au mythe du génie du mal. Il se revendique grand méchant et l’est véritablement. Son idéal : dominer le monde, par tous les moyens. Le scénariste Didier Convard relie habilement les manigances de ce vil personnage à la réalité historique, via notamment son implication zélée à faire entrer l’Europe en guerre, en juin 1914. L’assassinat de Jaurès : c’est lui ! La spéculation des munitionnaires, l’intérêt économique à faire tourner la machine à canon : c’est encore lui ! Notons au passage que pour accorder de la crédibilité à ces évènements fantasques et les relier aux faits historiques, les auteurs font dans ce second opus une grande utilisation des extraits de la presse d’époque, en entrée de chapitres (à 7 reprises). De son côté, hormis cette fichue propension à donner toujours les mêmes expressions faciales rigides à ses protagonistes, le dessin de Jean-Yves Delitte est une nouvelle fois d’un réalisme singulier. Ce qui impressionne dans un premier temps, c’est le délai de réalisation entre deux albums de qualité (de 54 planches chacun !), dont le même souci du détail est poussé dans ses derniers retranchements. Dort-il la nuit, cet homme là ? Dans un second temps, on se met à observer les recoins de chaque case, aussi bien dans les labos de Tanǎtos, que dans ceux de l’agence Fiat Lux, ou encore lors des séquences en extérieur (la fortification, le quai des orfèvres, les vues sur et dans Paris)… Cadrages et découpage sur fonds noirs sont impeccables, parfaitement complétés par la colorisation de Frédérique Avril. Décidément, ce décorum légèrement teinté de steampunk est d’une totale maîtrise. Chouette : le tome 3 est déjà annoncé pour novembre 2008…

voir la fiche officielle ISBN 9782723460682