parution 14 janvier 2011  éditeur Les Editions Fei  Public ado / adulte  Thème Historique, Policier Seinen

Juge Bao T3

Juge Bao et la belle empoisonnée

A la capitale de la province, le juge découvre la population dans la misère : comment expliquer ce mystère malgré l’aide du gouvernement ? Et qu’est-il arrivé à Hua Xing, retrouvée empoisonnée ? Un bon opus où l’histoire trouve enfin son équilibre.


 Juge Bao T3 : Juge Bao et la belle empoisonnée (0), manga chez Les Editions Fei de Marty, Nie
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Editions Fei édition 2011

L'histoire :

Enfin arrivé à la capitale de la province, le juge Bao constate que la population y vit dans la misère et que la famine règne. Rapidement, l’équipe du juge mène une petite enquête : le duc Zhao qui dirige la province mène un grand train de vie tandis que les plus pauvres meurent de faim. Pourtant, le duc est aussi vu comme un bienfaiteur qui puiserait dans sa fortune personnelle pour venir en aide aux plus démunis. Bientôt, le juge Bao rencontre Zhao et l’homme lui tient un discours cohérent et semble intègre. Pour faire avancer l’enquête, Zhan Zhao va alors suivre le chemin des sacs de riz depuis leur arrivée en ville : rien ne semble être détourné jusqu’à l’arrivée aux entrepôts et ces derniers sont ensuite gardés sérieusement par des soldats... Mais le juge va découvrir que la vie personnelle du duc et de son gendre, préposé aux finances, n’est pas toute rose : entre autres, le jeune homme et sa femme - la fille du duc - ne s’entendent pas très bien et cette dernière a un tout jeune bébé qu’elle ne semble pas vraiment apprécier... En parallèle, le juge retrouve la trace de Hua Xing, et la jeune femme a apparemment été empoisonnée et reste inconsciente depuis, tandis que son bébé a été enlevé...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Faisant directement suite à l’histoire du précédent tome, ce troisième opus propose toutefois une nouvelle enquête pouvant se lire de manière indépendante. Cette fois, l’intrigue se déplace dans la capitale d’une province où la population souffre de famine malgré les aides alimentaires du gouvernement. Tout en enquêtant sur la disparition de Hua Xing qui sera rapidement retrouvée inconsciente et empoisonnée (c’est elle, la belle du titre), le juge Bao va donc chercher à résoudre ce mystère et restaurer l’économie pour venir en aide au peuple. Pour cela, une seule solution : trouver qui sont les corrompus qui affament la population en détournant la nourriture à leur profit. Bien entendu, les recherches du juge vont en premier lieu se tourner vers le duc Zhao, gouverneur de la province, qui continue pour sa part à vivre dans l’opulence... De prime abord, le scénario paraît assez simpliste mais le déroulement l’est finalement moins que prévu grâce à de nombreux seconds rôles qui vont quelque peu compliquer l’équation, d’autant plus qu’aucun des suspects n’est tout à fait blanc ou noir... D’une manière plus générale, les déséquilibres dans l’équipe du juge Bao sont enfin gommés : cette fois, chacun a son rôle à jouer et personne ne prend spécialement la vedette plus qu’un autre. En résumé, voilà encore une réussite, portée comme toujours par le somptueux trait de Chongrui Nie. Plus que somptueux, c’est surtout qu’il colle parfaitement au style de l’histoire avec son aspect réaliste au rendu ancien (rappelons-le, le scénario se déroule aux alentours de l’an 1000 dans la Chine ancienne). D’ailleurs, on remarque là aussi quelques améliorations : si les personnages prennent encore trop souvent des poses un peu trop parfaites, cela s’intègre tout de même mieux à l’image que dans les premiers opus, notamment car les visages ont des expressions un peu plus naturelles en fonction des situations (par contre, il arrive encore trop souvent qu’un personnage « regarde la caméra », ce qui rend assez étrange). Côté édition, le constat est là aussi plus que satisfaisant avec un ouvrage de bonne facture, bien imprimé et qui propose encore une fois presque 160 pages, et ce pour la modique somme de 7,5€, une prouesse à noter dans cette période où les prix des ouvrages ont plutôt tendance à s’envoler. Qui plus est, un coffret contenant les 3 premiers tomes dans une édition plus luxueuse (et aussi un peu plus chère) est sorti simultanément, une bonne occasion de se mettre à la série. Ce coffret propose les volumes dans un plus grand format mais on regrettera par contre que ces derniers ne tiennent pas vraiment à l’intérieur et glissent donc systématiquement en dehors. Une belle initiative tout de même qu’on espère voir renouveler pour les prochaines sorties.

ISBN 9782359660067