parution 10 juillet 2020  éditeur Urban Comics  collection DC Deluxe
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Super-héros

DCeased

Unkillables

Red Hood et Gordon vont devoir s’allier à certains de leurs ennemis pour faire face à la terrible épidémie qui ravage le monde. Une suite au phénomène DCeased en mode survie : sympa mais pas mortel non plus !


DCeased : Unkillables  (0), comics chez Urban Comics de Taylor, Morstert, Lokus, Mattina
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2020

L'histoire :

Red Hood rentre dans la Batcave : cela faisait bien longtemps. Mais il a peur de ce qu’il va y découvrir. Depuis les événements effroyables qui ont rendu tout le monde des meurtriers assoiffés de sang, plus rien n’est normal. Et même s’il s’y attendait, c’est un grand choc qui va le secouer : devant lui, trois cadavres dans une mare de sang et un désordre indescriptible. Nightwing est mort ainsi que Robin et au centre... Batman ! Son mentor n’a cette fois pas pu s’en sortir : la menace était trop forte pour le Justicier de Gotham. Seul le chien Ace s’en est sorti et il est tout heureux de retrouver un humain normal. Jason Todd prend le temps de creuser trois tombes dans la cave où il a passé tellement de moments à s’entraîner, où il a eu l’impression d’avoir une famille et où finalement, il a toujours été seul. Une fois le travail fait, il grave un message sur la pierre tombale de fortune de Batman : « Bruce Wayne, père, mentor, salopard, Batman ». Pour une fois, il va pouvoir utiliser la Batmobile et dans un contexte pareil, il ne s’en prive pas. Il monte dans le véhicule avec Ace et met en route le système informatique. Il demande à l’ordinateur de bord de repérer les membres restants de la Bat-family. Il en repère huit mais la question suivante est plus difficile : seulement deux sont encore en vie...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le phénomène DCeased a été un véritable tsunami dans la production DC de ces dernières années, plus contagieux même qu’un coronavirus et il aurait été dommage de s’arrêter là après un tel succès commercial. La firme se prépare donc à décliner l’idée sous plusieurs formes en démarrant sur ce récit consacré cette fois à quelques super-vilains face à cette épidémie sanglante. Ou plutôt quelques super-vilains associés à quelques gentils bien connus comme James Gordon ou Jason Todd. Ce n’est pas qu'un changement de point de vue qui s’opère, mais bien un changement de style total. DCeased était un scénario catastrophe, une boucherie apocalyptique pour nos super héros. Ici, c’est plus un survival à la Walking Dead. Tom Taylor utilise donc des procédés bien connus des récits de zombies mais ce qui rend le tout atypique et savoureux, c’est que nos survivants constituent de bien drôles de victimes expiatoires. Imaginez Bane, Deathstroke ou même Solomon Grundy dans le rôle des doux agneaux poursuivis par des zombies, c’est plutôt appétissant ! Taylor a l’art de changer la face de DC tout en faisant de subtils clins d’œil à de nombreux personnages. On aura encore le droit à quelques «mauvaises» surprises (comme dans tout récit de zombies mais encore plus si cela touche nos super-héros préférés) qui vont pimenter le tout d’une sauce bien sanguinolente. Malheureusement, le récit est bien moins intense et la claque qu’on avait prise sur DCeased est loin derrière nous. C’est du bon divertissement avec son lot de rebondissements et de moments gores mais rien de plus. La baisse de niveau se fait aussi sentir dans le dessin. Bien loin du choc Trevor Hairsine et des couleurs sanglantes, le graphisme de Karl Mostert peine à convaincre sur un récit horrifique. Son trait est pourtant beau mais c’est sûrement trop sage, trop lisse et trop édulcoré pour ce type d’histoire. L’anti-vie est-elle morte avec ces « Increvables » ?

voir la fiche officielle ISBN 9791026822745