parution 18 février 2011  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Historique, Aventure - Action

Les carnets de Darwin T2

La mort d'une bête

Malgré l’explosion du griffu qui terrorise le Yorkshire, les lacérations mortelles continuent. Quel rapport avec les rites de la secte locale ? Avec l’attitude étrange de Darwin ? Suite d’une série historique d’épouvante… insolite !


Les carnets de Darwin T2 : La mort d'une bête (0), bd chez Le Lombard de Runberg, Ocaña, Bellaoui
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2011

L'histoire :

Le jeune naturaliste Charles Darwin a été convaincu par le premier ministre anglais Palmerston, de mener une enquête dans le Yorkshire. En effet, là-bas, les ouvriers d’une ligne de chemin de fer se sont mis en grève, suite aux attaques nocturnes d’une mystérieuse créature qui déchiquette les ouvriers. Sur place, Darwin examine effectivement des cadavres profondément lacérés, comme par les griffes gigantesques d’une espèce inconnue. Sa raison le force à évoquer la présence d’un tigre géant, car il n’ose avouer qu’il peut s’agir d’un « griffu », une créature mythique qui n’entre pas dans sa catégorisation des espèces. Pourtant, peu après, il a le privilège d’examiner la dépouille calcinée dudit monstre, car des militaires parviennent à le tuer, en le faisant exploser avec de la dynamite. La créature morte, les ouvriers votent (tant bien que mal) la reprise du travail. Mais Darwin n’est pas rasséréné pour autant. Un gourou local menace en effet la population locale de faire appel aux forces occultes, si la modernisation du pays se poursuit au détriment de la nature. Des émeutes éclatent en ville lorsqu’une nouvelle victime du monstre, une fillette, est retrouvée déchiquetée. Resterait-il une ou plusieurs autres créatures du genre dans les environs ? Darwin observe et analyse, sans tout dire à ses hôtes. Que dissimule son étrange comportement ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En restant volontairement discret sur la nature de l’« espèce » qui ravage le Yorkshire au cœur de ce XIXe siècle, le gros du premier tome pouvait encore laisser croire à de macabres mises en scène, qu’un esprit cartésien comme celui de Darwin pouvait démontrer. La dernière planche avait néanmoins définitivement donné le ton de l’horreur fantastique et vous allez avoir votre dose de frissons avec cette suite. Ça tombe bien, car tout lecteur normalement constitué était en effet impatient de voir un ces monstres pour de bon, en entier, et pas seulement un bout de griffe ou le luisant d’une pupille dans l’obscurité. Les attaques se font donc plus nombreuses, fugaces, violentes et sanglantes (pour garder le suspens, ne commencez toutefois pas par la dernière planche). Le contexte historique est de même toujours plaisant, qui rappelle les premiers conflits sociaux ou l’émancipation féminine. Néanmoins, les rites de la secte ou la nature de Darwin en elle-même ont cette fois tendance à tourner au grand-guignolesque. Certes, il n’est pas question de faire œuvre d’Histoire et heureusement, car la respectabilité de l’homme de science prend ici un sérieux coup dans l’aile ! Sylvain Runberg accorde un curieux écho à la discipline, en prenant le contrepied « fantasyste » de la logique générationnelle sur laquelle elle se fonde. Or, dès que la porte du fantastique est ouverte, tout devient possible… Le scénariste fait alors appel sans vergogne à moult mythes du registre et de l’époque (Jack l’éventreur, Mister Hyde, lycanthropie…). Ces remarques mises à part, le récit d’épouvante est fort habilement mené et le dessin d’Ocaña mérite sa part d’éloges. Aussi à l’aise pour générer les atmosphères lugubres que pour les larges scènes animées de rue, le dessinateur livre de nouveau 54 planches emballantes (hélas peu mises en valeur par une colorisation numérique « éteinte »).

voir la fiche officielle ISBN 9782803627950