parution 01 février 2017  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Thriller

Le Retour

Un grand artiste revient sur son île d'origine et s'emploie à la transformer en une communauté utopique. Des années plus tard, on enquête sur sa mort suspecte. Une variation originale sur l'œuvre de Manrique, un récit d'une belle richesse philosophique.


Le Retour, bd chez Bamboo de Duhamel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2017

L'histoire :

Le célèbre artiste Cristòbal vient de trouver la mort dans un accident de la route inexplicable, sur l'île de Lanzarote qui l'a vue naître. Un inspecteur de police se met alors à enquêter sur cette figure locale célèbre, caractérielle et controversée. En effet, Cristòbal s'était à l'origine rendu célèbre à New York, par ses expositions d'art contemporain à succès. Mais à l'âge de 43 ans, il avait fait un retour tonitruant sur Lanzarote, s'insurgeant contre les promoteurs immobiliers qui commençaient à dénaturer« son » île. Cristòbal avait alors fait parler de lui en détruisant un tractopel à coups de masse. Son arrestation et la conférence de presse qui avait suivi avaient été à la base d'un gigantesque mouvement artistique. Cristòbal avait fédéré autour de lui d'autres artistes de renom : Picablo, Tom Gerry, Franck Souline... Ensemble, ils avaient trouvé le biais juridique pour miner définitivement les promoteurs commerciaux, puis ils avaient conçu à la place un projet de ville harmonieuse et écologique, et instauré le renouveau culturel. La création artistique était devenue philosophie de vie sur Lanzarote, et cet élan idéologique avait ruiné pour longtemps toutes les ambitions des promoteurs et des élus locaux. Pour autant, l'altruisme était-il le seul moteur de Cristòbal ? Ses grandes idées ne s'accompagnaient-elle pas de mégalomanie, d'un puissant narcissisme ? Aurait-il été assassiné pour cela ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La maturité de la bande dessinée d'aujourd'hui permet de traiter de sujets pointus et originaux. Avec le soutien du CNL, Bruno Duhamel fait ici une libre adaptation de l'œuvre artistique et utopique authentiquement accomplie par César Manrique sur l'île de Lanzarote. En préambule, l'auteur complet prévient néanmoins avoir pris de grosses libertés avec la réalité historique. Son récit prend initialement la forme d'une enquête policière, mettant en scène un inspecteur chargé de comprendre les circonstances bizarres de la mort d'un artiste très influent, qui s'était jadis sérieusement investi dans le destin structurel et politique de son île de naissance. Cristòbal est-il mort accidentellement ou faut-il y voir la vengeance d'un de ses nombreux ennemis ? S'appuyant sur son traditionnel dessin semi-réaliste efficace, Duhamel livre son récit à deux époques, délivrées en alternance par deux types d'ambiances graphiques : l'enquête au présent se déroule via des séquences en bichromie bleue-grisée ; la vie de Cristòbal au passé se dévoile à travers un dessin en quadrichromie. Sans doute parce que les propos véhicules par la biographie sont plus importants que l'enquête-prétexte, Duhamel inverse ainsi les normes de l'art séquentiel. Car d'ordinaire, en BD, on a plutôt l'habitude de suivre les flashbacks à travers un traitement en bichromie sépia. A mesure que se déploie l'intrigue, par le truchement de dialogues acérés (l'explication entre le père et le fils) ou de déclarations politiquement riches de sens (p.22-23), le lecteur prend la mesure de plusieurs sujets croisés largement teintés de philosophie. Entre autres : l'expression artistique est-elle forcément politique ? La création reflète t-elle toujours l'impulsion narcissique de son créateur ? Ou plus prosaïquement, est-il juste possible de s'opposer durablement à l'extension de la société de consommation ? Louons les éditions Bamboo, pour leur audace de publier un album sur un sujet qui peut certes initialement laisser perplexe le grand-public, mais qui le fera réfléchir sur des questions essentielles, à l'heure où l'anthropocène arrive à son fatidique point de non-retour.

voir la fiche officielle ISBN 9782818940976