parution 13 février 2019  éditeur Delcourt  collection Mirages
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Les Jours qui restent

Trois destins croisés et liés par la même maladie se côtoient dans la salle d’attente du docteur Lebon sans jamais vraiment se voir. Jusqu’au jour où… Une chronique sociale émouvante, version triplée.


Les Jours qui restent, bd chez Delcourt de Derian, Foutrier
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2019

L'histoire :

Il y a Daniel, sous traitement depuis 20 ans, avec des hauts et des bas, un tempérament de feu, un peu solitaire dans son quotidien. Il trouve souvent réconfort auprès de son amie de longue date qui, parfois, ne tolère plus son attitude. Puis il y a Catherine, une femme devenue dépressive et seule, un peu en marge des autres. Elle ne sourit jamais, n’est pas avenante et elle est la risée de ses collègues femmes au bureau, qui ne ratent pas une occasion et se moquer et piapiater sur son dos. Catherine a enterré sa mère, il y a peu, et elle a du mal à faire son deuil. C’est un choc supplémentaire, elle qu’il l’a hébergée et s’est occupé d’elle jusqu'à la fin, se sent seule et désemparée. Enfin, il y a Charlotte, qui vire son mec sans explication du jour au lendemain, après un rendez-vous médical que l’on devine éprouvant, suite à l’annonce du diagnostic. Elle abandonne également ses amis, ses cours et s’enferme sur elle-même et chez elle, d’ailleurs ! Ses proches inquiets viennent frapper à sa porte. Ils la retrouvent inanimée au sol... et la sauvent de justesse. Elle n’a volontairement pas pris son traitement pour se laisser mourir. A quoi se raccrocher, et à quoi bon vivre, après tout ? Voilà le chemin à parcourir pour ces 3 comparses, tous liés par cette même maladie avec une peur commune : celle de mourir demain. Il faut (re)trouver le courage et (re)donner un sens à cette « fichue » vie en tirant la langue à ce « poison » sanguin et à ses effets. Se reconstruire et vivre, tout simplement !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans cet album, on assiste presque en direct à la descente aux enfers et au quotidien douloureux de malades porteurs d'une affection « banale » dans notre société. Des invisibles, atteints d'une maladie moderne, une maladie qu’on cache, une maladie tabou ! Le panel peut paraître un peu cliché, parfois, mais Eric Derian met en avant la souffrance physique et psychique incomparable selon les bobos, la force et le ressenti de chaque personnes. Chacun vit cette même maladie à sa manière et les réactions sont diverses. Cependant, cette histoire met en avant le besoin d’autrui pour avancer, ou juste parfois se re-booster. Elle focalise sur la place de l’entourage et l'acceptation. C'est une leçon de vie : se battre seul n’est pas chose facile et pourtant l’envie de fuir et l'appel de la solitude, dans ces moments, sont courants. Ce sentiment est très présent chez les trois protagonistes. Ils ferment des portes dans un premier temps, passent par des phases certes « normales » mais douloureuses – le déni puis l’abnégation – pour ensuite trouver des centres d’intérêts, des passions. Il faut penser à soi, faire des rencontres et avoir à nouveau une raison de frôler le sol chaque matin. Et si, au final, l’amour au sens large pouvait panser les maux, aider à aller mieux ? Et si, tout simplement, exister pour quelqu’un pouvait sauver l’Humain ? Ce sujet grave, traité malgré tout avec une pointe d’humour, transforme cette lecture en comédie rythmée, avec un scénario touchant auquel s’ajoute un graphisme coloré et soutenu, qui rappelle un peu l’esprit de certains dessins animés. En effet Magalie Foutrier met en scène ces personnages avec des expressions et traits qui se lisent fort bien sur leurs visages. La peur, la tristesse, la colère, le désespoir et puis, un jour, à nouveau, les sourires… On notera également la volonté des auteurs d'éviter l'emploi de termes médicaux barbants. Un récit optimiste et plein d’espoir !

voir la fiche officielle ISBN 9782756042138