parution 06 mars 2014  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Historique, Politique

Les Meilleurs ennemis T2

Des « faveurs » américaines à l’égard de Nasser, au brasier libanais des années 80, en passant par la guerre des six jours, 30 ans de guerre froide au Moyen-Orient. Une suite dense et parfois confuse. Pour géopoliticiens confirmés.


Les Meilleurs ennemis T2, bd chez Futuropolis de Filiu, David B.
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2014

L'histoire :

A la fin des années 50, les Etats Unis s’intéressent principalement au Moyen-Orient dans le cadre de la guerre froide. Eisenhower tente de convaincre « son entourage » que cette région du globe est largement convoitée par l’ennemi soviétique. Il mise d’abord sur l’Arabie Saoudite pour isoler l’Egypte de Nasser. Il soutient ensuite la ligne anti-nasserienne du roi Hussein de Jordanie. Pourtant, l’hégémonie égyptienne grandit dans la région. D’autant que, finalement, Nasser multiplie les gestes envers les Etats-Unis en réprimant très largement les communistes. En 1961, lorsque Kennedy est élu, la hache de guerre semble être enterrée et l’aide américaine à l’égard de l’Egypte, rétablie. De son côté, la Syrie, anciennement alliée de l’Egypte dans le cadre d’une République Arabe Unie, prend ses distances. Elle regrette en particulier que Nasser sacrifie la cause palestinienne à l’aide américaine. Le conflit qui engluera quelques temps l’Egypte au Yémen, additionné de l’assassinat de Kennedy, changera pourtant bientôt la donne. Et Nasser resserrera largement ses liens avec Moscou…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après avoir emballé deux siècles d’Histoire dans la première partie, Jean-Pierre Filiu et David B. resserrent l’étau de leur investigation pour évoquer – de 1953 à 1984 – trois décennies de relations complexes entre USA et Moyen-Orient. Particulièrement dense, ce deuxième opus de la trilogie évoque principalement, en quatre chapitres, les méandres de la guerre froide qui exposèrent directement cette région du globe. L’Egypte de Nasser, le rôle des Saoudiens ou de la Jordanie, le jeu syrien, la question palestinienne, la politique israélienne, l’échiquier libanais ou encore l’Iran de Khomeiny… tout se joue à distance par procuration en moins de 30 ans, pour une diplomatie faisant des victimes à foison. Exclusivement en voix off (moins de 30 phylactères en 102 planches), le récit oscille entre cours d’Histoire option anal du bac et documentaire contraint par un espace étriqué. Les faits s’enchaînent de la guerre des six jours au lisier libanais des années 80, en passant par la révolution islamique ou l’invasion de l’Afghanistan (sans parler des différents plans de paix ou des « interventions » onusiennes) sans qu’on n’ait jamais le temps de bien en comprendre tous les tenants. Au final, reste un ensemble souvent trop complexe ou plutôt trop confus qui nécessiterait la plupart du temps retours ou explications. L’exercice tombe peut-être dans l’écueil du vouloir-tout-dire. D’autant que la période est tellement riche qu’il est sans doute difficile pour un historien de pouvoir se priver. En tout cas, on se noie assez facilement, qui plus est si, de prime abord, en simple apprenti géopoliticien, on effleurait tout juste la question. La partie graphique est quant à elle assez géniale. David B fait du David B à la perfection, parfaitement à l’aise dans son élément. Il joue en permanence avec la planche, livrant des arabesques dont il a seul le secret, entortillant le narratif avec brio et une force évocatrice peu commune. Du reste, il est ici bien plus proche de l’illustration que de la BD stricto sensu. Mais quel boulot !

voir la fiche officielle ISBN 9782754808255