parution 08 avril 2009  éditeur Delcourt  collection Jeunesse
 Public enfant / ado / adulte  Thème Historique, Humour, Sentimental

La rose écarlate – cycle 1, T5

Je serai toujours avec toi

Toujours en quête du trésor des templiers en Cappadoce, Maud est enlevée jusqu'à une cité sacrée, tandis que Guilhem est recueilli par des nomades. Suite (stéréotypée) d'une aventure historique romantique jeunesse...


La rose écarlate – cycle 1, T5 : Je serai toujours avec toi (0), bd chez Delcourt de Lyfoung, Ogaki
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2009

L'histoire :

Après une étape mouvementée à la cité des Doges de Venise, Maud et Guilhem ont été conduits à Istanbul par Ishta la capitaine pirate et son équipage. Ils sont toujours en quête du trésor des templiers, dont la carte est en possession de leurs ennemis, les frères jumeaux Huet. Sous leurs déguisements de justiciers de « la Rose écarlate » et « Le renard », Maud et Guilhem s'invitent alors dans la villa des frères Huet, pour tenter de leur reprendre leurs biens... Mais après une altercation, ils sont mis en fuite et doivent se cacher dans les ruelles de la ville, grâce à l'intervention providentielle d'un bel arabe inconnu. Plus tard, alors que Maud découvre émerveillée les belles robes des souks, un marchand s'aperçoit que le pommeau de son épée est lui-même gravé d'une carte. Il n'en faut pas plus pour qu'ils montent dès le lendemain une expédition à travers le désert, curieusement guidés par le bel arabe, appelé Sinan. Guilhem se méfie de ce rival dont les charmes ne laissent pas Maud insensible. Il a raison : un soir, Sinan l'assomme et l'abandonne à une mort certaine sur un chemin, enlevant Maud vers une destination inconnue. Déçue et dépitée par la tournure que prennent les évènements, celle-ci n'est pas au bout de ses surprises...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Changement de décor pour un scénario à nouveau très convenu : après Venise, nos héros sont à Istanbul, puis en Cappadoce, toujours à la double poursuite du trésor des templiers et de leurs ennemis blondinets. Évidemment, ces deux objectifs se dérobent invariablement et ils affrontent d'autres contingences imprévues. Leur quête peut ainsi s'étioler au cours de nombreux albums, en faisant le tour des images d'Epinal. Une cité cachée dans le désert, une filiation tombée du ciel pour l'une, un exil forcé riche en apprentissage pour l'autre... Patricia Lyfoung enfonce toutes les portes ouvertes de la grande aventure historique et romantique, accumulant les clichés maintes fois éprouvés du genre. Et elle aurait tord de s'en priver, vu le succès commercial de la série... Dans cet épisode oriental, les apparitions de la Rose écarlate et du Renard sont pourtant logiquement restreintes. Les autres fondamentaux récurrents sont tout de même de mise : Maud et Guilhem ne s'avouent pas leur amour réciproque, ils croisent à nouveaux le fer avec leurs ennemis et tombent fortuitement sur toujours le même couple de nobles « pigeons ». Graphiquement l'auteur réitère son style largement emprunt de manga, dans la pure lignée des dessins animés des années 80 (et plus particulièrement de Lady Oscar dont s'inspire le récit). Soit une alternance de traits peaufinés pour les séquences romantiques et de passages caricaturaux à l'extrême pour les parenthèses « comiques » (avec un humour très jeune ou très premier degré). Le plus gênant est quand Lyfoung ne s'embarrasse d'aucune cohérence pour amener les coups de théâtre (ex : quand Guilhem apprend la survie de son père). Certes, la série s'adresse à un public jeune... mais bon. Est-ce le fond du récit qui tend progressivement vers plus de légèreté ? Ou la dure loi du genre, qui veut qu'on finit inévitablement par se lasser ? Indubitablement, le « lectorat » a aussi tendance à gagner en maturité... Toujours est-il que les tergiversation de la rose écarlate et de son Renard transi d'amour, tournent furieusement en rond...

voir la fiche officielle ISBN 9782756015583