parution 22 octobre 2015  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Policier

Holmes T4

1854-1891 ?

Watson et Wiggins enquêtent toujours sur la disparition de Sherlock Holmes. Leur investigation prend un tour particulier quand surgit le nom de Violet Holmes, la propre mère de Sherlock…Suite d’une magnifique série victorienne, sombre et dense.


 Holmes T4 : 1854-1891 ? (0), bd chez Futuropolis de Brunschwig, Cecil
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2015

L'histoire :

Le docteur Wiggins assiste au procès de Judy Brown, une jeune femme de l’East End, jugée pour un double infanticide. Le docteur Parks témoigne à la barre de son expérience à l’hôpital de Scutari pendant la guerre de Crimée. Un soir, il perd un très jeune patient alors qu’il était en train de l’opérer. Le jeune homme, pourtant faiblement blessé, s’est vidé de son sang à une rapidité folle. L’infirmière en chef, miss Florence Nightingale, lui apprend alors que d’autres hommes ont trépassé dans des conditions similaires sans que ses collègues médecins s’en émeuvent. Le docteur Parks a, depuis, mené son enquête et tous les jeunes hommes morts avaient le même problème au foie, et venaient tous de l’East End. La faute à la pollution aux métaux lourds, qui s’attaque aux corps des pauvres gens de la région. Devant la foule médusée, le docteur demande à madame Brown de retenir sa respiration. Les veines de la jeune femme colorent de violet son doux visage : le poison coule dans ses veines, et elle l’a transmis à ses enfants par son lait. Alors que toute l’assistance croit à l’innocence de la jeune femme, le jury, composé de nobles et de grands bourgeois, la condamne à la pendaison. Le docteur Parks, furieux, est emmené de force, la foule dispersée. Le docteur Wiggins aperçoit alors un homme qui sourit : Mycroft Holmes. Il écrit ce récit à son ami Watson, toujours au chevet de Miss Bannister, la nourrice de Sherlock, à Pau, qui vient de se réveiller et désigne son agresseur probable… Violet Holmes !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L’enquête se poursuit sur les circonstances de la mort de Sherlock Holmes. Wiggins et Watson vont tout apprendre de la naissance et de l’enfance du grand détective grâce à sa nourrice, Mme Bannister, mais aussi grâce à l’infirmière de Scutari, Miss Nightingale. Les récits se croisent et se nourrissent dans une ambiance de mystères. Celui de la collusion des riches qui jettent un voile sur le scandale de l’East End, celui qui se trame autour de la mère de Sherlock, Violet. On découvre une femme forte, déterminée, et un mari aimant et résigné. Mais la mère de Sherlock est-elle ce monstre que son ancienne nourrice pense qu’elle est devenue ? Si Luc Brunschwig nous nourrit d’éléments nouveaux et troublants, le mystère semble encore s’épaissir autour de la famille Holmes. D’autant que les agissements de Mycroft sont pour le moins étonnants… On se tortille, on se torture, et nous voilà avec toujours autant de questions. On en viendrait (presque) à détester le scénariste… D’autant qu’au rythme d’un album tous les 4 ans, on n’a pas fini de souffrir ! Mais voilà, Cecil prend son temps, et on n’est pas déçu pour deux sous. Ses personnages sont d’une précision bouleversante, ses paysages et ses décors bluffants. Son lavis monochrome, en bleu-gris pour le présent, sépia pour le passé, est envoûtant. Alors bien sûr, en quatre ans, on a le temps de le relire quelques fois, toujours avec plaisir, de le décortiquer, de s’arrêter sur la puissance des regards, la poésie des paysages… Bon, si jamais on attendait un tout petit moins, personne ne se plaindrait, probablement.

voir la fiche officielle ISBN 9782754809153