parution 10 octobre 2012  éditeur Glénat  collection Vécu
 Public ado / adulte  Thème Historique

Les chemins de Malefosse T20

Quartus

En cherchant à rejoindre un des alliés d’Henri IV, Gunther et Pritz mettent à jour un complot ayant pour objet de faire céder le Roi. Au centre : l’enlèvement du fils qu’il a eu avec Gabrielle d’Estrées. Une fois encore, moyennement intéressant.


Les chemins de Malefosse T20 : Quartus (0), bd chez Glénat de Bardet, Goepfert, Faucon
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2012

L'histoire de la série :

En 1589, la France est totalement divisée. Les forces papistes ont pris le pouvoir et la ville de Paris. En effet, Henri III a renié la foi catholique pour rejoindre Henri de Navarre. Le royaume est donc tiraillé entre les catholiques et les Huguenots. Les paysans souffrent de cette querelle politique et religieuse puisque leurs villages sont régulièrement pillés. Henri III décide de reprendre le pouvoir et assiège Paris, mais des moines complotent contre lui. Au milieu de ce bourbier, Gunther, un soldat allemand, va tenter de trouver sa place en cherchant l’aventure et la fortune.

L'histoire :

Il se dégoute, l’écorcheur. Il ne peut plus se regarder dans la glace, le bourreau. Encore un qu’il va devoir malgré tout trancher ce matin, ce bougre qu’on surnomme « Branle-main ». Et pourtant, son labeur prend une drôle de tournure lorsque, prêt à couper d’un geste sec la main gauche du châtié, il est interrompu. Voilà un carrosse lancé à bride abattue dans les badauds. Et puis soudain accosté à son tour par quelques cavaliers. On étourdit alors l’escorte. On éjecte l’une des passagères. On met à terre le cocher. Enfin, on file avec, à bord, une nourrice et un mystérieux bébé. L’un de ceux qui vient de se faire molester ne tarde pas à reprendre ses esprits. Il ne souhaite pas perdre plus longtemps son temps. Notre bonhomme est au service du Roi avec une précieuse mission. Il est donc hors de question de laisser le carrosse filer. Au même moment, bien plus au sud, Gunther et Pritz sont en bien mauvaise situation : la forêt brûle et les deux amis commencent à sentir le roussi…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Coulisses de l’Histoire, chroniques des guerres de religions, Les chemins de Malefosse peinent depuis quelques tomes déjà, à relever le gant du romanesque et de l’aventure. Ainsi distillant parfaitement les mœurs et le contexte, ou s’amusant du puzzle de machinations et de complots autour de ce bon Henri, Daniel Bardet a trop souvent oublié le potentiel épique de sa série. Le relief qu’il a su donner à plusieurs de ses protagonistes, en presque 30 ans, est indéniablement là. Mais il préfère le verbe et la précision contextuelle au pur divertissement. Aussi, une nouvelle fois, l’aventure de nos deux mercenaires se « contentera » t-elle d’éviter à Henri IV de tomber dans les pièges que ne manquent pas d’imaginer pour lui ses ennemis. Ce nouveau collet tendu prend ici les traits d’un poupon potelé, fruit des amours du Roi et de Gabrielle d’Estrées. Manigances, chantages, fausses pistes, trahisons, agents doubles, rôle de Pernette alimentent – comme on en a pris désormais l’habitude – le mouvement du scénario. Complété par la panoplie de circonstances (sexe, dialogues à coloration vieux français, coups de poings et d’épées…), le récit n’est pas des moins divertissants. Mais on a du mal, une nouvelle fois, à y trouver un réel intérêt. A ce titre, la petite pirouette finale (quid de ce fameux bébé ?) nous invite à un triste : « tout ça pour ça ! ». La partition graphique offre quant à elle encore de jolis moments. En particulier, là encore, lorsqu’il s’agit de rendre fidèle le récit à l’Histoire. Il manque encore peut-être un peu d’émotion dans le trait. En somme, ce 20éme opus confirme la direction actuelle de la série : l’Histoire avant tout !

voir la fiche officielle ISBN 9782723480871